L'histoire

Bataille de Nechtansmere, 20 mai 685

Bataille de Nechtansmere, 20 mai 685


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Bataille de Nechtansmere, 20 mai 685

Bataille entre les Pictes sous le roi Bruide et les envahisseurs de Northumbrie, dirigés par le roi Ecgfrith. Les Pictes ont vaincu les Northumbriens et ont arrêté la vague de conquête dans le nord, aidant à préserver ce qui allait devenir l'Écosse.

La bataille de Dun Nectain

La bataille de Dun Nechtain (également connue sous le nom de bataille de Dunnichen, bataille de Nechtanemere, Lin Garan et bataille de Nechtan) a été un engagement crucial entre les Northumbriens sous leur roi Ecgfrith et les Pictes sous la direction de leur roi Brude Mac Bile (également connu sous le nom de roi Bridei III). La bataille a eu lieu à 15h00 (15h00) le samedi 20 mai 685 CE. La datation précise de l'engagement pourrait suggérer qu'il existe une documentation complète de la bataille mais, en fait, à part le récit de l'historien Bède (672-735 CE) et peut-être la représentation gravée sur la pierre d'Aberlemno # 2, peu de détails sont connu. La bataille de Dun Nectain a arrêté les invasions de Northumbrie (au moins pour un temps), a libéré les Écossais et les Britanniques de la domination de Northumbrie et a sécurisé les limites des terres des Pictes. Les historiens John et Julia Keay notent que la bataille « peut ainsi avoir créé les circonstances qui ont conduit à la fondation de l'Écosse » (271). Cette affirmation est en outre soutenue par d'autres historiens, tels que Stuart McHardy, qui note également l'importance durable de cette bataille dans l'histoire écossaise.

La Northumbrie et les Pictes

La montée du royaume anglican de Northumbria et la chute du royaume de Gododdin (qui se situait entre les terres des Pictes et les régions méridionales des Angles) ont augmenté les possessions des Angles en Grande-Bretagne et ont entraîné leurs incursions régulières dans les terres pictes. Les Pictes du sud furent conquis par les Angles et subjugués, comme les Écossais et les Britanniques l'avaient été avant eux. Selon les historiens Keay, « Par une combinaison de moyens dynastiques, politiques et militaires, la Northumbrie en vint à dominer une grande partie du sud du Pictland. Vers 672, après la mort du puissant roi de Northumbrie Oswin, les Pictes tentèrent de le joug de l'esclavage », mais a subi une terrible défaite aux mains du successeur d'Oswald Ecgfrith » (271). Ecgfrith a ensuite institué des politiques pour maintenir les peuples conquis à leur place et a exigé qu'un tribut soit payé régulièrement au royaume de Northumbrie de Bernicie.

Publicité

La Northumbrie avait les ressources et la main-d'œuvre pour prendre de grandes portions de terres à des tribus telles que les Écossais, qui étaient arrivés d'Irlande et se sont installés à Dalriada et en Argyll, et les Britanniques de Strathclyde, qui, comme indiqué, étaient alors sujets des Angles. . L'une des politiques d'Ecgfrith consistait à installer des rois dans certains territoires qui, selon lui, serviraient son objectif. L'un de ces rois pictes était Bridei Mac Billi (mieux connu sous le nom de Brude Mac Bile), qui est considéré comme l'un des plus grands, sinon le plus grand, des rois pictes pour avoir stoppé l'avancée des Angles de Northumbrie et libéré ses terres de leurs influence. Ce faisant, il supprimerait également le joug de Northumbrie des Britanniques et des Écossais au sud, ainsi que d'autres tribus, et établirait plus ou moins les premières frontières de ce qui deviendrait plus tard l'Angleterre, l'Écosse et le Pays de Galles.

La bataille

Le roi Ecgfrith, qui était le cousin de Brude, l'a peut-être aidé à prendre le pouvoir à condition que Brude enverrait régulièrement un tribut et travaillerait pour les intérêts d'Ecgfrith. Cette affirmation a été contestée, cependant, et on pense également que Brude est arrivé au pouvoir après que les Northumbriens aient vaincu le roi des Pictes du Nord, Drest Mac Donuel, à la bataille de Deux-Rivières en 670 de notre ère. Cependant, Brude est arrivé au pouvoir, il est clair qu'il devait envoyer un tribut au sud de la Northumbrie. Brude, cependant, n'avait pas l'intention de le faire et, bien qu'il semble qu'il ait initialement envoyé un tribut sous forme de bétail et de céréales, cette pratique a pris fin peu de temps après avoir consolidé son pouvoir. Ecgfrith n'était guère satisfait de ce développement, mais il est devenu plus contrarié par les raids pictes dans son royaume au sud du mur d'Hadrien maintenant en ruine et sans défense. Ecgfrith a décidé qu'il était temps d'enlever Brude et d'enseigner aux Pictes une leçon importante.

Publicité

Dans le même temps, Brude consolidait davantage son pouvoir en soumettant les sous-chefs pictes rebelles. En 681 EC, il prit la forteresse de Dunottar, et en 682 EC, il disposait d'une marine de taille et de force suffisantes pour naviguer jusqu'aux Orcades et y soumettre les tribus. Après cette victoire, il a pris la capitale écossaise de Dunadd à l'ouest de sorte que, en 683 CE, il avait sécurisé ses frontières nord, est et ouest (Orcades, Dunnotar et Dunadd) et n'avait qu'à se préoccuper d'une attaque directement du sud.

Inscrivez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite !

Cette attaque a eu lieu en mai 685 de notre ère lorsque Ecgfrith ne pouvait plus tolérer les menaces de Brude contre son règne et a refusé le conseil de ses conseillers d'essayer d'autres mesures diplomatiques. Il a mobilisé une force de cavalerie (peut-être au nombre d'environ 300) pour réprimer ce qu'il considérait comme une rébellion picte dans ses terres. Les Pictes sous Brude ont attiré la force d'Angle de plus en plus profondément dans leur territoire en feignant la retraite. Les Keay observent qu'« il semblerait que Brude avait un plan qui impliquait d'éviter le type de terrain qui avait conduit à la défaite précédente [en 672] et nécessitait d'attirer l'armée de Northumbrie dans son choix de territoire. Il a utilisé la topographie locale pour piéger son ennemi, avec Dunnichen Hill et Nectan's Mire jouant un rôle crucial » (271). Une fois que les Angles étaient solidement à sa portée, Brude frappa alors un endroit connu des Écossais sous le nom de Dunnichen, dans les chroniques anglaises sous le nom de Nechtansmere, et dans les chroniques galloises sous le nom de Linn Garan, les Annales d'Ulster l'appellent Dun Nechtain, et c'est le nom le plus souvent cité par les historiens. Les forces d'Angle se sont retrouvées entre l'armée picte sur les hauteurs de Dunnichen Hill, dont on dit qu'elles se comptaient par milliers, et les marais du lac Nectan. Ecgfrith, se rendant compte de sa position dangereuse, a opté pour une charge à grande échelle de sa cavalerie en montée pour briser la ligne des Pictes au centre. Brude, cependant, recula, feignant la retraite, puis se retourna et tint la ligne. Il a repoussé la charge, envoyant les Angles en retraite en bas de la colline et vers les marais, puis il a contre-chargé. L'historien Bède, qui donne le récit le plus détaillé de la bataille, écrit :

Le roi Ecgfrith, ignorant les conseils de ses amis. imprudemment conduit une armée à ravager la province des Pictes. L'ennemi fit semblant de battre en retraite et attira le roi dans d'étroits cols de montagne, où il fut tué avec la plus grande partie de ses forces le 20 mai de sa quarantième année et la quinzième de son règne. Comme je l'ai dit, ses amis l'avaient mis en garde contre cette campagne mais l'année précédente il avait refusé d'écouter le révérend père Egbert, qui le suppliait de ne pas attaquer les Irlandais qui ne lui avaient fait aucun mal et c'était sa punition, qu'il refusait désormais d'écouter ceux qui tentaient de le sauver de la destruction. Désormais, les espoirs et la force du royaume anglais ont commencé à vaciller et à décliner, car les Pictes ont récupéré leurs propres terres qui avaient été occupées par les Anglais, tandis que les Écossais vivant en Grande-Bretagne et une partie des Britanniques eux-mêmes regagnaient leur liberté. Beaucoup d'Anglais à cette époque ont été tués, réduits en esclavage ou forcés de fuir le territoire picte (chapitre 26).

Conséquences

La bataille de Dun Nechtain brisa le pouvoir de la Northumbrie et sécurisa les frontières des terres des Pictes, qui deviendront plus tard l'Écosse. Il a également chassé les missionnaires chrétiens des Angles (catholicisme romain) des terres pictes, permettant à la marque colombienne originale du christianisme (l'église celtique) de s'implanter dans les hautes terres au lieu de la marque romaine, qui avait été acceptée par les Angles. Brude a continué à régner jusqu'à sa mort en 693 de notre ère, date à laquelle son royaume était en sécurité et en paix.

Publicité

Cette paix ne durera pas longtemps, cependant, car son successeur ultérieur, Nechtan Mac Derile (706-724 CE), ouvrira des négociations avec les Angles sur des questions religieuses et commencera un conflit religieux de dix ans dans le royaume entre ceux qui ont favorisé le Celtic l'Église et ceux qui croyaient aux enseignements de la marque catholique romaine du christianisme. Malgré ces conflits, cependant, Brude Mac Derile avait forgé une nation unifiée qui sera regroupée sous le règne du roi Oengus fils d'Uurguist en 734 de notre ère. Oengus, et ceux qui l'ont suivi, auraient à plusieurs reprises à faire face aux tentatives d'Angle d'envahir et de conquérir le pays des Pictes, et ce paradigme se poursuivrait pendant le règne de Kenneth Mac Alpin (843-858 CE) et au-delà de la dernière roi des Pictes, Giric, décédé en 899 CE. Les guerres entre les Angles (plus tard les Anglais) et les Pictes (qui ont fusionné avec les Écossais) sont légendaires dans l'histoire et se sont poursuivies pendant des siècles, mais la bataille de Dun Nechtain en 685 EC a établi les frontières ultérieures sur lesquelles les deux peuples se battraient et établiraient l'étape de l'établissement de l'Écosse.


Champ de bataille de Nechtansmere. Angus

Cette hantise a été observée par une femme marchant seule la nuit sur la zone de la bataille.

Elle a vu plusieurs soldats en vieille robe, portant des torches allumées, inspectant les cadavres qui jonchaient leurs pieds. La bataille de Nechtansmere qui a eu lieu en 685 après JC. Le 21 mai 685, la bataille de Dunnichen (également connue sous le nom de bataille de Nechtansmere) a opposé les Pictes et les Northumbriens à Angus, dans l'actuelle Écosse. Les Northumbriens étaient un peuple germanique dont le royaume se trouvait dans ce qui est maintenant le nord de l'Angleterre et une partie du sud de l'Écosse et les Pictes étaient celtiques.

Le commandant Picte était Bridei III et le commandant Northumbrian était Ecgfrith. La bataille fut une victoire pour les Pictes et par la suite l'existence de la Northumbrie fut pratiquement anéantie dans la région qui devint plus tard le sud de l'Écosse et occupa exactement ce qui est maintenant le nord de l'Angleterre. Northumbria (ou Northumberland) est maintenant le comté le plus septentrional d'Angleterre après que le roi Alfred (connu des Anglais sous le nom de “The Father of England”) ait unifié tous les royaumes germaniques pour former ce qui est maintenant l'Angleterre.

La bataille de Dunnichen (en gallois : Linn garan) ou bataille de Nechtansmere s'est déroulée entre les Pictes et les Northumbriens le 21 mai 685, près de Forfar, Angus. Cela s'est terminé par une victoire picte décisive et a gravement affaibli la puissance de la Northumbrie dans le nord de la Grande-Bretagne.

Les Northumbriens avaient progressivement étendu leur territoire vers le nord, leur royaume constitutif de Bernicie ayant capturé Édimbourg aux Gododdin vers 638. Au cours des trente années suivantes, ils établirent une domination politique sur les royaumes de Strathclyde (qui se trouvaient dans la région qui est maintenant au sud Ouest de l'Écosse et Nord-Ouest de l'Angleterre) et Dál Riata, ainsi que Pictish Fortriu.

Le roi Ecgfrith de Northumbrie a envahi les terres détenues par les Pictes en 685, apparemment pour les empêcher de faire des raids vers le sud. Ils se sont rencontrés au combat le 21 mai près de Dunnichen, les Pictes ont fait semblant de battre en retraite, entraînant les Northumbriens dans le marais de Dunnichen. Le roi picte Bridei III a tué Ecgfrith et détruit son armée et réduit en esclavage de nombreux survivants. Après la bataille, l'influence de Northumbria ne s'est plus jamais étendue au-delà du Firth of Forth.

On sait peu de choses sur la bataille réelle qu'elle a brièvement décrite par le Vénérable Bède au 8ème siècle.


En ce jour en Ecosse

La bataille de Nechtansmere, connue sous le nom de la bataille de Dunnichen, a été combattu à l'ombre de Dunnichen Hill, à l'est du bourg de Forfar, le 20 mai de l'an 685.

La bataille de Dunnichen s'est déroulée à l'une des premières dates connues de l'histoire écossaise, le 20 mai, et le coup d'envoi a eu lieu à 15 heures comme d'habitude pour un samedi après-midi. Les ‘Annales de Tigernach’ racontent que “La bataille de Dún Nechtain a eu lieu au cours de laquelle Ecgfrith, fils d'Oswig, le roi saxon, qui avait achevé la quinzième année de son règne, a été tué avec un grand corps de ses soldats de Bridei, fils de Beli, roi de Fortriu. La bataille est également représentée sur l'une des quatre pierres symboliques du village d'Aberlemno, dans la seule scène de bataille connue de l'art picte.

Fortriu était un genre des Pictes et, grosso modo, englobait probablement ce qui est maintenant la région de Tayside. C'était l'un des royaumes pictes les plus importants des siècles suivants, ayant émergé comme une force dominante sous le roi Bridei. Lui et sa tribu connaissaient très probablement le site de la bataille, dans leur propre langue, sous le nom de ‘Linn Garan’ (le lac Crane), tandis qu'Ecgfrith et ses compatriotes Angles de Bernicia semblent l'avoir baptisé ‘Nechtansmere’ (le lac de Nechtan), c'est pourquoi, jusqu'au milieu des années 1980 environ, malgré le commentaire des "Annales de Tigernach" on l'appelait la bataille de Nechtansmere. Qui a dit que l'histoire était écrite par les vainqueurs ?

L'histoire à cette époque était écrite par des moines comme le vénérable Bède, de sorte que les conventions latines ou saxonnes prévalaient. La plupart des informations disponibles sur la bataille proviennent de sources écrites par Bede et un autre moine du Pays de Galles, ainsi que des « Annales d'Ulster » et des « Annales de Tigernach » 8217, qui ont toutes été écrites en latin. Le moine gallois Nennius, dans son récit de la bataille d'Historia Brittonum, a écrit que « depuis le temps de la guerre [le site de la bataille] s'appelle « Gueith Lin Garan » et Symeon de Durham, écrivant beaucoup plus tard, au 12ème siècle, l'appela ‘Nechtanesmere’.

Cependant, il y a eu beaucoup d'examens sérieux de la bataille dans les temps plus modernes, en particulier par le savant Graeme Cruickshank, qui a renforcé l'usage désormais conventionnel de la bataille de Dunnichen (ou Dunnichen Hill). En termes d'interprétation récente, il existe un excellent livre de James E. Fraser, que vous pouvez certainement trouver sur Amazon, intitulé "La bataille de Dunnichen, 685".

Malgré cela, il existe une opinion alternative, qui place la bataille sur un autre site dans les Cairngorms, à des kilomètres au nord. La théorie d'Alex Woolf est basée sur une géographie simple et le commentaire de Bede sur les « montagnes inaccessibles » cachant l'armée picte. Dunnichen Hill ne peut pas être décrit comme « inaccessible », ne s'élevant qu'à quelque 230 mètres. Cependant, il existe un site picte connu appelé Dunachton, à Badenoch, sur les rives du Loch Insh, qui se trouve au pied de trois cols, qui coupent entre des montagnes qui culminent à plus de 1 000 mètres. Peut-être que Dunachton tire également son nom de l'ancien Dún Nechtan des annales irlandaises. Faites votre choix.

En l'an 685, le royaume anglian de Bernicie avait grandi en influence pour s'étendre d'un océan à l'autre. En gros, à son apogée, le royaume anglo-saxon d'Ecgfrith de Northumbria englobait probablement une grande partie du territoire couvert par les régions du Yorkshire, Northumberland, Cumbria, Durham, Lothian et Borders, des parties de Dumfries et Galloway (Strathclyde) et, peut-être Dalriada ( comme alors, à l'ouest). Certes, son influence s'étendait jusqu'au Firth of Forth et il était, de loin, le souverain le plus puissant des îles britanniques à l'époque.

Ecgfrith devint roi de Northumbrie à la mort de son père Oswiu, et peu de temps après, en 672, il vainquit une révolte picte lors d'une bataille dans la plaine de Manau. Les tribus pictes ont été mises sous tribut à Northumbria et le nouveau sous-royaume de Lothian a été créé pour protéger la frontière. Les Pictes, selon Eddius Stephanus (Etienne de Rippon), avaient été « réduits en esclavage et restaient soumis au joug de la captivité ».

Cependant, les indigènes sont devenus agités et, en 685, avec son autorité quelque peu en déclin, Ecgfrith a décidé que le roi picte, Bridei mac Billi, décrit par Nennius comme son [Ecgfrith’s] ‘cousin’, devenait trop grand pour ses bottes. Il est probable qu'il a vu le succès de Bridei à étendre son autorité dans le nord comme une menace qui devait être éradiquée. Ecgfrith se dirigea vers le nord avec son armée, où le roi Bridei attendait patiemment le Waterloo de la fin du VIIe siècle en Écosse.

La bataille de Dunnichen était en effet une rencontre classique, tout droit sortie d'un film de John Wayne. Les Anglo-Saxons de l'armée d'Ecgfrith ont d'abord attaqué les Pictes sur les terres basses sous la colline de Dunnichen. Lorsqu'encouragé par le succès apparent de l'assaut initial, Ecgfrith lança plus d'hommes dans l'attaque et les Pictes cédèrent du terrain. Puis, flairant une victoire rapide, les Angles ont donné la chasse alors que les hommes de Bridei se tournaient pour fuir.

Cependant, c'était une feinte dont les Commanches auraient été fiers, et alors que les Pictes fuyaient au-delà de leurs collègues cachés, une division jusque-là secrète de Pictes se jeta en enfilade sur les Angles sans méfiance. Les Northumbriens avaient bel et bien été piégés et pris au piège. Ceux qui ont réussi à franchir le gant ont été tués par les Pictes qui battaient auparavant en retraite, qui étaient revenus à la mêlée. Parmi les morts se trouvait Ecgfrith, qui y tomba de toutes les forces de son armée.

La victoire picte les a libérés du joug de Northumbrie et, comme l'a écrit Bede, les espoirs et la force du roi anglo-saxon ont commencé à vaciller et à rétrograder. Bien que le territoire de Lothian et Din Eidyn (Édimbourg) soit resté en Northumbrie mains pendant encore quelques siècles, "les Saxons n'ont plus jamais réduit les Pictes afin d'exiger d'eux un tribut". dans l'existence.


"La terrible bataille de Nechtansmere AD685" - Un combat de DBA v3.0

Aujourd'hui, j'ai essayé un scénario de Miniature Wargames 19 intitulé "The Woeful Battle of Nechtansmere". Il s'agissait du premier de la série de scénarios britanniques « de l'âge sombre » rédigés par l'historien et joueur de guerre du Haut Moyen Âge Guy Halsall, qui a écrit de nombreux excellents articles dans les années 1980 et 1990 sur divers aspects de la guerre médiévale (plus une excellente série sur la Vendée, si Je me souviens bien). Nechtansmere (ou Dun Nechtain) a été combattu entre les anglo-saxons de Northumbrie et les Pictes essayant d'affirmer leur indépendance : l'histoire de base de la bataille est ici.

Guy Halsall postule les forces suivantes pour chaque camp :

L'anglais:
300 Royal Bodyguard (Excellente "infanterie montée" blindée - malgré le dégoût de Halsall pour le terme qu'il utilise dans le scénario, c'était probablement dans les règles WRG de l'époque)
2000 guerriers (lanciers en cuir vétéran)
400 paysans (sans armure)
200 archers
200 javelots

Les Pictes :
80 Cavalerie Lourde
500 cavaliers légers
2800 Infanterie (lanciers sans armure)
600 archers
320 Javeliniers

J'utilisais DBA. En consultant les listes d'armées concernées, j'ai créé un ordre de bataille DBA comme suit :

Moyens anglo-saxons (III/24) :
1 x Général (4Wb)
5 x Select Fyrd (Esp)
1 x Grand Hyrd (7Hd)
1 x Archers (Ps)
1 x Javeliniers (Ps)

Pictes (II/68a) :
1 x Général (Cv)
2 x Cheval léger (LH)
8 x lanciers (3Pk)
3 x Archers (Ps)
1 x Javeliniers (Ps)

Les Anglo-Saxons s'effondreraient donc après avoir perdu 3 éléments, les Pictes après en avoir perdu 5. J'ai utilisé deux règles spéciales. Les Anglo-Saxons devaient avancer droit devant dans leur premier tour. La cavalerie picte était de -1, malgré le fait d'avoir le général, pour refléter sa faiblesse en nombre et en équipement.

Les Anglo-Saxons avancent par le bas à droite, poursuivant des Pictes qui feignent la fuite. Deux grands groupes de Pictes vous attendent en embuscade !

La vue de derrière la force principale des lanciers pictes

Vue de l'avancée des Anglo-Saxons par derrière Dun Nechtain

Et une vue de derrière le corps principal des guerriers anglo-saxons, regardant à travers leur roi et ses gardes du corps vers le lac.
La bataille:

Les Anglo-saxons s'enfoncent dans la gueule de l'attaque

Même position, vue légèrement différente

Premier sang aux anglo-saxons : le roi lui-même entraîne personnellement ses gardes du corps au corps à corps et détruit les guerriers pictes qui avaient feint de battre en retraite sur les rives du lac pendant ce temps, une mâchoire du piège picte se referme : les anglo-saxons forment une sorte de de bouclier pour affronter les lances pictes le reste des Pictes et les anglo-saxons semblent également figés !

De l'autre côté, une sorte de ligne de bataille est formée, bien que les troupes légères soient également engagées du côté proche, les gardes du corps et les archers anglo-saxons harcèlent les guerriers pictes dont beaucoup sont toujours en retrait tandis que d'autres anglo-saxons se forment un autre mur de bouclier

Les Anglo-Saxons sont parvenus à former deux lignes de bataille : peuvent-ils effectuer un repli et sortir du piège relativement intacts ?
/>
Les Anglo-Saxons de l'autre côté commencent à repousser les Pictes !

De l'autre côté, les Anglo-Saxons commencent à prendre le dessus : certains des tirailleurs pictes courent à l'arrière du côté proche, les Pictes parviennent enfin à mettre une attaque concertée, permettant à leur nombre de dire et de pousser les Anglo -Saxons en arrière, légèrement

Et soudain, tout était fini ! Le roi anglo-saxon et ses gardes du corps tombèrent sous les lances de l'infanterie picte et de leurs cavaliers légers. Techniquement, cela gagnerait automatiquement la bataille de toute façon, mais j'ai joué le reste du tour et les Anglo-Saxons ont perdu encore quelques bases comme le disait la pression picte.

Certaines troupes pictes n'ont pas réellement participé à la bataille

Ce couloir anglo-saxon s'est complètement effondré et très peu de leurs guerriers s'échapperaient : seuls les guerriers sur la colline qui n'ont jamais participé à la bataille pourraient s'échapper facilement.
Notes de jeu :
Un jeu court mais agréable utilisant les règles DBA v3.0. Comme toujours, le système DBA PIP présente des situations intéressantes. Parce que les Pictes ont initialement jeté si bas sur leurs scores PIP, l'embuscade s'est déroulée un peu à moitié armé. Pendant un instant, juste après que les Anglo-Saxons eurent éliminé une unité de guerriers et formé deux murs de boucliers, j'ai pensé que les Anglo-Saxons pourraient bien s'échapper, voire gagner. Mais lorsque les lanciers pictes sont entrés pleinement en action, les Anglo-Saxons se sont effondrés rapidement.
Comme toujours, DBA soulève quelques points intéressants. DBA, en faisant des lanciers pictes des « Fast Pikemen », en fait les troupes les plus efficaces sur le champ de bataille. En combat frontal de base, ils commenceraient à une base '6', tandis qu'une unité de lanciers soutenue serait '5'. Avec une chance moyenne et un nombre décent de combats, l'infanterie picte sortira vainqueur. Ajoutez les avantages de la situation tactique et de la supériorité numérique, il va falloir du bon jeu au joueur anglo-saxon pour s'en sortir. Je pense que si je refais ce scénario, je pourrais faire des lanciers les fantassins pictes.
Les règles donnent un bon jeu intéressant et sont normalement faciles à suivre. Je pense que cela a pris environ 45 minutes. J'ai utilisé mon Baccus 6mm Ancient British army pour les Pictes et les Baccus 6mm Anglo-Saxons pour l'armée anglaise. Je pense que les bâtiments sont de Timecast.
Et merci à Guy Halsall d'avoir écrit un scénario aussi intéressant. Il a aussi un blog d'histoire assez intéressant.

Quelques questions :
Je me suis interrogé sur le soutien de flanc par des troupes légères. Autant que je sache, l'infanterie légère (qui est "rapide") ne peut pas soutenir le flanc, mais les chevau-légers le peuvent ? Est-ce exact? Et l'autre chose sur laquelle je me suis demandé, c'est si les troupes de soutien de flanc devraient avancer si les troupes qu'elles soutiennent avancent après le recul de la cible ?


Bataille de Nechtansmere, 20 mai 685 - Histoire


La bataille de Nechtansmere 685 après JC

La bataille de Nechtansmere a eu lieu à Dunnichen, un petit village situé près de la ville de Forfar, Angus, le 20 mai 685 après JC. Les participants étaient les Angles et les Pictes dans ce qui était une simple bataille de territoire. Les conséquences, cependant, seraient beaucoup plus dramatiques et affecteraient l'histoire de l'Angleterre et de l'Écosse dans une large mesure au cours des prochains millénaires et demi.

Après le départ des Romains d'Angleterre, de nombreux groupes qui souhaitaient occuper le territoire ont comblé le vide laissé derrière eux. Les Irlandais, les Écossais et les Pictes qui ont combattu les Romains, ainsi que les tribus celtiques indigènes d'Angleterre se disputaient le territoire. Mais c'était un groupe extérieur qui a en fait pris le contrôle de l'Angleterre et est devenu le pouvoir dans le pays. C'était une tribu appelée les Angles, qui est arrivée vers 450 après JC avec les Jutes et les Saxons du nord de l'Allemagne.

Les Angles ont pris le contrôle de la région d'Angleterre appelée Northumbria et ont rapidement commencé à dominer les autres tribus de la région. Au début du 7ème siècle, ils avaient conquis Lothian et continuaient à faire pression vers le nord dans leur demande de territoire. Mais les autres pays de la région se disputaient également le territoire : il s'agissait notamment des Britanniques gallois de Strathclyde, des Écossais de Dalriada et des Pictes du sud de la Calédonie. Les Angles ont découvert qu'ils avaient eu leur plus grand succès contre les Pictes et ont lentement avancé dans le sud de la Calédonie et de petites portions de Dalriada au fil du temps. Cela a continué pendant de nombreuses années, jusqu'à ce qu'un nouveau roi des Pictes commence à montrer son pouvoir.

Le roi Bridei est arrivé au pouvoir vers 681 après JC et a rapidement pris le contrôle de la forteresse picte de Dunnotar. Il enchaîna rapidement avec une victoire sur les Orcadiens en 682 et sur les Écossais à Dunnadd en 683. La plupart de ses frontières étant désormais sécurisées, il se concentra sur la principale menace pour son royaume. Dans le sud, les Northumbriens sous leur roi Ecgfrith, continuaient à détenir une grande partie du royaume calédonien du sud. Bridei a commencé petit au début avec des raids harcelants de type guérilla contre les Angles. En même temps, il construisait ses forces et attendait la réponse éventuelle d'Angle, une invasion.

Les Angles étaient invaincus au combat depuis leur arrivée en Angleterre, ce qui a peut-être causé un excès de confiance, qui allait devenir leur perte. L'hôte Angle sous le commandement du roi Ecgfrith a attaqué en Calédonie au début de 685, apparemment dans le but de conquérir la Calédonie une fois pour toutes. Mais Bridei était prêt et s'est retiré sur le terrain de son choix pour se battre. Lorsque les Angles se trouvaient entre le fort de la colline de Dun Nechtan et une zone de marais connue sous le nom de Nechtans Mire, il attaqua.

On sait peu de choses sur la bataille elle-même, mais le choix du terrain montre que les Angles ont été encerclés et abattus lors d'une apparente attaque surprise. La victoire est totale pour les Pictes, puisque le roi Ecgfrith et la quasi-totalité de son armée sont tués. Bridei a ensuite « nettoyé » la Calédonie des Angles restants qui occupaient le terrain depuis environ 30 ans.

Après cette bataille, les Écossais et les Pictes se sont largement disputés le territoire entre eux, avec l'incursion occasionnelle des Vikings. Cela a finalement conduit à l'union des deux pays de Dalriada et de Calédonie dans le pays d'Alba. Deux siècles plus tard, ils avaient également incorporé Strathclyde et vaincu à nouveau les Angles restants, prenant Lothian et créant l'Écosse.

Cette bataille était extrêmement importante pour deux raisons. Premièrement, cette victoire des Pictes a déplacé l'équilibre des pouvoirs entre les tribus germaniques occupant la Grande-Bretagne des Angles aux Saxons, mettant ainsi en place les guerres ultérieures entre l'Écosse et l'Angleterre. Deuxièmement, le pouvoir des Angles en Grande-Bretagne a été brisé à jamais, les laissant incapables de conquérir ce qui est maintenant l'Écosse. S'ils l'avaient fait, l'Écosse, selon toute probabilité, n'aurait jamais existé, et toute l'île aurait finalement été sous le contrôle d'un seul maître, les Angles.


Bataille de Dun Nechtain

Les Bataille de Dun Nechtain ou Bataille de Nechtansmere (gaélique écossais : Blàr Dhùn Neachdain, vieil irlandais : Dun Nechtain, vieux gallois : Gueith Linn Garan, gallois moderne : Gwaith Llyn Garan, Vieux anglais: Nechtansmere) a été combattu entre les Pictes, dirigés par le roi Bridei Mac Bili, et les Northumbriens, dirigés par le roi Ecgfrith, le 20 mai 685.

L'hégémonie de Northumbrie sur le nord de la Grande-Bretagne, conquise par les prédécesseurs d'Ecgfrith, avait commencé à se désintégrer. Plusieurs des nations soumises de Northumbria s'étaient rebellées ces dernières années, conduisant à un certain nombre de batailles à grande échelle contre les Pictes, les Merciens et les Irlandais, avec des succès variés. Après les sièges des territoires voisins menés par les Pictes, Ecgfrith mena ses forces contre eux, malgré les avis contraires, dans le but de réaffirmer sa suzeraineté sur les nations pictes.

Une fausse retraite des Pictes a attiré les Northumbriens dans une embuscade à Dun Nechtain près du lac de Linn Garan. On a longtemps pensé que le site de la bataille se trouvait près du village actuel de Dunnichen à Angus. Des recherches récentes, cependant, ont suggéré un emplacement plus au nord près de Dunachton, sur les rives du Loch Insh à Badenoch et Strathspey.

La bataille s'est terminée par une victoire picte décisive qui a gravement affaibli la puissance de Northumbria dans le nord de la Grande-Bretagne. Ecgfrith a été tué au combat, avec la plus grande partie de son armée. La victoire picte a marqué leur indépendance de la Northumbrie, qui n'a jamais retrouvé sa domination dans le nord.

Fond

Au cours du VIIe siècle après JC, les Northumbriens étendirent progressivement leur territoire vers le nord. Les Annales de Tigernach enregistrent un siège d'"Etain" en 638, [2] qui a été interprété comme la conquête d'Eidyn (Édimbourg) par la Northumbrie sous le règne d'Oswald, marquant l'annexion des territoires Gododdin au sud de la rivière Forth. [3]

Au nord du Forth, les nations pictes se composaient à cette époque du royaume de Fortriu au nord du Mounth, et d'une "zone picte méridionale" entre là et le Forth. [4] L'évidence de l'historien anglo-saxon Bede du huitième siècle indique que les Pictes sont également subjugués par les Northumbriens pendant le règne d'Oswald, [5] et suggère que cette soumission a continué dans le règne de son successeur, Oswiu. [6]

Ecgfrith succéda à Oswiu en tant que roi de Northumbrie en 670. Peu de temps après, les Pictes se révoltèrent contre l'assujettissement de Northumbrie lors de la bataille des Deux-Rivières, enregistrée au 8ème siècle par Stephen de Ripon, hagiographe de Wilfrid. [7] Ecgfrith a été aidé par un sous-roi, Beornhæth, qui peut avoir été un chef des Pictes du Sud, [8] et la rébellion s'est terminée par un désastre pour les Pictes du Nord de Fortriu. Leur roi, Drest mac Donuel, est destitué et remplacé par Bridei mac Bili. [9]

En 679, l'hégémonie de Northumbrie commençait à s'effondrer. Les annales irlandaises enregistrent une victoire mercienne sur Ecgfrith au cours de laquelle le frère d'Ecgfrith, Ælfwine de Deira, est tué. [10] Des sièges ont été enregistrés à Dunnottar, dans la région la plus septentrionale de la "zone picte méridionale" près de Stonehaven en 680, et à Dundurn à Strathearn en 682. [11] Les antagonistes de ces sièges ne sont pas enregistrés, mais l'interprétation la plus raisonnable On pense que les forces de Bridei étaient les assaillants. [12]

Bridei est également enregistré comme ayant "détruit" les îles Orcades en 681, [13] à une époque où l'église de Northumbrie subissait une réforme religieuse majeure. Il avait suivi les traditions de l'église colombienne d'Iona jusqu'au synode de Whitby en 664 au cours duquel il s'était engagé à être fidèle à l'église romaine. Le diocèse de Northumbrie a été divisé et un certain nombre de nouveaux sièges épiscopaux ont été créés. One of these was founded at Abercorn on the south coast of the Firth of Forth, and Trumwine was consecrated as Bishop of the Picts. Bridei, who was enthusiastically involved with the church of Iona, [14] is unlikely to have viewed an encroachment of the Northumbrian-sponsored Roman church favourably. [15]

The attacks on the Southern Pictish Zone at Dunnottar and Dundurn represented a major threat to Ecgfrith's suzerainty. [16] Ecgfrith was contending with other challenges to his overlordship. In June 684, countering a Gaelic-Briton alliance, he sent his armies, led by Berhtred, son of Beornhæth, to Brega in Ireland. Ecgfrith's force decimated the local population and destroyed many churches, actions which are treated with scorn by Bede. [17]

Account of the battle

"[T]he very next year [685AD], that same king [Egfrid], rashly leading his army to ravage the province of the Picts, much against the advice of his friends, and particularly of Cuthbert, of blessed memory, who had been lately ordained his bishop, the enemy made show as if they fled, and the king was drawn into the straits of inaccessible mountains, and slain with the greatest part of his forces, on the 20th of May, in the fortieth year of his age, and the fifteenth of his reign."
– Bede's account of battle from his Ecclesiastical History of England. [18]

While none of the historical sources explicitly state Ecgfrith's reason for attacking Fortriu in 685, the consensus is that it was to reassert Northumbria's hegemony over the Picts. [19] The most thorough description of the battle is given by Bede in his 8th-century work Historia ecclesiastica gentis Anglorum (The Ecclesiastical History of the English People), but this is still brief. Additional detail is given in the Irish annals of Ulster and Tigernach, and by the early Welsh historian Nennius in his Historia Brittonum (written around a century later). [20]

Ecgfrith's attack on Fortriu was made against the counsel of his advisors, including Cuthbert, who had recently been made Bishop of Lindisfarne. The Picts, led by Bridei, feigned retreat and drew Ecgfrith's Northumbrian force into an ambush on Saturday, 20 May 685 at a lake in mountains near Duin Nechtain. The Northumbrian army was defeated and Ecgfrith slain. [20]

Emplacement

"Egfrid is he who made war against his cousin Brudei, king of the Picts, and he fell therein with all the strength of his army and the Picts with their king gained the victory and the Saxons never again reduced the Picts so as to exact tribute from them. Since the time of this war it is called Gueith Lin Garan."
– Nennius' account of battle from Historia Brittonum. [21]

The site of the battle is uncertain. Until relatively recently the battle was most commonly known by its Northumbrian name, the Battle of Nechtansmere, from the Old English for 'Nechtan's lake', following 12th-century English historian Symeon of Durham. [22] The location of the battle near a lake is reinforced by Nennius' record of the conflict as Gueith Linn Garan, Old Welsh for 'Battle of Crane Lake'. It is likely that Linn Garan was the original Pictish name for the lake. [23]

The most complete narrative of the battle itself is given by Bede, who nevertheless fails to inform us of the location other than his mention that it took place 'in straits of inaccessible mountains'. [18]

The Irish Annals have provided perhaps the most useful resource for identifying the battle site, giving the location as Dún Nechtain, 'Nechtan's Fort', a name that has survived into modern usage in two separate instances. [24]

Dunnichen

"The battle of Dún Nechtain was fought on Saturday, May 20th, and Egfrid son of Oswy, king of the Saxons, who had completed the 15th year of his reign, was slain therein with a great body of his soldiers. .
– Account of battle from the Annals of Ulster. [25]
"The battle of Dún Nechtain was carried out on the twentieth day of the month of May, a Sunday, in which Ecfrith son of Osu, king of the Saxons, in the 15th year of his rule completed, with magna caterua of his soldiers was killed by Bruide son of Bile king of Fortriu."
– Account of battle from the Annals of Tigernach. [26]

Dunnichen in Angus was first identified as a possible location for the battle by antiquarian George Chalmers in the early 19th century. [27] Chalmers notes that the name 'Dunnichen' can be found in early charters of Arbroath Abbey as 'Dun Nechtan'. [28] He further suggests a site, 'Dunnichen Moss' (grid reference NO516489 ), to the east of the village, which he informs us had recently been drained but can be seen in old maps as a small lake. [29] Earlier local tradition, related by Headrick in the Second Statistical Account, claimed that the site was the location of the Battle of Camlann, where King Arthur fought Mordred. [30]

More recent suggestions for the battle site include the valley to the north of Dunnichen Hill, centering on Rescobie Loch (grid reference NO512518 ) and Restenneth Loch (grid reference NO483518 ), which is now much reduced following drainage in the 18th century. [31]

The battle scene inscribed on the Aberlemno kirk yard stone is often cited as evidence for the battle site. This interpretation was made based on the stone's proximity to Dunnichen, only 3 miles (5 km) to the north, but while the short distance seems compelling, the stone is unlikely to be any earlier than mid-8th century, [32] and the ornamentation of the stone, including the animal forms used and the style of weaponry depicted, suggests it may be as late as the mid-9th century. [33] Prior to being linked with the Battle of Nechtansmere, the Aberlemno stone had been cited as evidence for the Battle of Barry (now known to be historically inauthentic), [34] and there are a number of other possible interpretations for the carving. [35]

Dunachton

In a paper published in 2006, historian Alex Woolf gives a number of reasons for doubting Dunnichen as the battle site, most notably the absence of "inaccessible mountains" in mid-Angus. He makes a case for an alternative site at Dunachton in Badenoch (grid reference NH820047 ), on the north-western shore of Loch Insh, which shares Dunnichen's toponymical origin of Dún Nechtain. [22] James Fraser of Edinburgh University suggests that, while it is too early to discount Dunnichen as a potential battle site, locating it there requires an amount of "special pleading" that Dunachton does not need. [36]

Conséquences

Ecgfrith's defeat at Dun Nechtain devastated Northumbria's power and influence in the North of Britain. Bede recounts that the Picts recovered their lands that had been held by the Northumbrians and Dál Riatan Scots. He goes on to tell how the Northumbrians who did not flee the Pictish territory were killed or enslaved. [18]

The Northumbrian/Roman diocese of the Picts was abandoned, with Trumwine and his monks fleeing to Whitby, stalling Roman Catholic expansion in Scotland. [18]

While further battles between the Northumbrians and Picts are recorded, for example in 697 when Beornhæth's son Berhtred was killed, [37] the Battle of Dunnichen marks the point in which Pictish independence from Northumbria was permanently secured. [38]


Ancients

Les Battle of Dun Nechtain or Battle of Nechtansmere (Scottish Gaelic: Blàr Dhùn Neachdain, Old Irish: Dún Nechtain, Old Welsh: Gueith Linn Garan, Old English: Nechtansmere) was fought between the Picts, led by King Bridei Mac Bili, and the Northumbrians, led by King Ecgfrith, on 20 May 685.

The Northumbrian hegemony over Northern Britain, won by Ecgfrith's predecessors, had begun to disintegrate. Several of Northumbria's subject nations had rebelled in recent years, leading to a number of large-scale battles against the Picts, Mercians, et irlandais, with varied success. After sieges of neighbouring territories carried out by the Picts, Ecgfrith led his forces against them, despite advice to the contrary, in an effort to reassert his suzerainty over the Pictish nations.

A feigned retreat by the Picts drew the Northumbrians into an ambush at Dun Nechtain near the lake of Linn Garan. The battle site has long been thought to have been near the present-day village of Dunnichen in Angus. Recent research, however, has suggested a more northerly location near Dunachton, on the shores of Loch Insh in Badenoch and Strathspey.


Upcoming Online Talk: The Battle of Nechtansmere, 685AD

Linlithgow Museum is happy to announce its second virtual talk:

The Battle of Nechtansmere, 685AD, or: why Abercorn doesn’t have a cathedral!

An online talk delivered by Eve Boyle from Historic Environment Scotland (HES).
Thu, 28 Jan 2021, 19:30 GMT

On Saturday 21st May 685, the Northumbrian King Ecgfrith was killed in a disastrous battle against the Pictish King Bridei. The battle is one of those pivotal moments that are studded across our historical narrative indeed, an argument can be made that, had it gone the other way, the history of these islands could have been very different. In recent years Nechtansmere has become a talking point amongst scholars, as new evidence has cast doubt on the traditional view of its context and, indeed, its location.

In this lecture, Eve Boyle, archaeologist with Historic Environment Scotland, will explain the background to the battle, its consequences, and explore the arguments over its location. The lecture will also take in Abercorn, where a bishop had recently established there by the Northumbrians, only to flee south in the aftermath of the battle.

Tickets for the talk are £3, and all profits from the event will go to help keeping Linlithgow Museum running in these difficult times.


Pieces from the Picts: The Missing Archaeology of the Battle of Dunnichen

On 20 May 685, the Picts made one of the most decisive victories in the history of the British Isles at Blàr Dhùn Neachdain, also known as the Battle of Dunnichen or the Battle of Nechtansmere.

What Happened?

In the seventh-century, Northumbria was the largest kingdom in the island of Britain, its borders stretching as far north as the Firth of Forth, west to Galloway and as far south as present-day Sheffield in England. It also held control over a number of sub-kingdoms, including the Pictish ones.

However, by 685 Northumbrian dominance over Northern Britain, won by King Ecgfrith’s predecessors, had begun to disintegrate. Several of Northumbria’s subject nations had rebelled in recent years, leading to a number of large-scale conflicts against the Picts, Mercians and Irish, with varied success. After sieges of neighbouring territories carried out by the Picts, Ecgfrith led his forces against them, despite advice to the contrary (even by the famous Cuthbert, bishop of Lindisfarne), in an effort to reassert his power over the Pictish nations.

The battle ended with a Pictish victory – led by King Bridei Mac Bili – which severely weakened Northumbria’s power in northern Britain. Ecgfrith was killed in battle, along with the greater part of his army. The Pictish victory marked their independence from Northumbria, who never regained their dominance in the north.

20 May 685, the independence of the Pictish Nation is preserved at the Battle of #Nechtansmere. pic.twitter.com/7SxoRiYMK4

— Bonnie Dundee (@BonnieDundee89) 20 May 2016

The Aberlemno Stones

Aberlemno in Angus is famous for its Pictish stones, six of which have been found in or around the village. On the reverse of the carved stone known as Aberlemno 2, is a battle scene long thought to depict the Battle of Dunnichen.

In the scene, the warriors on the left-side of the stone fight without helmets, showing their long hair – these are thought to be the Pictish forces. The opposing army occupies the right side of the scene wearing helmets with prominent nose-pieces – consistent with Northumbrian armour. It appears that the army on the left is winning, with a Pict on horseback chasing a Northumbrian cavalryman straight off the edge of the stone. On the bottom row, a dead Northumbrian (possibly King Ecgfrith) is being pecked by a raven the symbol of death in battle.

There has possibly been a church at Aberlemno since 710 (originally called Egglespethir associated with Restenneth Priory), which led some to believe that the stones were created around then to commemorate the battle. Early nineteenth-century historian George Chalmers argued that the location of the battle (recorded in the Annals of Ulster as Dún Nechtain) was the same as present-day Dunnichen, just four miles south of Aberlemno.

However, Aberlemno 2 has since been re-dated and found to have been carved in the mid-ninth century, over 150 years after the battle. As a result, alternative interpretations have been made as to the identity of the warring figures on the stone, including that the scene depicts a battle between Picts and Vikings, or that it is a memorial to 8th-century Pictish king Óengus I, or even that it represents a spiritual struggle.

The Location of the Battle

So, just where did this devastating event take place? There are several written accounts of the battle, including a description by the scholar Bede in his Historia Ecclesiastica Gentis Anglorum, as well as the Annals of Ulster which probably draw on an earlier chronicle from Iona.

Locating the site in Dunnichen may match up with the Annals of Ulster, but it conflicts with Bede’s account, which noted that the battle took place ‘in tight places amid inaccessible mountains’.

Many scholars have posited where this site could be, but early medieval historian Alex Woolf thought he found the answer in early 2006. Due to further place-name evidence, an alternative Dún Nechtain was identified at Dunachton, an estate in the Highlands, which fitted the topographical constraints of Bede’s account.

The theories as to the battle’s location are based primarily on evidence of place-names, surviving almost unchanged for over a thousand years, which originate in texts not written by the Picts (who had no written language apart from Ogham) or by anyone in close proximity to the event. Even Bede was writing from a monastery in England almost fifty years after the date of the battle.

Apart from the fascinating scene on the reverse of Aberlemno 2, no archaeological evidence associated with the battle has yet been found. Badenoch however, is littered with Pictish stones, and perhaps one day a stone will be discovered from this area which depicts the greatest Pictish victory in history.


Conséquences

Dunachton

More recent suggestions for the battle site include the valley to the north of Dunnichen Hill, centering around Rescobie Loch (grid reference ) and Restenneth Loch (grid reference ), which is now much reduced following drainage in the 18th century. [30]


Voir la vidéo: The Sea-Kingdom: Dál Riata u0026 The Birth of Scotland (Mai 2022).


Commentaires:

  1. Rendell

    Cette très bonne pensée sera utile.

  2. Itzik

    Je m'excuse, mais je pense que vous vous trompez. Je peux défendre ma position. Écrivez-moi dans PM.

  3. Roshan

    Je suis désolé, mais, à mon avis, ils avaient tort. Je suis capable de le prouver. Écrivez-moi dans PM, discutez-en.

  4. Elroy

    Je m'excuse, mais cela ne me convient pas.

  5. Sanersone

    cool ... c'était intéressant à lire

  6. Connor

    Pour ma part, tu n'as pas raison. Je suis assuré. Discutons-en.



Écrire un message