L'histoire

Hawker Hunter F. Mark 4

Hawker Hunter F. Mark 4


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Hawker Hunter F. Mark 4

Le Hawker Hunter F.Mark 4 a été la première version majeure de l'avion et le premier à pouvoir transporter des réservoirs largables ou des bombes sur des pylônes sous les ailes. Au total, 365 F.Mark 4 ont été construits avant que la production ne passe au très supérieur F.Mark 6.

Au début, le F.Mark 4 était propulsé par le même moteur Avon 113 que le F.Mark 1, et souffrait donc des mêmes problèmes de surtension. À partir de la 157e machine, le moteur a été remplacé par l'Avon 115, ce qui a réduit les problèmes de surtension. La plupart des avions précédents ont également reçu les mêmes modifications.

Dès le départ, le F.Mark 4 avait une capacité de carburant interne accrue - passant de 334 gallons à 414 gallons, avec les 80 gallons supplémentaires transportés dans les ailes. Les ailes ont également été renforcées pour permettre l'installation d'un pylône sous l'aile monté juste à l'extérieur des roues principales. Chaque pylône pouvait transporter un réservoir de 100 gallons ou 1 000 livres de bombes. Un changement plus mineur a été l'ajout de deux blisters externes montés juste derrière les canons pour attraper les maillons métalliques dans les ceintures de munitions qui volaient en arrière après avoir été éjectés du canon et endommager le fuselage et l'aérofrein. Les mêmes changements ont été introduits sur le F.Mark 5 produit par Armstrong Whitworth.

Au total, 365 F.Mark 4 ont été produits, la production étant répartie entre les usines Hawker de Kingston et de Blackpool. Le premier avion de Kingston a effectué son vol inaugural le 20 octobre 1954 et le premier avion de Blackpool le 20 janvier 1955. En mars 1955, le F.4 a été attribué à l'Air Fighting Development Unit, et en mars, nos 54 et 111 escadrons sont devenus les premiers unités opérationnelles pour recevoir le nouvel avion.

En avril 1955, l'escadron n°98 de la 2e armée de l'air tactique est devenu le premier escadron basé en Allemagne à recevoir le Hunter, et en juin 1956, treize escadrons de la 2e TAF avaient fait le changement - dix du Sabre F.1/F.4 et trois du DH Venom FB.1. À la fin de 1956, sept escadrons basés à domicile avaient également reçu le type. Malgré ce déploiement rapide, le F.4 a eu une courte carrière en première ligne et, en 1957, a commencé à être remplacé par le F.Mark 6, avec son moteur plus puissant de la série Avon 200. La plupart des F.4 sont allés aux unités de formation, bien que certains aient été convertis en T.7 ou T.8 à deux places ou retournés à Hawkers pour être vendus à l'étranger.

Le F.4 a été produit sous licence par Fokker à Amsterdam pour l'armée de l'air néerlandaise et Avions Fairey à Bruxelles pour les Belges. Fokker a produit 96 avions, qui ont servi dans l'armée de l'air néerlandaise à partir de 1955 et ont presque combattu au-dessus de l'Indonésie. Avions Fairey a produit 112 avions qui ont servi jusqu'au milieu des années 1960 avant d'être remplacés par le Lockheed F.104G Starfighter. Les deux sociétés ont ensuite basculé la production sur le F.6, et bon nombre de ces avions ultérieurs seraient achetés par Hawkers et vendus à des clients étrangers.

Un nombre F.4 a été utilisé pour les essais. Les colporteurs ont utilisé le WT703 pour les tests avec les réservoirs largables de 100 gallons ainsi que différentes combinaisons de bombes et de roquettes. WT780 a été utilisé pour tester une turbine à air dynamique Plessey qui a été installée sur le côté tribord du fuselage arrière. Cela était destiné à fonctionner aux côtés d'un nouvel empennage à dalle, mais lorsque les travaux sur le nouvel empennage ont été abandonnés, la turbine à air dynamique a été retirée de l'avion. Il a ensuite été utilisé comme prototype d'avion de reconnaissance photo, avec cinq caméras dans le nez et la désignation FR. Mark 4. Cet avion a été soumis à la spécification FR.164D, ce qui a conduit au Hunter F.R. Mark 10. Enfin, le XF310 a été utilisé pour tester le tir du missile guidé Faisy Fireflash.

Moteur : Rolls Royce Avon 115
Puissance : 8 000 lb de poussée
Équipage : 1
Envergure: 33ft 8in
Longueur : 45 pieds 10,5 pouces
Hauteur : 13 pieds 2 pouces
Poids à vide : 12 760 lb
Poids maximal : 19 700 lb
Vitesse maximale : 622 mph
Vitesse de croisière:
Plafond de service : 52 000 pi
Portée : 1 650 milles sans réservoirs
Armement : Quatre canons Aden de 30 mm
Charge de bombes : 2 000 lb transportées à l'extérieur


Hawker Sea Hawk

Alors que Hawker Aircraft Ltd. présentait son chasseur naval à hélice Sea Fury en 1944, ils ont commencé à réfléchir à la manière d'appliquer la nouvelle technologie des moteurs à réaction à la conception du Fury. Rolls-Royce venait d'introduire un nouveau moteur, le B.41 (qui s'appellera le Nene), qui avait une poussée suffisante pour propulser la grande cellule Fury, et en novembre 1944, Hawker a fourni un concept préliminaire d'un B.41- propulsé Fury au gouvernement britannique, avec la désignation P.1035.

L'équipe de conception, travaillant sous la direction de Sir Sydney Camm, a retiré le moteur radial Centaurus du nez du Fury, a déplacé la verrière de la bulle aussi loin que possible et a placé le moteur Rolls au milieu de l'avion, avec des prises le long du fuselage et d'échappement comme un tuyau d'échappement sortant directement à l'arrière. Après un peu plus de réflexion, les ingénieurs de Hawker ont présenté une proposition de suivi, désignée P.1040, en décembre 1944, le nouveau design avait un raffinement majeur en ce sens que le tuyau d'échappement droit a été remplacé par un tuyau d'échappement fendu, avec chaque sortie dans l'emplanture de l'aile, ce schéma signifiait que l'emplanture de l'aile devait être épaissie, et donc les prises d'air ont également été placées dans les racines de l'aile. Cette disposition réduisait la quantité de conduits et permettait de stocker le carburant à l'avant et à l'arrière du moteur, préservant le centre de gravité de l'avion pendant que le carburant était consommé. Éviter d'avoir un long tuyau d'échappement signifiait également éviter tout effet de perte de poussée qui se faisait vivement sentir sur les conceptions antérieures de moteurs à réaction de faible puissance.


P.1040 VP401 décollant lors de son premier vol origine inconnue

L'aile elliptique distinctive du Fury a été abandonnée pour une aile à bords droits (pour simplifier la fabrication) et l'empennage a été surélevé pour lui permettre de dégager l'échappement du jet. Le nouveau design avait également un train d'atterrissage tricycle - le premier avion Hawker à le faire, il ne ressemblait plus beaucoup à un Fury. L'armement a été spécifié comme quatre canons Hispano Mark 5 de 20 mm. Le P.1040 était destiné à être utilisé par la RAF. L'intérêt du gouvernement, cependant, était modéré, la guerre serait clairement terminée avant longtemps, et la RAF et la Royal Navy avaient d'autres modèles de chasseurs à réaction en vol ou en préparation. Néanmoins, malgré la fin de la guerre, en octobre 1945, Camm ordonna la construction d'un prototype.

À ce moment-là, l'intérêt de la RAF avait complètement disparu - leurs planificateurs aériens pensaient que leurs derniers météores seraient la chose la plus chaude dans l'air dans un avenir prévisible - et Hawker Aircraft, confronté à des annulations massives de commandes pour leurs combattants prop, a modifié à la hâte le P .1040 conçu pour l'exploitation du porte-avions et a soumis la proposition aux planificateurs navals en janvier 1946.


VP422, le deuxième prototype Cyril Peckham, Hawker Aircraft Ltd.

Au grand soulagement de Hawker, la Marine a été impressionnée par la conception et a commandé trois prototypes et un élément de test Hawker a complété le prototype déjà en cours pour fournir l'avion initial et a rapidement construit les autres. Les ingénieurs de Camm ont ensuite affiné la conception du P.1040 en tant qu'intercepteur basé sur un porte-avions - ainsi que d'examiner ce qui pourrait être fait avec la conception pour intéresser à nouveau la RAF. Cet effort a conduit à un certain nombre d'autres conceptions, notamment une version à aile en flèche (le P.1052), une version à moteur fusée (le P.1072) et une version à aile en flèche avec le jetpipe sortant à l'extrémité du fuselage (le P. 1081, destiné à un usage australien mais annulé en 1950). Le P.1081 serait pourtant le précurseur du très réussi Hunter.

Le premier prototype a volé le 2 septembre 1947, le projet a été annoncé au public un mois plus tard, déguisé pour une raison oubliée en un effort purement financé par l'entreprise. Ce prétexte a été abandonné lorsque le deuxième prototype a volé un an plus tard, le 3 septembre 1948 : il avait des ailes repliables, un crochet d'arrêt de type dard et était entièrement armé. Ce deuxième prototype a été utilisé dans des essais de porte-avions qui ont indiqué le besoin d'une envergure légèrement plus longue et d'un crochet d'arrêt.

Le troisième prototype a pris son envol le 17 octobre 1949. Il s'agissait essentiellement d'un prototype de production entièrement fonctionnel, avec un crochet d'arrêt plus long, des dispositions pour l'équipement de décollage assisté par fusée (RATOG) et des points d'attache pour les réservoirs largables. Le groupe motopropulseur était le Rolls Nene 101, fournissant 2270 kilogrammes (5000 livres) de poussée. Les essais en service se sont avérés fructueux et le 22 novembre 1949, la Royal Navy a commandé 151 exemplaires du nouvel avion, désormais officiellement connu sous le nom de Sea Hawk. Le lot initial de 35 Sea Hawk F.1 a été en partie utilisé pour d'autres essais de service (dont l'un s'est terminé de manière désastreuse lorsque les ailes repliables se sont déverrouillées au décollage) et pour fournir les premiers exemplaires réellement livrés aux escadrons de la Marine (806 NAS recevant le premier neuf avions en mars 1953).


F.1s WF144 (premier plan), WF143 et WF145 (arrière-plan) en 1952 origine inconnue

Lorsque Winston Churchill était redevenu Premier ministre en 1951, il avait lancé un programme de « super-priorité » pour accélérer la production de certains avions critiques, et le Sea Hawk était l'un d'entre eux. Le résultat final a été que la fabrication a été transférée à Armstrong Whitworth Aircraft (un autre membre du groupe Hawker Siddeley). AWA a construit 60 autres F.1. Les pilotes avaient remarqué une tendance des ailerons à osciller, et pour résoudre ce problème, le Sea Hawk F.2 a été produit, fournissant des ailerons à commande électrique et quelques autres petites améliorations. 40 ont été construits.

La variante suivante, le Sea Hawk FB.3 (Fighter Bomber), vola pour la première fois en mars 1954 et incorporait une aile renforcée qui pouvait être configurée pour transporter une variété de configurations de test de magasins, notamment le transport de deux bombes de 500 livres (225 kilogrammes). et deux réservoirs largables 20 roquettes de 7,62 centimètres (chacune avec une ogive de 27 kilogrammes) et d'autres combinaisons de bombes, de roquettes et de mines. 116 FB.3 ont été construits, mais la Royal Navy avait été tellement surchargée par ses engagements pendant la guerre de Corée qu'elle n'a pas été en mesure de qualifier la plupart de ces avions pour une utilisation complète des magasins. Malgré cette situation embarrassante, une variante de frappe améliorée, le Sea Hawk FGA.4 (Fighter Ground Attack) a volé pour la première fois en août 1954, et 97 seront construits en tout.


Départ en masse des Sea Hawks à bord d'un porte-avions d'origine inconnue

En 1954, cependant, d'autres pays commençaient à mettre en service des avions capables de franchir le mur du son en vol en palier, et les performances du Sea Hawk commençaient à devenir un sujet de préoccupation. La Rolls-Royce Nene était un moteur à flux centrifuge, et il était devenu évident à ce moment-là qu'il s'agissait d'une impasse technologique - le moteur à flux axial étant la voie de l'avenir. Cela imposait une limite aux performances ultimes que l'on pouvait attendre du Sea Hawk, mais certaines améliorations étaient encore possibles lorsque la poussée de 5200 livres (2460 kilogrammes) Nene 103 est devenue disponible, environ 50 FB.3 et quelques FB.4 ont été remotorisé avec le Nene 103, devenant connu sous le nom de Sea Hawk FB.5s. L'augmentation de la poussée était trop modeste pour augmenter sensiblement la vitesse maximale de l'avion, mais elle offrait une marge de sécurité supplémentaire pour les opérations dans le poste de pilotage.

Le nouveau Nene 103 a également été conçu dans de nouveaux Sea Hawks de production, ces nouvelles machines étant désignées FGA.6. 87 ont été construits. Le type allait bientôt être utilisé aux côtés de certains FB.3, fournissant un soutien aérien rapproché à l'opération anglo-française Suez en novembre 1957. Au cours de l'opération Musketeer, comme l'opération était connue au Royaume-Uni, 800, 802, 804, 810, 897 et 899 avions NAS ont été embarqués sur les porte-avions HMS Albion, HMS Bulwark et HMS Eagle. Les Sea Hawks ont livré les armes que les nouveaux Hunters de la RAF (basés à Chypre) n'avaient pas la portée de livrer, attaquant les aérodromes, les voies ferrées et les sites antiaériens. De violents tirs au sol ont entraîné la perte de deux Sea Hawk et plusieurs sont revenus avec des dommages, mais l'avion s'en est bien sorti. Ce ne serait pas la dernière fois que le Sea Hawk faisait couler du sang, mais ce serait la dernière fois qu'il était en service au Royaume-Uni.

Toujours en 1956, 22 Sea Hawks ont été commandés par les Néerlandais pour opérer avec le Naval Air Service (Marine Luchtvaartdienst - MLD), à payer avec les fonds de l'OTAN, ces machines étaient presque identiques aux avions FGA.6, mais avaient une radio Philips UHF et ont été désignés comme FGA.50s. Opérés par les 860 et 3 escadrons, la plupart de ces avions ont ensuite été modifiés pour transporter une paire de missiles air-air Philco Sidewinder 1A. À peu près au même moment, la marine allemande (Bundesmarine) a passé une commande de 64 Sea Hawk, la commande étant répartie également entre les chasseurs de jour et les chasseurs de mauvais temps/de reconnaissance. empennage vertical. Les chasseurs de jour ont été désignés Mark 100, le Mark 101 était similaire mais portait une grande nacelle radar sur l'un des pylônes sous les ailes.


Sea Hawks sur INS Vikrant Bharat Rakshak

En service au Royaume-Uni, le Sea Hawk était au bord de l'obsolescence avec le nouveau Supermarine Scimitar qui devait être le remplaçant avec le de Havilland Sea Vixen. La suppression progressive du Sea Hawk a commencé en 1958. En 1960, il avait été complètement retiré du service de première ligne au Royaume-Uni. Les derniers Sea Hawks de production étaient 14 avions FGA.6, livrés en 1961 à la marine indienne, les Indiens avaient commandé 24 Sea Hawks. Répartis moitié-moitié entre les FGA.6 nouvellement construits et les FB.3 convertis, les Indiens ont été suffisamment impressionnés pour acheter plus tard 22 Sea Hawk supplémentaires (un mélange de FGA.4 et FGA.6). En service néerlandais, le Sea Hawk a duré jusqu'au 23 octobre 1964, date à laquelle le dernier exemplaire a été retiré du service. Les Allemands ont retiré les leurs l'année suivante, et 28 de leurs machines ont été acquises par les Indiens qui étaient visiblement toujours impressionnés par le type ! Les Indiens continueraient à exploiter leurs Sea Hawks pendant une période beaucoup plus longue, de sorte qu'ils étaient toujours opérationnels lorsque la guerre indo-pakistanaise de 1971 a éclaté.

Le jour des attaques pakistanaises contre les aérodromes indiens qui ont déclenché la guerre, le transporteur indien, l'INS Vikrant, avait une chaudière hors service, ce qui a réduit sa vitesse et sa maniabilité. Malgré cela et une tentative d'attaque sous-marine, il a navigué vers le principal port pakistanais de Chittagong. Le 4 décembre 1971, les Sea Hawks du Vikrant attaquent Cox's Bazaar et Chittagong. D'autres attaques contre d'autres ports voisins ont suivi le lendemain, puis Chittagong a été attaqué une fois de plus. Pour aucune perte, les Sea Hawks ont laissé une scène de dévastation avec le port pakistanais et son aérodrome voisin détruit ainsi le Sea Hawk a joué son rôle dans la victoire indienne.

Cinq ans plus tard, le Sea Hawk était toujours en service et le 4 mars 1976, le Cdr. Peter Debras a eu le malheur de lancer le Vikrant lorsque la catapulte a mal fonctionné. L'avion a amerri dans la mer devant le porte-avions et a coulé. Incapable de s'arrêter ou de tourner, le porte-avions est passé au-dessus de l'avion en train de couler et le Cdr. Debras attendit sur son siège que le porteur soit passé avant de s'éjecter. Il a survécu et a établi un record du monde pour l'éjection sous-marine la plus profonde ! Les Sea Hawks vieillissants ont continué à servir jusqu'au début des années 1980, lorsque ces vieux avions ont finalement été remplacés par des Sea Harriers - un autre modèle de Hawker bien sûr.

Le Sea Hawk, conçu en 1944, avec une dernière production en 1961 et en service jusqu'au début des années 1980, était en termes européens l'avion le plus réussi - une production de 524 exemplaires et un succès à l'exportation vers trois pays. Ce serait l'un des derniers grands succès à l'exportation avant que la politique ne détruise presque l'industrie aéronautique britannique. Le design épuré et élégant du Sea Hawk finira par évoluer vers le Hawker Hunter, l'un des principaux chasseurs des années 1950 et un succès encore plus important à l'exportation.

Malgré leur simplicité et leur grande production, un seul Sea Hawk est resté en état de navigabilité après leur retraite, le FGA.6 WV908 de la Royal Navy Historic Flight. Malheureusement, après une révision du moteur en 2010, il n'a pas encore repris l'air et début 2016 a été stocké dans l'attente d'une décision future quant à son éventuelle remise en vol.

Cette histoire est largement basée sur le document Sea Hawk de Greg Goebel de sa série Air Vectors.


Recherche sur l'histoire, les entreprises et les signatures des bijoux fantaisie – “F”

Les informations et les images contenues dans Researching Costume Jewelry (RCJ) ont été créées par Illusion Jewels et sont actuellement maintenues et mises à jour par Costume Jewelry Collectors Int'l (CJCI). L'autorisation écrite de CJCI est nécessaire pour utiliser toute information obtenue de RCJ dans toute autre publication, qu'elle soit écrite ou électronique.

“F” en cercle — Voir FULLER, GEO. H.

F.C.C. - Voir FORSTNERFORSTNER CHAÎNE CORP

F & B - Voir FOSTER ET BAILEY

CHARME FLEUR-DE-LIS - Voir MORELAND, DEBRA

VERS L'ARRIÈRE “F” AVEC “R” - Voir Francesca Romana

  • Marque : Fabiola Photo reproduite avec l'aimable autorisation de Rita Perloff.
  • Marque : Fabiola Photo reproduite avec l'aimable autorisation de Barbara Sallen.
  • Marque : carte de boucle d'oreille Fabiola Photo reproduite avec l'aimable autorisation de Barbara Sallen.
  • Remarques : "Le nom de Fabiola a été utilisé entre la fin des années 50 et le début des années 60 en fonction du moment où ce voyageur de commerce a voyagé avec ces échantillons".

FABRIK-MARKE - moyens MARQUE DÉPOSÉE

FAC - Voir COLLECTION CINQUIÈME AVENUE

FAHRNER, THEODOR

  • Marque : Original Farhner 925 Photo reproduite avec l'aimable autorisation de Cathy Gordon.
  • Marque : “TF & Allemagne Photo reproduite avec l'aimable autorisation de Cathy Gordon.
  • Marque : Fahrner a fait des bijoux pour Murrle, Bennett and Co. qui ont été signés avec leurs deux marques Avec l'aimable autorisation de Cathy Gordon
  • Marque : TF 935 Déposer Avec l'aimable autorisation de Cathy Gordon
  • Marque : TF & amp 935 Photo reproduite avec l'aimable autorisation de Cathy Gordon.
  • Marque : Fahrner, TF, 925 Avec l'aimable autorisation de Ron Maranto
  • Marque : TF, 935, Depose, PH (PH pour Patriz Huber qui a conçu exclusivement pour Fahrner de 1901 à 1902) Ami de courtoisie de RCJ
  • REMARQUES:
  • 1883-Theodor Fahrner Jr. a repris l'entreprise de son père qui fabriquait des bagues.
  • 1887-1895 : extension de l'entreprise à la fabrication d'autres bijoux.
  • Appox. : 1900-1919 certains designers qui ont travaillé pour la société – Franz Boeres, Rudolf Bosselt, Max Joseph Gradl, Hermann Haussler, Patriz Huber, Georg Kleemann, Ferdinand Morawe et autres.
  • 1901 : la marque TF est introduite.
  • 1919 : Theodor Fahrner décède et la société est rachetée par Gustav Braendle et rebaptisée Gustav Braendle, Theodor Fahrner Nachf.
  • Années 1920-1930 : les bijoux de style Déco le plus souvent associés à Fahrner sont produits.
  • Seconde Guerre mondiale : des bijoux étaient toujours produits, bien qu'en 1945 l'usine ait été détruite par une bombe et toutes les archives aient été perdues.
  • 1952 : Mort de Gustav Braendle et reprise de l'entreprise par son fils Herbert.
  • Années 1960 : production de bijoux en argent modernes avec des pierres, série « Art antique » de bijoux en or et en argent avec des motifs romains ou égyptiens.
  • 1979 : Herbert Braendle est décédé et Gustav Braendle, Theodor Fahrner Nachf a été dissous. La plupart des dossiers ont été détruits.
  • Informations fournies par Cathy Gordon à partir du livre : Bijoux Theodor Fahrner ..entre Avantgarde et Tradition, par Ulrike von Hase-Schmundt, Christianne Weber et Ingeborg Becker.

FAIRDEAL FABRICATION CO., Providence, RI — ch. 1963

JUSTE FEMME — 1934 — Voir Société par actions de la Providence

JACHÈRE, SAMUEL — c. 1930

  • Marque : Fallowgram Photo avec l'aimable autorisation de Nancy Hopper.
  • Information gracieuseté de Sam Mitchell.

JACHÈRE - Voir JACHÈRE, SAMUEL

FARAH LISTER - Voir LISTER, FARAH

ART DE LA MODE (SCRIPT) - Voir MAYER BROS.

FASHIN FLAIR (SCRIPT) - Voir CORO

PLACE DE LA MODE - Voir CORO

FASHIONATA (SCRIPT) - Voir CORO

ARTISANAT DE MODE - Voir LA FASHIONCRAFT JEWELRY CO.

ARTISANAT DE MODE ROBERT - Voir LA FASHIONCRAFT JEWELRY CO.

FASHIONCRAFT JEWELRY CO., INC, NY, NY - Voir LA FASHIONCRAFT JEWELRY CO.

L'OR PLUME voir PRODUITS D'ACCESSOCRAFT CO.

POIDS PLUME - Voir FEATHERWEIGHTS DE LA FLORIDE, INC.

FEINBERG, JAY - Voir EAU FORTE

FELCH - Voir DANECRAFT

FÉNICHEL — NY, NY — 1925 – c. 1959

  • Mark: Fenichel - remarquez comment “l” est souvent manquant ou déformé Photo gracieuseté de Cheri & Rocky Van Hoover.
  • Fondé par Louis Fenichel.

FERAUD, LOUIS

FERRA, MARIE

  • Marque : Maire Ferra © Photo reproduite avec l'aimable autorisation de Myrna Seale.
  • Marque: Photo reproduite avec l'aimable autorisation d'Erik Yang.

FERRANDIS, PHILIPPE – Paris, France – 1986-présent

  • Marque : Philippe Ferrandis Paris Photo reproduite avec l'aimable autorisation de Jay B. Siegel
  • Marque : Philippe Ferrandis Paris Photo reproduite avec l'aimable autorisation de Jay B. Siegel
  • Marque : P. Ferrandis
  • A commencé à concevoir des bijoux sous sa propre marque en 1986.
  • Les bijoux sont fabriqués dans son atelier à Paris.
  • Vendu dans les boutiques du monde entier ainsi que dans ses trois magasins à Paris et en ligne.
  • Certains bijoux ont été vendus uniquement avec des étiquettes volantes en papier, ils ne sont donc pas marqués.

FERRAGGIOLI - Voir PIERRE BEX

COLLECTION CINQUIÈME AVENUE

  • Mark : Butler — combinaison de lettres majuscules et minuscules. Photo gracieuseté de Donna Dunn
  • Marque : BUTLER en toutes lettres majuscules. Photo gracieuseté de Donna Dunn
  • Mark : FAC en majuscules. Photo gracieuseté de Donna Dunn
  • Marque : FAC en majuscules. Photo gracieuseté de Donna Dunn
  • Dates : 1988 à aujourd'hui
  • Fondée : famille Butler
  • Lieu : Moose Jaw, Canada
  • Remarques : Société de vente directe

FINBERG FABRICATION CO. - Attleboro, MA - 1888 – présent?

FINN JENSEN - Voir JENSEN, FINN

OISEAU DE FEU - Voir CORO

FISHEL, NESSLER & CO. New York, NY — ch. 1885 jusqu'à au moins 1936

  • Marque : F.N.CO. Photo reproduite avec l'aimable autorisation de Cathy Gordon. Photo d'identité avec l'aimable autorisation : justabunchawildflowers.
  • Marque : Une couronne et un bouclier avec F.N.CO. à un angle à travers le bouclier.
  • Mark : Un poisson avec F.N.CO. sur son corps.
  • Mark : Un poisson avec du “Sterling” sur son corps Avec l'aimable autorisation des bijoux intemporels de Jennifer Lynn.
  • Marque : “Torshell” sur un croissant avec une tortue dans les arcs du croissant.
  • Fondé par Henry W. Fishel et S.C. Nessler. Theodore H. Fishel a rejoint l'entreprise par la suite.
  • Henry W. Fishel et Theodore H. Fishel ont déposé des brevets au nom de Fishel, Nessler & Co. au début des années 1900 pour des boucles, des épingles et d'autres articles de bijouterie.
  • L'entreprise a déposé son bilan vers 1910 et Theodore H. Fishel a pris la présidence de Fishel, Nessler & Co. après la réorganisation. La femme et le fils d'Henry W. Fishel ont fondé Fishel & Co. et il était le directeur de cette entreprise à l'avenir. Fishel, Nessler & Co. a poursuivi Fishel & Co. pour contrefaçon de brevet en 1913.

FISHER, J.M.F. CO. Attleboro, MA – c. 1879 à au moins 1949

  • Marque : J.M.F. CO.
  • Marque : J.M.F.& Co. Avec l'aimable autorisation d'Ed Grimes
  • Marque : JMF Sterling Avec l'aimable autorisation de Joe Weingarten.
  • Notes : Fondé par John Melatiah Fisher et Charles R Harris connu à l'origine sous le nom de Harris et Fisher
  • Lorsque Charles Harris prit sa retraite en 1885, l'entreprise devint connue sous le nom de JM Fisher Co.

FLEISCHER, ROBERT - ch. mars 1963

FLEMMING, VICTORIA

  • Marque : Victoria Flemming
  • Dates : Fabrication de bijoux c. 1940 jusqu'au début des années 1970
  • Fondée : Victoria Flemming
  • Lieu : NY, NY, puis a déménagé à la Nouvelle-Orléans, LA
  • Remarques : Bijoux en porcelaine peints à la main de conceptions modernistes innovantes et plus tard en verre fusionné sur porcelaine avec dorure à l'or.
  • Remarques : b. 1918 – d. 2004.
  • Source : Information et image avec l'aimable autorisation de Cheri Van Hoover.

FLORE DANIQUE — Danemark — 1953

  • Marque: Avec l'aimable autorisation de Raefield Designs
  • Remarques : Fondée en 1953 par Orla Eggert qui a mis au point une méthode de préservation des morceaux de végétation danoise en trempant les pièces dans de la livre sterling, puis en liant de l'or 24 carats sur la fondation en sterling.
  • Anette et Vagn Ibsen (tous deux créateurs de mode et de textile) ont acheté l'entreprise en mars 2006 et prévoient d'étendre la gamme.
  • Information aimablement fournie par Annette Floystrup.

FLORADE - Voir R.F. SIMMONS

FLORENCE - ch. 1950-1981

  • Marque : Florenz — vers 1949-1950
  • Marque avec copyright, après 1955 , , , Photo reproduite avec l'aimable autorisation d'Erik Yang.
  • Marque : Lorraine Marsel Marsel était un grossiste situé au Texas. Dan Kasoff a mis son nom sur les pièces pour qu'elles soient spéciales pour elle, mais ces mêmes pièces étaient également dans leur ligne ouverte. Photo et infos avec l'aimable autorisation de Jan Gaughan de Larry Kasoff.
  • Marque : Rosenfeld par Florenz Avec l'aimable autorisation de Lorie Mattson. Rosenfeld était un concepteur et fabricant de sacs à main situé à New York, et un client de Florenza d'environ 1960 à 1981. Rosenfeld et Marsel étaient les seuls clients dont les noms ont été apposés sur des bijoux avec les Florenza.
  • Marque : Etiquette en aluminium utilisée par Florenza Avec l'aimable autorisation de Jan Gaughan
  • Remarques : Toutes les Florenza n'étaient pas marquées.
  • Dan Kasoff Corporation produisait des bijoux dans les années 1940, avant d'utiliser le nom Florenza.
  • Le nom "Florenza" vient du nom de l'épouse de Dan, Florence.
  • Florenz a fabriqué des bijoux pour Capri, House of Benedict, Estee Lauder, Albert Weiss, Stanley-Kazlo & Kramer de N.Y.
  • Florenza a fabriqué des articles de vanité signés Florenza et non signés pour TACOA - The Accessories Corporation of Atlanta - de la fin des années 1960 aux années 1970.
  • Voir aussi “Kaywin”.
  • Information aimablement fournie par Larry Kasoff, fils de Dan.

POIDS PLUME DE LA FLORIDE, Inc. Floride — ch. 1966 – 1984

  • Marque : poids plume en écriture arquée 1966-1984 Ceci provient du site américain des marques.
  • Remarques : Le site de la marque indique également que la marque était un “DESIGN PLUS WORDS”. Je pense que le dessin était probablement un flamant rose, ce qui serait logique en Floride. Si cela est correct, la note indiquée pour Greenbaum Novelty dans le livre de Dolan n'est pas correcte.

FLORODORO - Voir MERLAN & DAVIS

COULEURS VOLANTES - Voir PERLES DE PERROQUET

F.M.CO. - Voir FINBERG MAN CO.

FN CO - Voir POISSON

F.N. KISTNER - Voir KISTNER, F.N.

“POUR CE LOOK PRICELET” - Voir CORO

PLIER – 1934 — Voir SOCIÉTÉ STOCK PROVIDENCE

FORMART CORPORATINO — New York — 1988 jusqu'à aujourd'hui

  • Marque : Bellini
  • Marque : Bellini par Formart

POURSIT voir FORSTNER— FORSTNER CHAIN ​​CORP

FORSTAR voir FORSTNER — FORSTNER CHAIN ​​CORP

FORSTNER CHAÎNE CORP., Irvington, New Jersey — ch. 1920 – c. 1980
Plus tard, il a changé de nom pour Forstner Jewelry Manufacturing Corp.

  • Mark: Forstner dans le script - utilisé pour la première fois en 1937
  • Marque: Avec l'aimable autorisation de Maureen McWilliams
  • Marque : F.C.C. 1/20 10 K.G.F. Avec l'aimable autorisation de Sandy
  • Marque : Forstner en lettres majuscules , Avec l'aimable autorisation d'Andrea Maloney
  • Marque : Fortune
  • Marque : Snap-Lock
  • Marque : Trustyle
  • Marque : pimpant
  • Marque : F.C.C.
  • Marque : Forsit
  • Marque : Dubl-Lock
  • Marque : Initiales W&F avec une étoile entre l'intérieur de l'hexagone allongé
  • Marque : Radio — octobre 1920
  • Marque : Numum — août 1923
  • Mark : Image d'un carosel — juin 1935
  • Note : Climatest — décembre 1949
  • Marque : Bolita — janvier 1950
  • Marque : Forstar — juin 1950
  • Marque : Souvenir — 1954
  • Marque : Teenette — Mai 1958
  • Marque : En arrière “F” avec une flèche au centre — 1962
  • Marque : gage d'amour — 1965
  • Remarques : Avoir des annonces de 1947 à 1956

FORTUNE - Voir FORSTNERFORSTNER CHAÎNE CORP

FOSTER & BAILE - Voir THEODORE W. FOSTER & BRO. CO.

FRANCESCA ROMANA, Sao Paulo, Brésil/ Coral Gables, FL — 1988 à aujourd'hui

  • Marque : F arrière avec R – 1988 Photo reproduite avec l'aimable autorisation de Lani Peterson
  • Marque : Francesca Romana – 1988
  • Marque : Francesca Romana -1988
  • Notes : Merci à Patrick Dolan pour l'information.

FRANÇOIS (SCRIPT) - Voir CORO

FRANC BUCK - Voir BUCK, FRANK

FRANK M. MERLAN - Voir MERLAN

FRARICO - Voir RIFAS

FRED A. BLOC - Voir BLOC, FRED. UNE.

FRED GREY CORP.

  • Marque : Fred Gray Corp. Photo reproduite avec l'aimable autorisation de BeeGee McBride.
  • Remarques : Certaines choses que nous savons et ne savons pas sur le “S” dans une marque d'étoile :
  • “S” dans une étoile — L'épingle avec cette marque a été vue sur une carte originale qui disait “Fred Gray Corp.” — Le style de l'épingle était des années 1930 – 1940s
  • “S” dans une étoile, “Made in USA” et une plaque appliquée avec “Fred Gray Corp.” – toutes ces marques ont été vues sur une broche d'oiseau. (informations de Pat Seal)
  • Les pièces marquées uniquement avec le “S” dans une étoile, ou avec le “S” dans une étoile et “Made in USA” peuvent ou non être Fred Gray – nous ne savons tout simplement pas.
  • Il est possible que le “S” dans une étoile et “Made in USA” soient la marque du véritable fabricant qui a fabriqué des bijoux pour un certain nombre de sociétés de joaillerie.

BIJOUX FRED MEYER — 1973 jusqu'à présent

  • Mark: Merksamer 1966 - Meyer a acheté Merksamer Jewelers peu après 1995 Avec l'aimable autorisation de Linda Lange

FREIRICH - ch. 1900 – 1990

  • Marc : Freirich Photo gracieuseté de Victoria James
  • Initialement appelée Maison David & située aux États-Unis et en France. Racheté par Solomon Freirich en 1922.
  • Le nom est resté Maison David en France, mais a changé pour Freirich aux États-Unis.
  • Boutons d'ornements de robe de chapellerie & pour Chanel & Dior.
  • Excellente qualité, tous les bijoux faits à la main dans un look victorien antique
  • Commencer à marquer leurs bijoux dans les années 1960 fermés en 1990

FRAÎCHEUR - Voir MARVELLA

FRIED, SAM — Cleaveland, Missouri — b. 1910 – d. 1979

  • Marque : Sterling Fried Avec l'aimable autorisation de bijoux anciens et opulents
  • Remarques : Connu pour la fabrication de bijoux en argent sterling dans le style moderniste.
  • Toutes les pièces n'étaient pas signées.
  • Informations fournies par le gendre de Fried.

DE, NIELS ERIK

  • Marque : N.E. De, Sterling, Danemark
  • Date : 1931
  • Fondé:
  • Lieu : Nakskov, Danemark
  • Notes : Il est décédé en 1986 et son usine a fermé quelque temps après.

FULLER, GEO. ENTREPRISE H. & FILS — Pawtucket, RI — 1858 à aujourd'hui

  • Mark: Fuller & #8217s Conclusions autour de & #8220F #8221 Photo reproduite avec l'aimable autorisation du RCJ.
  • Marquez : “F” à l'intérieur d'un cercle, sans les “Fuller’s Findings” autour.
  • Marque : Symétrique.
  • Fabricant de trouvailles de bijoux, badges, épingles de classe, etc.

FUTURA - Voir CORO

FUTURAMA - Voir CORO

BIBLIOGRAPHIE

PAT SEAL : dossiers de recherche
DOTTY STRINGFIELD : dossiers de recherche
BOBYE SYVERSON : dossiers de recherche.
UN HOMMAGE À L'AMÉRIQUE de Carla et Roberto Brunialti
BIJOUX FANTAISIE AMÉRICAINS par Carla et Roberto Brunialti
FABRICANTS DE BIJOUX AMÉRICAINS par Dorothy T. Rainwater
BIJOUX FANTAISIE DE COLLECTION par Cherri Simonds
COLLECTION DE BIJOUX FANTAISIE 101 Par Julia Carroll
COLLECTION DE BIJOUX FANTAISIE 202 Par Julia Carroll
COLLECTION DE BIJOUX DE COULEUR EN STRASS par Maryanne Dolan
BIJOUX D'ART EN CUIVRE par Burkholz et Kaplan
BIJOUX FANTAISIE UN MANUEL ET GUIDE PRATIQUE par Fred Rezazadeh
BIJOUX FANTAISIE (2e éd.) par Harrice Simons Miller
BIJOUX DE CRÉATEUR EUROPÉEN par Ginger Moro
À L'INTÉRIEUR DE LA BOÎTE À BIJOUX Par Ann Pitman
LUCILLE TEMPESTA : propriétaire-éditrice du magazine Vintage Fashion & Costume Jewelry
CHEF-D'UVRE DE LA BIJOUX FANTAISIE par Ball and Torem
BIJOUX EN PLASTIQUE DU MILIEU DU SIÈCLE par Susan Klein
BIJOUX MIRIAM HASKELL par Cathy Gordon et Sheila Pamfiloff
BIJOUX ANCIENS par Jeanenne Bell
BIJOUX WARMAN’S 2e éd. par Christie Romero
BIJOUX WARMAN’S 3e éd. par Christie Romero

*AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : Comme par le passé, nous nous efforçons de garantir que toutes les informations contenues dans les pages RCJ sont exactes. Cependant, des erreurs peuvent se produire. Ni le propriétaire antérieur de RCJ, CJCI ou ses représentants ne sont responsables de votre utilisation de ces ressources.


Commentaires des visiteurs

17 personnes ont commenté cette page. Ceci est la section de commentaire 1 sur 2.

Nick Ireland du Royaume-Uni

Publié à 17h47 le vendredi 21 août 2020

J'étais un Gnat QFI à Valley de 64 à 66. Le système de contrôle longitudinal était unique. Il n'y a pas de degrés d'unicité. Il y avait 60 cellules en service, environ 40 sur la ligne chaque matin, environ 20 pour les équipages de l'après-midi et le hangar de Gaydon faisait des quarts de nuit pour maintenir les effectifs. Comme un type E volant !

Ray Deacon de l'East Sussex

Publié à 9h30 le samedi 5 avril 2014

Je pense qu'il convient de mentionner qu'en référence à la taille du pilote, les Hunters ont été introduits à 4 FTS en 1967 en raison du taux d'attrition élevé sur le Gnat et n'avaient rien à voir avec la capacité du cockpit. Le Gnat n'était plus en production, plus d'avions étaient nécessaires et il y avait beaucoup de Hunters qui languissaient dans le stockage.

Alistair Tritten de Hamble Southampton.

Publié à 19h37 le vendredi 28 mars 2014

À 15 ans, l'été 1954 a aidé à positionner Midge
sur son BOLT vers le bas de grands œillets en acier vissés/cimentés dans une chaussée interne de l'usine. Le Midge était positionné en diagonale à l'arrière du département des forgerons de tôle/cuivre : avec l'échappement vers le parking ouvert pour éviter de renverser les employés. J'étais présent lors de sa première
engine test run and now looking back believe I saw a bit of never to be repeated history. Also privy to seeing test firings of modified Martin Baker ejector seat which took place within t. Lire la suite »Lire la suite »

Mal Jeffery from Bridgend, Wales

Posted at 7:45pm on Saturday, June 29th, 2013

Happy memories. Was doing National Service in the tower at Boscome Down and clearly remember the maiden flight of the Midge, what a pretty (and very practical) aircraft. Was lucky enough to see the P1 (Lightening) first flight too !MJ

Bob Naylor from wales

Posted at 4:24pm on Monday, June 17th, 2013

4FTS rect flight and the line , what a pig of an aircraft to service. the technology was very much dated in a streamlined airframe. horrendous flying hours to service hours ratio 100: 1.
However what a clever design with the technology available. Petter was a genius.
As a fitter I still have the scars of the locking wire jobs completed in very difficult places. Mainplane changes minors primary Primary Star and of course cat 3 repairs caused by clumsy Jockeys I recognise the fleet numbers , as I have . Lire la suite »Lire la suite »

David Mussen from Beaconsfield

Posted at 7:16pm on Tuesday, August 28th, 2012

75 Course @ 4 FTS was bliss. What an aircraft !!
Anyone recall being sucked in by one's instructor into an overshoot whilst in the "safe sector". Gear up and up she goes with the stick on the panel.Much laughter from the back seat one day at Mona (just down the A5).
Hope the tourist traffic enjoyed the view.
Flew XP 502 in the course aeros comp and won. We had a bit of a thingy with the gear not retracting for a few seconds but that was some day. My last sortie in a wonderful aircraft and XP 50. read more »Lire la suite »

Brian Gerrard from Somerset

Posted at 8:23pm on Tuesday, July 10th, 2012

I see that it has not been mentioned, in 1955-56 (cannot remember the exact year too long ago!) I and some friends saw a light powder blue Folland Midge crash into a wood on a hill. This must have been about 5 miles from the end of Boscombe Down runway. It was possible he had just taken off although the landing gear was up. The pilot ejected at quite a low level and he came down OK but suffered from a sprained (or maybe a broken) ankle. A few friends went to help the pilot whilst some of us went on to the c. Lire la suite »Lire la suite »

Webmaster response: Sounds like the Gnat prototype crash, due to elevator flutter - 31st July 1956.

Peter Lloyd from Chilbolton

Posted at 10:59am on Tuesday, July 3rd, 2012

Adrian
Tardy thanks for colour ref of Midge

Mike Dunn from Syndey

Posted at 3:58am on Thursday, June 14th, 2012

I have always been a huge Teddy Petter fan! I can't say that everything he designed was brilliant. but there is no denying the man's CREATIVITY! Always a new sheet of paper with Petter! How the hell he came up with such an advanced design as the Westalnd Whirlwind - bubble canopy. tailplane 'up' fin with a 'bullet'fairing. 4X20mm Cannon God knows! The Perigrines should have worked too! Kurt Tank used similarly powered engines on his lightweight twin engined 'Falke' (hope I got that right)and it performed b. Lire la suite »Lire la suite »

Phil Wyld from Millbrook

Posted at 10:02am on Thursday, May 3rd, 2012

My first RAF job at St Athan was on Gnats at the Picketstone site. It was an eye opener, not least as somewhere along the production run they switched from BSF the AF fastners. Which lead to one or two up-folks, we also had a system where making a mistake caused you to wear the Bumbly Hat, till another twit earned it. Mine was for losing a cuff ink in the cockpit ( dont ask) causing an xray attack to find it


Aircraft Inventory [ edit | modifier la source]

Royal Jordanian Air Force size is about 16,000 officers and non-commissioned officer and a civilian. It contains six major air bases in addition to sixteen air squadrons, fourteen I-Hawk Batteries, two training school (fighter aviation training school, school of air combat). The Royal Jordanian Air Force Headquarters is at King Abdullah I Airbase in Amman, the tasks of the air force are to provide:

  • Air Defense
  • Support Ground Forces
  • Airlift Operations
  • Reconnaissance Operations
  • Search & Rescue Operations

Active Aircraft [ edit | modifier la source]

Avion Taper Versions In service Δ] Remarques
Fighter Aircraft
Lockheed F-16 Fighting Falcon Fighter Trainer F-16A B 12 4 ADF Block 15 Peace Falcon

RJAF recognized the need to give these aircraft a mid-life update (MLU) in the next 2 or 3 years. (2 F-16A Block 15 ADF and 1 F-16B ADF aircraft crashed over the years of service), Β] Jordan received 3 F-16A from USA in 2008.

One F-16AM MLU crashed in feb 2011, 17 F-16 A/B upgraded by TAI to F-16 AM/BM MLU standard Peace Falcon II, 16 F-16 AM/BM from Belgium Peace Falcon III, 6 F-16 BM from Netherlands ΐ] Peace Falcon IV Α] & An additional 9 F-16 AM/BM MLU (6 F-16 AM, 3 F-16 BM) delivered in July/ Aug 2011 from Belgium in 32 million euro Deal Peace Falcon V . RJAF bought 15 F-16 MLU (13 F-16 AM, 2 F-16 BM) form Dutch Air Force in 2013 Peace Falcon VI. Α] Β] Ε] Ζ] Η] ⎖]

In storage, 13 aircraft were displayed for sale to Argentina

The 5 Extra 300 aerobatic aircraft of the Royal Jordanian Falcons are operated by RJAF pilots, but owned by Royal Jordanian Airlines.


President John F. Kennedy is assassinated

John Fitzgerald Kennedy, the 35th president of the United States, is assassinated while traveling through Dallas, Texas, in an open-top convertible.

First lady Jacqueline Kennedy rarely accompanied her husband on political outings, but she was beside him, along with Texas Governor John Connally and his wife, for a 10-mile motorcade through the streets of downtown Dallas on November 22. Sitting in a Lincoln convertible, the Kennedys and Connallys waved at the large and enthusiastic crowds gathered along the parade route. As their vehicle passed the Texas School Book Depository Building at 12:30 p.m., Lee Harvey Oswald allegedly fired three shots from the sixth floor, fatally wounding President Kennedy and seriously injuring Governor Connally. Kennedy was pronounced dead 30 minutes later at Dallas’ Parkland Hospital. He was 46.

Vice President Lyndon Johnson, who was three cars behind President Kennedy in the motorcade, was sworn in as the 36th president of the United States at 2:39 p.m. He took the presidential oath of office aboard Air Force One as it sat on the runway at Dallas Love Field airport. The swearing in was witnessed by some 30 people, including Jacqueline Kennedy, who was still wearing clothes stained with her husband’s blood. Seven minutes later, the presidential jet took off for Washington.

The next day, November 23, President Johnson issued his first proclamation, declaring November 25 to be a day of national mourning for the slain president. On that Monday, hundreds of thousands of people lined the streets of Washington to watch a horse-drawn caisson bear Kennedy’s body from the Capitol Rotunda to St. Matthew’s Catholic Cathedral for a requiem Mass. The solemn procession then continued on to Arlington National Cemetery, where leaders of 99 nations gathered for the state funeral. Kennedy was buried with full military honors on a slope below Arlington House, where an eternal flame was lit by his widow to forever mark the grave.

Lee Harvey Oswald, born in New Orleans in 1939, joined the U.S. Marines in 1956. He was discharged in 1959 and nine days later left for the Soviet Union, where he tried unsuccessfully to become a citizen. He worked in Minsk and married a Soviet woman and in 1962 was allowed to return to the United States with his wife and infant daughter. In early 1963, he bought a .38 revolver and rifle with a telescopic sight by mail order, and on April 10 in Dallas he allegedly shot at and missed former U.S. Army general Edwin Walker, a figure known for his extreme right-wing views. Later that month, Oswald went to New Orleans and founded a branch of the Fair Play for Cuba Committee, a pro-Castro organization. In September 1963, he went to Mexico City, where investigators allege that he attempted to secure a visa to travel to Cuba or return to the USSR. In October, he returned to Dallas and took a job at the Texas School Book Depository Building.

Less than an hour after Kennedy was shot, Oswald killed a policeman who questioned him on the street near his rooming house in Dallas. Thirty minutes later, Oswald was arrested in a movie theater by police responding to reports of a suspect. He was formally arraigned on November 23 for the murders of President Kennedy and Officer J.D. Tippit.

On November 24, Oswald was brought to the basement of the Dallas police headquarters on his way to a more secure county jail. A crowd of police and press with live television cameras rolling gathered to witness his departure. As Oswald came into the room, Jack Ruby emerged from the crowd and fatally wounded him with a single shot from a concealed .38 revolver. Ruby, who was immediately detained, claimed that rage at Kennedy’s murder was the motive for his action. Some called him a hero, but he was nonetheless charged with first-degree murder.

Jack Ruby, originally known as Jacob Rubenstein, operated strip joints and dance halls in Dallas and had minor connections to organized crime. He features prominently in Kennedy-assassination theories, and many believe he killed Oswald to keep him from revealing a larger conspiracy. In his trial, Ruby denied the allegation and pleaded innocent on the grounds that his great grief over Kennedy’s murder had caused him to suffer “psychomotor epilepsy” and shoot Oswald unconsciously. The jury found Ruby guilty of “murder with malice” and sentenced him to die.

In October 1966, the Texas Court of Appeals reversed the decision on the grounds of improper admission of testimony and the fact that Ruby could not have received a fair trial in Dallas at the time. In January 1967, while awaiting a new trial, to be held in Wichita Falls, Ruby died of lung cancer in a Dallas hospital.

The official Warren Commission report of 1964 concluded that neither Oswald nor Ruby were part of a larger conspiracy, either domestic or international, to assassinate President Kennedy. Despite its firm conclusions, the report failed to silence conspiracy theories surrounding the event, and in 1978 the House Select Committee on Assassinations concluded in a preliminary report that Kennedy was “probably assassinated as a result of a conspiracy” that may have involved multiple shooters and organized crime. The committee’s findings, as with those of the Warren Commission, continue to be disputed.


Hawker Hunter F. Mark 4 - History

English Electric
Lightning F.2A

Airfix, 1/72 scale

Catalogue Number:

Airfix Kit No. A04054 - English Electric Lightning F.2A

Contents & Media

85 grey and seven clear styrene parts, with decals for two colour schemes.

£12.49 plus shipping available on-line from Hannants,
and soon from stockists worldwide.

Type d'avis :

At last, a truly good 1/72 injected kit of this evocative interceptor. Very accurate, nice surface detail, good decals, and attractively priced.

Désavantages:

Conclusion :

Airfix's new-tool Lightning is accurate, has nice surface detail, simple engineering that should build well, comes with excellent decals, uses clear instructions, and is well-priced. It is undoubtedly the best 1/72-scale EE Lightning kit to date.

This is an excellent effort by Airfix, and I rate it as their equal-best so far 1/72 release, along with their new-tool Fairey Swordfish.


Valom's 1/48 scale An-2 Colt is available online from Squadron.com

Introduction

No Introduction Necessary

The English Electric Lightning was a supersonic jet fighter aircraft of the Cold War era, noted for its great speed. It was the only all-British Mach 2 fighter aircraft and was the first aircraft in the world capable of super-cruise. The Lightning was renowned for its capabilities as an interceptor pilots commonly described it as "being saddled to a skyrocket". Following English Electric's integration into the unified British Aircraft Corporation, the aircraft was marketed as the BAC Lightning.

Source and link to a more detailed history: Wikipedia.org.

Previous 1/72 scale EE Lightning Kits

There have been many EE/BAC Lightning kits in The One True Scale over the years. The main injected kits have been by Airfix (F.1 & F.3), Frog/Hasegawa/Revell/Eastern Express (F.6), Matchbox (F.2A/F.6 & T.55), Trumpeter (F.1/F.2, F.3 & F2A/F6). The P.1 Prototype was also offered by Frog (very early kit) and Merlin. There have been some resin multi-media kits covering various versions, which may all use the same set of masters, by Maintrack, Heritage Aviation and Whirlykits. These resin kits are generally quite accurate, but the quality of casting is variable, and the white-metal parts need considerable cleaning up. Various vac-form conversions for other versions, including twin-seaters and the P.1 prototype, were offered by Aeroclub and Airmodel whilst Neomega made a very nice resin T.4 fuselage.

Despite its 1/72 kit coverage we have been waiting a long time for a modern, well-detailed kit of the Lightning. The Airfix kits suffer some nose area accuracy issues have fine raised detail, but are very old and soft on detail. The Frog/Hasegawa/Revell/Eastern Express kit has a number of subtle shape issues, but generally looks the part although they are simple on detail. Matchbox had the best outlines (although a little narrow in the fuselage) and offered the only twin-seater, albeit a non-RAF version but their kits suffered from simple detail, heavy raised panel lines, raised lines coinciding with painted stencil lines on the real aircraft. Trumpeter's kits were a huge disappointment, with some dreadful shape issues, although they were nicely detailed with good panel line treatment. They were the only mainstream kits to feature intake trunking and depth to the exhausts. None of the injected kits capture the subtly kinked wing leading-edge of the F.2A/F.6 when viewed head-on. The resin kits brands sometimes suffered from poor manufacturing quality and demanded a lot of work, but could give a nice result.

FirstLook

The kit comes in a top-opening box with attractive artwork. The sprues are enclosed in a single heat-sealed plastic bag, with the clear parts further protected in their own smaller bag.

The main parts are on four light grey sprues with a single clear sprue. The parts are cleanly moulded and the sprue gates fine enough. The decals and their cover-paper are loose within the box, and cover an A-5 sized sheet. The multi-lingual instructions do not have a parts map, and have well-drawn diagrams that are easy to follow, and use red shading to indicate previously constructed sub-assemblies (a first for Airfix I think).


Download the jpg version of this oven temperature conversion chart

When using a fan-assisted oven, you should lower the temperature by 20 degrees C, so if a recipe gives a temperature of 230 C, lower it to 210 °C in a fan-assisted oven. If you use a electric oven, just lower the temperature by 10 °C, ie. from 230 to 220 °C for the previous example.

To find the equivalence between gas mark (gas mark) and other temperature units used in cooking like gas mark or even descriptions like low, slow, high or moderate temperature, you can also use the temperature conversion chart above.

Note: the conversion table below uses approximate values sufficient to be precise for cooking purposes. But, please note that different manufacturers and oven types do vary, so this converter cannot give an exact indication. The best way to be sure about the oven temperature is to calibrate the scale using an oven thermometer.

Voir également


Hawker Hunter F. Mark 4 - History

The Hawker Tempest was one of the best fighters of WW2. Read about its development and service during WW2 and post war.

. About the pilots who flew the Tempest and their stories.

. Where the Tempests are today and latest restoration news.

. Profiles, drawings and markings.

. Plastic and radio controlled models. You find it here!

"Reaching Newchurch airfield at 480 mph I held "RB" down to 20 ft from the runway and then pulled her up to a 60 ° climb holding it as the speed dropped slowly off and the altimeter needle spun round the dial as if it were mad. At 7000 ft the speed was dropping below 180 mph and I rolled the Tempest lazily inverted, then allowed the nose to drop until the horizon, at first above my head, disappeared below (or rather above) the now inverted nose, the fields and woods steadied into the centre of the windscreen and then whirled around as I put the stick hard over and rolled around the vertical dive. Steadying again I pulled out over the tree tops at 500 mph, throttled back and pulled hard over towards the airfield in an over-the-vertical climbing turn, lowering the wheels and flaps in a roll as the speed dropped. What a magnificent aeroplane! They could have all their Spitfires and Mustangs!"
("My part of the sky", Roland Beamont)

"The Messerschmitt Me 262's most dangerous opponent was the British Hawker Tempest - extremely fast at low altitudes, highly-manoeuvrable and heavily-armed."
(Hubert Lange, Me262 pilot)


Foi

Faith in the Lord Jesus Christ is the first principle of the gospel. Faith is power faith is strength. Elder Bruce R. McConkie (1915–85) of the Quorum of the Twelve Apostles taught that faith is “a reward for personal righteousness. … The greater the measure of obedience to God’s laws the greater will be the endowment of faith.” 4 We also learn from the Apostle Paul that faith comes by hearing the word of God (see Romans 10:17). Therefore, if we want to increase our faith, we must read the scriptures, study the teachings of our latter-day apostles and prophets, and follow the direction of the Holy Spirit in our lives. Faith is also a decision. If we want to be immersed and saturated in faith, then we must choose to believe we must choose to exercise faith.

We must supplant our fears with faith. Thinking of the Savior and remembering Him helps to strengthen our faith and combat fear. In the Doctrine and Covenants we read, “Look unto me in every thought doubt not, fear not” (Doctrine and Covenants 6:36). The Savior also taught, “And if ye do always remember me ye shall have my Spirit to be with you” (3 Nephi 18:7, 11). With His Spirit constantly with us, we will have the ability to stay focused, brush off fearful thoughts and worries, and see the world the way Christ would see it.

To have faith means to trust in God and believe in His promises to us. President Thomas S. Monson (1927–2018) said:

“There will be nothing in this world that can defeat us.

“… Fear not. Be of good cheer. The future is as bright as your faith.” 5

Since a prophet of our day believed that the future is as bright as our faith, shouldn’t we believe it too? Learn to choose faith over fear.

The prophet Moroni taught, “Whoso believeth in God might with surety hope for a better world, yea, even a place at the right hand of God, which hope cometh of faith, maketh an anchor to the souls of men, which would make them sure and steadfast, always abounding in good works, being led to glorify God” (Ether 12:4). Hope is believing in God’s promises to us and expecting the Lord to deliver us. As Mormon taught, our hope is rooted in the Savior and the Atonement (see Moroni 7:41).

Elder Dieter F. Uchtdorf of the Quorum of the Twelve Apostles taught that “each time a hope is fulfilled, it creates confidence and leads to greater hope.” 6 He explained that hope is cultivated the same way faith is—by reading and studying the word of God—and by exercising hope. He said: “Hope is not knowledge, but rather the abiding trust that the Lord will fulfill His promise to us. It is confidence that if we live according to God’s laws and the words of His prophets now, we will receive desired blessings in the future. It is believing and expecting that our prayers will be answered. It is manifest in confidence, optimism, enthusiasm, and patient perseverance.” 7

Elder Uchtdorf further declared that despair, or a lack of hope, “drains from us all that is vibrant and joyful and leaves behind the empty remnants of what life was meant to be. Despair kills ambition, advances sickness, pollutes the soul, and deadens the heart.” 8 Hope, on the other hand, breeds faith, optimism, confidence, trust, and happiness.

If we have the Holy Ghost with us, we will have hope we will expect the Lord to bless us we will have confidence in His promises to us. Become a person of hope by trusting in God and knowing that His promises are real. Hope is a gift of the Spirit. As you pray for this gift, your load will be lifted, and you will, in turn, bless and inspire others.


Find Your Original 10/22 ® Rifle

Built in our American factories by American workers, every 10/22 ® rifle that comes off the line is a quality firearm. With millions sold over a span of more than half a century, the Ruger ® 10/22 ® has long been America's favorite rimfire rifle. When it comes to choosing your next .22 rifle, don't settle for an imitation, make it an original.

This legendary action is a tried and true Ruger design that ensures consistent, reliable performance.

Detachable 10-round rotary magazine features a unique rotor to separate cartridges and provide reliable feeding.

Easy-to-use, prominent magazine release provides smooth, no-fuss removal of flush-mounted magazine.

Cold hammer-forged barrel is locked into the receiver by a unique, two-screw, V-block system.

Positive, push-button, cross-bolt manual safety.

Combination scope base adapter for both Weaver-style and .22 tip-off scope mounts included.

Heat-stabilized, glass-filled, polymer trigger housing assembly is precision made of high-tech material for improved manufacturing tolerances, impact and abrasion-resistance and an unmatched ability to withstand the elements.

The receiver and stock combine to create classic lines for attractive styling.

Les fonctionnalités répertoriées ci-dessus sont disponibles sur tous les modèles standard, mais peuvent ne pas apparaître sur les modèles exclusifs aux distributeurs. Voir les fiches techniques individuelles pour les caractéristiques spécifiques au modèle.


Voir la vidéo: RC Jet Turbine Scale Model Hawker Hunter Swiss Air Force am 25 Jahre Hunter Festival (Mai 2022).


Commentaires:

  1. Enzo

    Sujet drôle

  2. Ronnell

    Bien sûr. Ça arrive. Nous pouvons communiquer sur ce thème.

  3. Chaka

    Je m'excuse, mais, à mon avis, vous n'avez pas raison. Je peux défendre la position. Écrivez-moi dans PM, nous communiquerons.

  4. Mikami

    De la même façon

  5. Melburn

    Tout cela est dynamique et très positif

  6. Tular

    Je m'excuse, mais, à mon avis, vous commettez une erreur. Discutons-en. Écrivez-moi en MP, on en parlera.



Écrire un message