L'histoire

L'USS Helena (CA-75) tire un missile Regulus, 1957

L'USS Helena (CA-75) tire un missile Regulus, 1957


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

L'USS Helena (CA-75) tire un missile Regulus, 1957

Ici, nous voyons le croiseur lourd de classe Baltimore USS Hélana (CA-75) tirant un missile de croisière SSM-N-8A Regulus en février 1957, deux ans après que le missile a été transporté pour la première fois par un croiseur


L'USS Helena (CA-75) tire un missile Regulus, 1957 - Histoire

La première dissuasion nucléaire maritime de Regulus America

Alors que la guerre froide s'intensifiait dans la décennie suivant la Seconde Guerre mondiale, et en particulier avec le succès de l'Union soviétique à égaler les États-Unis dans le développement d'armes atomiques, la dissuasion nucléaire est devenue un élément clé de la diplomatie mondiale. Au début des années 1950, les deux superpuissances avaient déployé de grandes forces de bombardiers capables d'atteindre leurs patries respectives avec une base avancée ou un ravitaillement aérien, et en outre, les États-Unis avaient commencé à déployer des armes atomiques sur des porte-avions. par Edward C. Whitman

Le sous-marin lance-missiles à propulsion nucléaire USS Flétan (SSGN-587) envoie un missile Regulus I vers le ciel. L'élégant missile propulsé par turboréacteur contenait une ogive nucléaire et était opérationnel dans la flotte depuis 1955. À l'arrière-plan se trouve le porte-avions USS Lexington (CV-16).

Les deux parties ont également rapidement profité de la technologie allemande V-1 et V-2 capturée pendant la Seconde Guerre mondiale pour commencer le développement de missiles guidés et balistiques à usage tactique et stratégique, l'armée américaine prenant initialement la tête des États-Unis. . Pour ne pas être en reste, l'US Navy a converti deux bateaux de la flotte de la Seconde Guerre mondiale, l'USS Carbonero (SS-337) et USS Brosme (SS-348) pour transporter une variante américaine du missile à jet pulsé allemand V-1, connu sous le nom de Loon, lancé pour la première fois en mer en février 1947. La portée nominale de Loon sous guidage de commandement était d'environ 50 milles marins, mais en utilisant un deuxième sous-marin comme relais, il pourrait être efficace jusqu'à 135 milles marins, avec une erreur circulaire probable (CEP) signalée de 6 000 yards.

À cette époque, la Marine avait également signé des contrats de développement pour deux missiles de bombardement plus ambitieux, le supersonique Grumman Rigel (SSM-N-6) et le subsonique Chance-Vought Regulus (SSM-N-8), chacun destiné à transporter un ogive de livre pour 500 milles marins. Bien que Rigel soit tombé à l'eau en 1953, Regulus a été développé avec succès pour devenir le premier moyen de dissuasion nucléaire en mer des États-Unis et a été déployé pour la première fois sur le croiseur lourd USS. Los Angeles (CA-135) en 1955. Finalement, cinq sous-marins ont été équipés pour transporter et lancer Regulus également, et ils sont devenus la principale force de dissuasion.

Le missile Regulus I lui-même était essentiellement un petit avion à turboréacteur, de 42 pieds de long, avec une envergure de 21 pieds. Le poids brut au lancement était d'un peu moins de sept tonnes, dont une tonne de carburant, et son moteur Allison J33-A-14 pouvait propulser le missile à Mach 0,91 (environ 550 nœuds). Regulus a été lancé à partir d'une rampe inclinée - pouvant être entraînée plus tard - et il a fallu deux unités JATO (Jet Assisted Take-Off) d'une poussée de 3 300 livres pour atteindre la vitesse. L'arme était guidée par commande, initialement vers l'horizon radar en superposant les commandes de direction sur la forme d'onde radar de suivi de la plate-forme de lancement, puis en utilisant un sous-marin relais plus près de la cible pour suivre et diriger le missile jusqu'au point de visée final. Soit une ogive nucléaire de 40 à 50 kilotonnes, soit un dispositif thermonucléaire de 1 à 2 mégatonnes pourrait être transporté.

USS Thon (SSG-282) fut le premier sous-marin à transporter Regulus. A l'origine un sous-marin de la flotte de la Seconde Guerre mondiale de la Gato classer, Thon a été lancé en juin 1942, a effectué neuf patrouilles de guerre et a remporté neuf étoiles de bataille dans la guerre du Pacifique. Désarmé en décembre 1945, il fut brièvement remis en service en réserve pour la guerre de Corée, désarmé à nouveau, mais sorti au début de 1953 pour être converti en sous-marin lance-missiles (SSG). Cela consistait à monter sur le pont un grand hangar cylindrique pressurisé, d'environ 15 pieds de diamètre, juste derrière la voile, avec une rampe pliable s'étendant vers l'arrière. Le hangar pouvait accueillir deux missiles Regulus I en anneau rotatif. Les armes pouvaient être vérifiées alors que le sous-marin était encore immergé en entrant dans le hangar par un coffre d'accès, mais le lancement réel nécessitait que le sous-marin fasse surface et manipule l'arme sur les rails avant de pouvoir tirer. Ensuite, le bateau devrait rester au moins à la profondeur du périscope pour guider le missile vers l'horizon radar.

Les thons la conversion s'est déroulée rapidement par rapport aux normes d'aujourd'hui, et elle a tiré son premier Regulus en mer en juillet 1953. Au cours des années suivantes, Thon exploité à partir de Point Mugu, en Californie, principalement en tant que plate-forme de test Regulus. En octobre 1955, l'USS Barbero, à l'origine SS-317 et également un bateau de la flotte de la Seconde Guerre mondiale, a été commandé comme deuxième SSG de la Marine, ayant été sorti des boules à mites et fourni par le chantier naval de Mare Island avec un hangar cylindrique identique à celui de Tunny. Après des exercices au large de la Californie, Barbero a transité par le canal de Panama en avril 1956 et a rejoint la flotte de l'Atlantique.

À cette époque, Regulus était également en mer à bord de quatre croiseurs lourds : en plus de Los Angeles, déjà mentionné, Hélène (CA-75), Tolède (CA-133), et Mâcon (CA-132) ont tous été équipés de rails de lancement de fantail et ont commencé des déploiements opérationnels réguliers, les trois premiers dans le Pacifique, et Mâcon dans l'Atlantique. Même dix porte-avions étaient équipés pour lancer le missile, dépendant d'un avion d'escorte pour fournir des conseils à mi-parcours, mais bien qu'au moins un déploiement dans le Pacifique ait eu lieu, le mélange de missiles et d'avions pilotés qui en a résulté n'a jamais été populaire auprès de la communauté aéronautique.

Premiers efforts. Les États-Unis et l'Union soviétique ont rapidement profité de la technologie allemande V-1 et V-2 capturée pendant la Seconde Guerre mondiale pour commencer le développement de leurs propres missiles guidés et balistiques. Les succès allemands dans la mise en service de missiles à longue portée et l'inquiétude croissante suscitée par la croissance de la puissance soviétique après la guerre ont conduit à expérimenter le lancement de missiles stratégiques à partir de sous-marins à la fin des années 1940. Ci-dessus, USS Carbonero (SS-337) lance un Loon - le missile statoréacteur américain inspiré du V-1 allemand. Conversion SSG. USS Thon (SSG-282) a été le premier sous-marin à transporter le missile Regulus I. A l'origine un sous-marin de la flotte de la Seconde Guerre mondiale lancé en 1942 et déjà désarmé deux fois Thon a été converti en sous-marin lance-missiles au début de 1953. Ci-dessus, Thon est caché dans une traînée de fumée flottante alors qu'un missile Regulus I tire vers le ciel. Regulus II. Presque deux fois plus grand que Regulus I, le Regulus II de deuxième génération était capable d'atteindre 1 200 milles marins à Mach 2. À la fin de 1955, la Marine avait des plans à long terme pour lancer jusqu'à 23 sous-marins Regulus II, mais même si Regulus II s'est avéré être un succès lors des tests finaux, les pressions budgétaires l'ont empêché d'être déployé.
1940 (fin) 1953 1955

Au milieu de 1956, il est devenu politique de la Marine de garder un SSG dans chaque océan, et Thon a déplacé sa base d'opérations à Pearl Harbor en 1957. Pendant ce temps, la Marine avait mis en place deux grands sous-marins diesel-électriques spécifiquement pour transporter Regulus, lançant l'USS Dos gris (SSG-574) en mars 1958 et USS Grognard (SSG-577) en août de la même année. Chacun de ces deux navires proches - déplaçant environ 3 600 tonnes immergés - pouvait accueillir un total de quatre missiles Regulus I dans une paire de hangars cylindriques installés dans la grande proue bulbeuse. Ces hangars s'ouvraient à l'arrière par un ensemble de portes par lesquelles les armes pouvaient être déplacées sur une rampe de lancement pouvant être entraînée située dans un puits en avant de la voile. La rampe a été tournée en travers pour le lancement.

Après que l'Union soviétique puis les États-Unis ont testé avec succès leurs premiers missiles balistiques intercontinentaux (ICBM) en 1957, la course aux armements nucléaires est entrée dans une phase plus dangereuse. À la fin de 1958, avec quatre SSG et quatre croiseurs Regulus en service, la Marine a répondu en déplaçant tous les sous-marins et trois des croiseurs dans le Pacifique pour maintenir des patrouilles de dissuasion régulières menaçant l'Extrême-Orient soviétique. En particulier, l'escadron de sous-marins ONE a été formé des quatre SSG à Pearl Harbor et a adopté une position de préparation qui a mis au moins quatre missiles en station dans le Pacifique occidental à tout moment, pour compléter les avions porteurs existants armés d'armes nucléaires. (Cela nécessitait de déployer soit les deux bateaux de la flotte convertis ensemble, soit l'un des deux Les dos gris.) Thon est parti lors de la première de ces patrouilles de dissuasion régulières en octobre 1959, alors que Grayback et Growlers les premières patrouilles ont commencé au début des années 1960.

Sur commande. À la mi-1958, l'USS Dos gris (SSG-574) et USS Grognard (SSG-577) avaient été mis en service en tant que premiers sous-marins diesel-électriques spécialement conçus pour transporter des missiles Regulus. À cette époque, la Marine avait quatre SSG et quatre croiseurs porteurs de missiles en mer. Dessus, Growlers les grands hangars à l'avant, où il pouvait transporter quatre missiles Regulus I, sont clairement considérés comme la caractéristique la plus importante du navire. Pouvoir nucléaire. USS Flétan était le premier sous-marin à propulsion nucléaire spécialement conçu pour transporter et lancer des missiles. Mis en service en janvier 1960, il pouvait emporter quatre missiles Regulus II ou cinq missiles Regulus I dans son hangar, qui servait également de salle de torpille avancée.
1958 1960
Dernières années. L'avènement des ogives nucléaires compactes et des gros moteurs-fusées à combustible solide à la fin des années 1950 a rapidement mis fin à l'ère Regulus. Combiné avec le nouveau George Washington (SNLE-598)-classe sous-marin, le missile Polaris a éliminé tous les inconvénients du système Regulus.

Quelques années plus tôt, cependant, la Marine avait déjà demandé à Chance Vought de commencer à développer un missile supersonique Regulus II de deuxième génération, capable d'atteindre 1 200 milles marins à Mach 2. Presque deux fois plus gros que Regulus I, la nouvelle arme exigeait un plus gros sous-marin pour le transporter. Plusieurs conceptions alternatives de plate-forme ont été étudiées, dont une capable de transporter quatre missiles Regulus II ou huit missiles Regulus I dans un grand hangar à l'avant. En fin de compte, le financement de la construction d'une nouvelle SSG a été inclus dans le budget de l'exercice 1956. De plus, à la fin de 1955, les planificateurs à long terme de la Marine prévoyaient que jusqu'à 23 sous-marins Regulus II seraient finalement nécessaires. Plus tôt cette même année, cependant, le programme de propulsion nucléaire de la Marine s'était concrétisé avec l'USS Nautile (SSN-571) « en cours sur l'énergie nucléaire ». Flétan (SSGN-587) en janvier 1960.

Flétan, de 350 pieds de long hors tout et déplaçant près de 4 900 tonnes immergées, était équipé de ce qui était alors la centrale électrique des sous-marins d'attaque standard, entraînant deux vis. Son énorme hangar à missile unique était profondément enfoncé dans la coque extérieure vers l'avant et incliné vers le haut et vers l'arrière pour pénétrer le pont, où une grande porte à ouverture verticale donnait accès à un lanceur à plaque tournante en avant de la voile. L'espace du hangar pouvait contenir quatre missiles Regulus II ou cinq missiles Regulus I et servait également de salle de torpille avancée. Ce grand hangar à une porte - potentiellement ouvert sur la mer lors de l'évolution du lancement - constituait une grave vulnérabilité. S'il était inondé, le navire pourrait facilement couler.

Flétan est entré en service actif dans la flotte du Pacifique en novembre 1960 et a effectué sa première patrouille officielle au début de l'année suivante, rejoignant les quatre SSG dans la rotation nécessaire pour maintenir continuellement quatre missiles stratégiques en place. À ce moment-là, les croiseurs lourds avaient été retirés de la mission Regulus - avec Los Angeles le dernier à partir en 1961 - laissant les sous-marins se débrouiller seuls. Assez ironiquement, même si Regulus II s'est avéré efficace lors des tests finaux, des pressions budgétaires ont empêché tout achat ultérieur et il n'a jamais été déployé. Ainsi, pendant toute l'ère de ces premières patrouilles de dissuasion maritime, le subsonique Regulus I est resté l'arme de choix.

En fait, la synergie de deux nouvelles technologies militaires - ogives nucléaires compactes et gros moteurs-fusées à combustible solide - a mis un terme rapide à l'ère Regulus. Ensemble, ils ont rendu possible la conception de missiles à combustible solide relativement petits capables de transporter des ogives nucléaires sur des distances intercontinentales - et ont ainsi établi la faisabilité du missile balistique à lanceur sous-marin (SLBM). En conséquence, le bureau des projets spéciaux de la Marine a été créé en novembre 1955 et, sous la direction du RADM William F. Raborn, a rapidement mis au point le Polaris SLBM et une classe de sous-marins nucléaires lanceurs d'engins pour le transporter. Seulement cinq ans plus tard, tout comme Flétan rejoignait la flotte du Pacifique en novembre 1960, le premier de la nouvelle classe, USS George Washington (SNLE-598), est parti sur sa première patrouille Polaris dans l'Atlantique.

D'un seul coup, la combinaison SSBN/Polaris a éliminé tous les inconvénients du système Regulus : lancement en surface, carburant liquide, dépendance à l'égard du suivi et du guidage actifs, portée limitée, petite capacité de hangar et une foule d'autres inconvénients. Avec un lancement submergé, une endurance pratiquement illimitée et une quasi-invulnérabilité, le nouveau moyen de dissuasion stratégique a rapidement supplanté Regulus et le SSG/SSGN. Ce n'est qu'en décembre 1964, cependant, que l'USS Daniel Boone (SNLE-629) a mené la première patrouille Polaris dans le Pacifique, au départ de Guam ce mois-là. Ainsi, la dissuasion Regulus a été maintenue dans le Pacifique occidental jusqu'en mai 1964, date à laquelle Flétan a mené la dernière patrouille de la série. À ce moment-là, les cinq bateaux Regulus avaient effectué un total de 40 patrouilles de dissuasion WESTPAC depuis octobre 1959 - et, ce faisant, avaient été les pionniers de l'un des paradigmes stratégiques centraux de la guerre froide. Deux générations de SNLE ont suivi.

Les sous-marins. Où sont-ils maintenant? Des deux anciens bateaux de la flotte, Barbero a été le premier à être désarmé et rayé de la liste de la Marine en juin 1964. Thon est revenu au SS-282 en mai 1965, mais son grand hangar Regulus a rendu possible sa conversion en sous-marin de transport de troupes, nouvellement désigné APSS-282, en octobre 1966. Dans ce rôle en 1967, il a participé à un certain nombre d'opérations spéciales au large des côtes vietnamiennes. Ensuite, Thon a été désarmé pour la dernière fois en juin 1969 et coulé comme cible un an plus tard.

De même, avec son installation Regulus supprimée, Dos gris servi de transport amphibie (LPSS-574) de mai 1969 à la mi-1980. Le navire a ensuite été rayé de la liste de la Marine en janvier 1984 et a coulé comme cible de missile en 1986. Son équipement de manipulation et de guidage de missile ayant été retiré, Flétan a été converti en plate-forme d'essai vers 1965 et utilisé ostensiblement dans le développement du véhicule de sauvetage en submersion profonde (DSRV) - mais en réalité pour des projets plus hautement classifiés - jusqu'à sa mise hors service en juin 1976.

Le sort le plus heureux était réservé à Grognard, qui a été mis hors service et mis en réserve en mai 1964. Retiré de la liste de la Marine en août 1980, Growler est maintenant conservé dans son état pratiquement d'origine dans le cadre de l'USS Intrépide Sea-Air-Space Museum à New York, avec un exemple du missile Regulus I. David K. Stumpfs Regulus - l'arme oubliée (Turner Publishing, 1996) fournit un compte rendu détaillé et faisant autorité de l'ensemble du programme Regulus et de ses plateformes associées.
Le Dr Whitman est le rédacteur en chef de Magazine de guerre sous-marine.


L'USS Helena (CA-75) tire un missile Regulus, 1957 - Histoire

Histoires de mer

Pour lire une autre histoire de la mer "Vraie" de Dave Brouchoud,
Cliquez ici

PERCEUSE SEMAPHORE
par Dave Brouchoud
USS Helena CA-75, RD2, Division OI, 1952 - 1955

La lettre "B"

Le temps obscurcit la mémoire. Je ne me souviens plus du grade de l'officier dans l'histoire ci-dessous ni du grade de maître. Pas sûr que l'officier de service était un LT.
Mais je me souviens bien de l'incident.

Boot Camp pour moi n'était pas si difficile. J'ai eu un problème avec la mémoire de l'exercice sémaphore. Nous avons utilisé l'ancien alphabet phonétique, le boulanger charlie, le chien, etc. Maintenant, c'est Alpha, Bravo, Charlie et Delta, etc.

Une nuit alors qu'il était sur le guet d'incendie de la caserne, vers 2 heures du matin. Je me tenais au coin de l'endroit où le hall est devenu notre zone de caserne, pratiquant le sémaphore. La lettre « B » vous oblige à tenir votre main gauche vers le bas et parallèle à vos jambes et votre main droite à droite de votre corps. Dans la vraie vie, vous tenez les drapeaux des sémaphores, je ne l'étais pas. Chaque lettre/mouvement devait être net et vif. Au moment exact où j'ai fait claquer ma main droite vers la droite pour la lettre « B », j'ai frappé l'officier de service adjoint dans le nez. Il semble que lui et un officier marinier essaieraient de se faufiler sur les gardes pour voir s'ils faisaient leur travail OU dormaient. Après que je l'ai frappé, il a commencé à crier et à dire « Vous avez frappé un officier ». Bientôt, toutes les lumières se sont allumées. Il n'arrêtait pas de crier et son nez saignait aussi. J'ai été placé en état d'arrestation et j'ai dû l'accompagner au bureau des agents de service. Un LT de la Marine était en charge et m'a demandé de lui dire pourquoi j'avais frappé cet officier. Inutile de dire que j'étais terrifié. Je me voyais avec du pain et de l'eau, dans le brick et peut-être me faire virer de la marine. Quand mon histoire est sortie, le LT a commencé à rire.

Bientôt, il dit à l'officier junior que la Marine avait de la chance d'avoir un jeune marin dédié à l'apprentissage du sémaphore et que c'était un malheureux accident et que je devais retourner dans ma caserne. Pendant les jours suivants, j'étais le garçon qui riait autour de notre zone d'entreprise --- et aussi, une sorte de héros. Jamais appris toutes les lettres de sémaphore. Mais une fois testé, j'ai quand même réussi. Je ne l'ai plus jamais utilisé. Je me demande si la Marine l'utilise aujourd'hui.

LE COUREUR DE CHOW
par Dave Brouchoud
USS Helena CA-75, RD2, Division OI, 1952 - 1955

À l'automne 1951, j'ai commencé le Boot Camp à Great Lakes, dans l'Illinois. Comme le temps est devenu froid, j'ai été affecté au service supplémentaire en tant que compagnie 831 "Chow Runner".

Le coureur de chow quittait la zone de sa compagnie environ 20 minutes avant l'heure du chow et se présentait au mess. Il se tenait juste à l'intérieur de la porte pour regarder les derniers gars entrer, puis retournait dans la zone de son entreprise pour signaler qu'il était temps de tomber.

Cela a été fait de manière à minimiser le temps que les gars auraient à rester dehors, dans le froid, à faire la queue pour manger. Le coureur de chow serait le dernier homme de son entreprise à manger. Ceci pour s'assurer que tout le monde se débrouille bien.

J'ai apprécié ce petit plus de liberté pour pouvoir me déplacer à l'extérieur par moi-même. Personne n'a vérifié sur moi car il n'y avait pas grand-chose à vérifier.

Un jour, certains des autres coureurs de chow de l'entreprise m'ont approché et ont voulu savoir quand et où je prenais mes repas. Avec mon entreprise, au bout du fil, comme on m'a demandé.Tu es idiot", a dit l'un d'eux ! Avec de nombreuses réfectoires dans la région, on peut choisir où manger. Je devais faire était de quitter ma zone d'entreprise un peu plus tôt et rejoindre mes nouveaux amis car nous avons mangé le meilleur.

Cela a bien fonctionné pendant un certain temps tant que j'ai réussi à accomplir mes tâches comme prescrit. Mais ensuite, ma grande bouche m'a causé de vrais ennuis. J'ai commencé à me vanter un peu de qui je pensais être mes amis les plus proches de l'entreprise. Je leur ai parlé de la bonne affaire que j'avais. Bien maintenant. Quelqu'un m'a entendu ou m'a crié dessus. J'ai été convoqué devant mon commandant de compagnie, le chef Walker, qui m'a infligé 15 démérites et m'a retiré mon poste de Chow Runner. Devant l'entreprise je pourrais ajouter !!

Pour les types non-marine ou les non-initiés, 5 démérites équivalent à 1 heure de pousser le fusil sur votre propre temps. Cela signifiait que je devais me présenter à la salle d'exercices chaque nuit pendant trois nuits et "Push Rifle". Je crois me souvenir que nous n'avons eu qu'une seule pause après une demi-heure. Pousser un fusil pendant 30 minutes sans interruption ? J'étais sûr que mes bras tomberaient. Pire encore, quand je suis revenu dans le quartier de mon entreprise, j'ai dû supporter le harcèlement de mes amis.

Alors, qu'est-ce que pousser un fusil? Ce qui suit a été copié à partir de mon manuel de BLUEJACKETS, copyright 1950, chapitre 20, page 303. Sujet : Exercice physique avec armes.

Fentes diagonales. Pour exercer les muscles des bras, du dos et des jambes.

Commandement : 1. FENTES DIAGONALES, 2. UN, 3. DEUX, 4. TROIS, 5. QUATRE.

ONE-À partir du moment où vous êtes prêt, faites une fente d'environ 36 pouces en diagonale vers la droite avec le pied droit, tout en poussant la pièce horizontalement.
Le pied gauche doit être plat et les yeux dirigés vers la pièce.
DEUX-Retour au prêt, poitrine en avant, coudes en arrière.
TROIS-Fente vers la gauche avec le pied gauche, comme dans UN ci-dessus.
QUATRE-- Retour à prêt

Au début du chapitre, il est dit : Tous les mouvements de cette section sont en quatre temps et, à l'exception de COME TO READY, sont exécutés quatre fois. Il ne dit pas à l'exception de la punition de l'entreprise ! Les mouvements décrits ci-dessus prennent environ 5 secondes.

Oh oui, c'était le moment de se souvenir.

Un marin a été attrapé alors qu'il tentait de se faufiler à bord de son navire vers 03h00.

Un premier maître l'a espionné et a ordonné au marin de s'arrêter. En entendant l'explication boiteuse du marin pour son retard, le chef ordonna: "Prenez ce balai et balayez chaque maillon de cette chaîne d'ancre d'ici le matin, ou c'est le brick pour vous!"

Le marin a ramassé le balai et a commencé à exécuter sa charge. Alors qu'il commençait à balayer, une sterne se posa sur le manche du balai. Le marin a crié à l'oiseau de partir, mais il ne l'a pas fait. Le garçon a enlevé la sterne du manche à balai et a donné un coup à l'oiseau. L'oiseau est parti, pour revenir et allumer à nouveau le manche du balai. Le marin reprit la même routine, avec le même résultat. Il n'a pas pu faire de nettoyage, il n'a pu balayer la chaîne qu'une ou deux fois avant que le foutu oiseau ne revienne.

Le matin venu, le chef fit de même, pour surveiller son matelot capricieux.

« Qu'avez-vous fait toute la nuit ? Cette chaîne n'est pas plus propre qu'à vos débuts ! Qu'avez-vous à dire pour vous-même, matelot ? aboya le chef.

"Honnêtement, chef," fut la réponse, "J'ai jeté une sterne toute la nuit et je n'ai pas pu balayer un lien!"

Incident d'hélicoptère.

Nous avions été brièvement attachés au quai lorsque l'hélicoptère et l'équipe d'entretien ont décollé pour se rendre à la base pour l'entretien. L'hélicoptère était bien chargé avec l'équipage et les biens.

Après avoir décollé, l'hélicoptère s'est déplacé juste du côté bâbord et s'est lentement enfoncé dans l'eau. Le moteur sonnait bien mais n'avait apparemment pas assez de puissance. Après avoir atterri dans l'eau, l'hélicoptère a tourné sur le côté et s'est échappé facilement avant que l'engin ne coule.

Une barge a été amenée à côté et un plongeur a attaché un câble à l'hélicoptère. Soit notre grue, soit une grue sur la barge, a rapidement placé l'hélicoptère sur la barge et a été emmené.

Nous avions un hélicoptère à bord lorsque nous avons quitté le port, mais supposons qu'il s'agissait d'un autre hélicoptère.

Soumis par Jim Whisnant, ET1, USS Helena CA-75. 1954 - 1956.

Histoire offerte par J.G.Saltalamacchia III.

Le père de Salty était J.G.Saltalamacchia Jr. ("Salty"), CPO Ret.
Il a servi sur l'USS Helena CA-75 75 du 48/07 au 08/51 en tant que ME1 dans la division R et était également plongeur de navire.

Un jour, mon père et ma mère campaient avec le camping-car sur l'un des terrains de camping de Camp Pendleton.

À l'époque, mon père était complètement à la retraite, 20 ans dans la marine et 20 ans dans le chantier naval.

Il touchait une provision de 40 ans. Lui et moi étions près du feu de camp et mon père portait sa casquette avec « US Navy » dessus.

Alors, voici ce gars qui se promène, regarde le chapeau de mon père et dit "Marine, tu es resté combien de temps ?" Mon père lui dit 20 ans.

Ce souffleur sort sa poitrine et dit "J'ai été dans la Garde côtière pendant 30 ans!"

Nous y sommes, mon père et moi discutons et nous occupons de nos propres affaires et ce type arrive et nous dérange.

Alors mon père dit : "En 1944, je pensais rejoindre la Garde côtière, mais je ne pouvais pas répondre aux exigences de taille, alors j'ai rejoint la Marine."

Ce type lance un regard étrange à mon père et dit « Quelle hauteur requise ? » Mon père lui dit : « À l'époque, vous deviez mesurer plus de 6 pieds, donc juste au cas où votre bateau coulerait, vous pouviez retourner au rivage.

Le visage de ce gars vient de tomber et il a essayé de parler à mon père de toutes les "eaux bleues" sur lesquelles il a navigué, mais il a laissé mon père seul le reste du voyage.

Extrait de la newsletter Helena dtd OCTOBRE 2002

Par matelot W. M. THOMPSON. CA-75, Division "O", RM1, 1953 - 1954

Le CA 75 était amarré à Southhampton ou à Edinbergh, de toute façon, nous organisions une journée de visite. Tout se passait bien jusqu'à ce que quelqu'un demande à quoi servait ce bâtiment. Nous étions près du broyeur d'ordures bâbord. Alors un officier à proximité a commencé à expliquer quelle était sa fonction et a commencé à ouvrir les loquets pour entrer. Dès que quelques loquets ont été ouverts, ils ont commencé à se fermer. Dès qu'il s'ouvrirait davantage, ils se refermaient. Cela devenait plutôt amusant de le voir essayer de garder les poignées de verrouillage en position ouverte avec ses mains et ses pieds tout en essayant d'en ouvrir davantage. Finalement, il a appelé à l'aide et plusieurs mains à proximité ont chacune saisi une poignée la maintenant en position ouverte. À l'intérieur, il y avait une jeune fille et un marin tous les deux avec des vêtements en désordre. On dirait qu'ils ont décidé que la zone du broyeur à ordures était un bon endroit pour assembler leurs pièces. Le marin a été hissé et la jeune fille a été escortée hors du navire.

Nous étions amarrés à Port-Saïd, en Égypte. C'était un après-midi chaud et humide et debout sur le fantail, quelqu'un a dit d'aller nager. Je suis descendu en bas et j'ai enfilé mon maillot de bain. J'ai remonté ma salopette et je suis retourné sur le dessus. Je me tenais à côté de la grue martin-pêcheur en train de regarder quelques gars plonger et nager. J'ai débattu pour les rejoindre mais un BM de 2e classe est venu vers moi en criant « tu nages ? » J'ai dit, "non monsieur." Puis il attrapa ces autres en grimpant à l'échelle arrière et les enleva. Je n'ai jamais su quel était leur sort.

Un souvenir de traversée de l'océan Indien. Nous avions quitté Columbo, Ceylan après avoir mangé trop d'ananas frais. Les houles étaient lisses et vitreuses. Le CA 75 se dirige vers l'est à environ 20 nœuds. Les obus attendaient avec impatience la traversée de l'équateur. Eh bien, cela ne s'est jamais produit car nous avons été détournés vers le nord vers le port de Tsingtao. Quelques-uns d'entre nous qui n'avaient rien à faire profitaient de la douceur de l'océan à la proue. Au loin, nous avons vu ce petit objet. Assez rapidement, nous avons pu déterminer que nous étions sur une trajectoire de collision avec une jonque chinoise. Personne à bord de la jonque ne semblait s'inquiéter jusqu'à ce que nous soyons assez près pour distinguer l'équipage à bord. Tout à coup, ils décidèrent qu'une action devait être entreprise et commencèrent à crier et à se démener dans une animation frénétique pour modifier leur cap. C'était tout un exploit en raison de presque pas de vent. Quoi qu'il en soit, juste à temps, ils ont évité que le tranchant en acier ne tranche dans l'eau. Je suis sûr que la jonque a frotté le côté du CA 75.

De son camarade Wesley C. Shangraw. CA-75, Division "OU", RM3, 1954 - 1956.

J'ai rejoint la Réserve navale à Watertown, New York en tant que SR (recrue de marin). J'ai été transféré dans une unité du New Jersey quand je suis entré à l'université et j'ai passé l'examen SA (apprenti marin).

Après l'été de retour dans le nord de l'État de New York, j'ai demandé un service actif pour payer mes futures années d'université. Demander à être rédigé était possible à l'époque. Je l'ai fait avec quelques autres dans mon unité de réserve. Mes ordres sont venus et m'ont ordonné d'aller à Brooklyn Naval Yard pour le devoir. Le gars avec qui je me suis porté volontaire a été envoyé directement à Bainbridge, dans le Maryland, pour un camp d'entraînement. J'ai demandé pourquoi je n'allais pas avec eux ? La réponse était : « Shangraw, vous êtes un matelot à part entière, et vous n'êtes pas obligé d'aller au camp d'entraînement, les autres ne sont que de modestes SA. "Oh" dis-je, "c'est vrai, à quoi pensais-je?"

Bien sûr, je savais qu'une grosse erreur avait été commise, mais je ne l'ai jamais comprise jusqu'à ce que j'aie été libérée lorsque tous mes papiers m'ont été remis. Cela montrait qu'un yeoman du New Jersey, où j'avais passé cet examen SA, avait fait une faute de frappe, au lieu d'être promu SA, il avait tapé SN.

Un seul coup de machine à écrire a évité le camp d'entraînement, fourni plus d'argent et un marin qui ne pouvait pas faire un nœud ou savoir qui saluer ! Mon approche décontractée de l'autorité a fait penser à beaucoup que j'étais "un vieux sel", ou tout simplement bizarre. Je me suis présenté sur l'USS Roanoke avec mon pyjama et mon gant de toilette. Je ne voulais certainement pas que quelqu'un me voie nue !

Extrait de la newsletter Helena dtd OCTOBRE 2001

Par son camarade Curtis E. Etchen. CA75, "6e" Division, GM2, 1948 - 1950

Je me demande combien de nos camarades se souviennent de la croisière que nous avons faite sur le CA75 vers l'Extrême-Orient en 1948 et 1949 où nous avons fait de nombreuses escales aux Philippines, au Japon et en Chine ? Nous avons passé l'hiver en Chine où nous avons fait plusieurs escales. J'étais dans la sixième division pendant ce temps en tant que BM3 et BM2. Je me souviens que nous avons coupé en deux le bateau de pêche japonais en mer de Chine cet hiver-là. Ce fut toute une croisière avec de nombreuses expériences vécues pendant la croisière. J'ai quitté le navire ce printemps-là pour me rendre à Pensacola pour une formation au pilotage et je me souviendrai toujours de cette croisière. J'ai passé le reste de mes 32 ans dans la Marine en tant que pilote de marine, mais je me souviendrai toujours du bon vieux temps sur le croiseur.

HIJINKS EN LAITON
Par le commandant Kenneth H. Ruecker, USN (retraité)

Dans les premiers jours (1950) de l'"action de police" coréenne. La flotte était sans la Force de service, ce qui nécessitait de retourner à Sasebo, au Japon, pour alimenter, réarmer et réapprovisionner. La seule barge à carburant n'avait pas de pompes à haute capacité et la lampe fumante était éteinte plus de 48 heures, sauf dans une salle d'incendie fumante. Sur l'un de ces "pit stop", un destroyer australien, HMAS Bataan, la canonnière du fleuve Tangtse Coccinelle HMAS et USS Bataan (CVL-29) étaient au port.
Pendant la Seconde Guerre mondiale en Méditerranée, un officier du carré des officiers de destroyer britannique a demandé et reçu une photo dédicacée de la star de cinéma nageuse, Ester Williams. Les officiers britanniques étaient connus pour boire dans des boissons fortes. Une coutume développée dans laquelle les officiers d'autres navires volaient la photo du carré des officiers.
J'étais debout au milieu de la garde sur le pont de signalisation du USS Helena (CA-75), et a été chargé de garder une surveillance constante sur le destroyer australien. J'avais entendu dire plus tôt dans la journée que notre amiral avait répondu à la visite de courtoisie du commandant du HMAS Bataan. Alors qu'il (l'amiral américain) partait, il a attrapé la photo d'Ester Williams et a couru vers sa barge, dont le barreur avait reçu l'ordre de pousser à grande vitesse immédiatement alors qu'il sautait à bord.
Nous avions des lances à incendie à pleine pression à la buse afin de repousser les tentatives des Australiens d'embarquer de force. J'avais signalé à l'OOD qu'un bateau avait quitté le HMAS Bataan, mais avait disparu sous notre arc. Lorsque le bateau est réapparu, notre officier d'approvisionnement a demandé l'autorisation de monter à bord, ce qui a été refusé car l'OOD a été informé qu'aucun bateau de l'Australien ne devait l'accompagner. Cependant, le bateau a accosté la plate-forme inférieure de l'échelle de coupée.
Un grand lieutenant à la barbe rousse monta à l'échelle. Le Maître de Manœuvre et le Messager se sont ouverts avec un tuyau à haute pression. Le jet a frappé le policier à la tête, à l'épaule et à la poitrine. Il s'est toujours battu pour gravir les échelons ! Notre Exec, Comdr, James Odgers (plus tard Vice-Amiral) ayant entendu l'agitation est venu sur le pont sans chemise. Le BM a laissé tomber le tuyau, et lui et l'Exec ont lutté l'Australien sur le pont. Le capitaine, George C. Towner (plus tard vice-amiral) est monté sur le pont et a dit aux combattants Pas de poings fermés ! Pendant ce temps, le tuyau d'incendie crachait plusieurs pouces d'eau entre la cabine de l'Exec et le support quad 40 mm.
Pendant que cela se passait, j'ai entendu un son sur le côté avant du pont de signalisation. J'ai attrapé un tube pneumatique en plastique et j'ai avancé. Là, il y avait un Aussie Ensign complètement trempé. Ne sachant pas à quoi m'attendre, je lui ai crié : « Qu'est-ce que tu fous ici ? Il a répondu Ne me frappe pas, Yank ! Il m'a dit qu'il était descendu sur la bouée d'amarrage, qu'il avait grimpé la chaîne, qu'il était allé au premier étage, qu'il était monté au sommet du mont 51, puis qu'il avait atteint le pont de signalisation.
Entre-temps, les choses s'étaient arrangées sur la dunette. J'avais poussé l'enseigne mouillée jusqu'au pont principal. Le maillot de corps de l'Exec était complètement arraché, à l'exception de la bande étroite autour de son cou. Le tuyau d'incendie était enfin éteint. J'ai dit à l'OOD d'envoyer le barreur du bateau jusqu'au pont de signalisation pour un café chaud. Il m'a raconté l'histoire de la photo d'Ester Williams. Notre officier d'approvisionnement a été autorisé à revenir à bord.
« Les règles de ce jeu étaient que l'amiral américain avait obtenu légalement la photo, et que le C.O. du HMAS Bataan, le dernier possesseur de la photo, au nom de la Royal Navy de Sa Majesté, joindrait un document officiel attestant ce fait.

Le commandant Ruecker était quartier-maître de première classe à bord du USS Helena (CA-75) lors de cet incident.

Extrait de la newsletter Helena dtd été 1998

SAM PATE, DIVISION "R", CA-75, 1949-1953 A ÉCRIT ET DIT

" J'AIMERAIS VOUS PARLER D'UNE LIBERTÉ FOLLE À YOKOSUKA.

J'ÉTAIS SUR LA PLAGE AVEC UN MARIN NOMMÉ YANASKA, UN POIDS DE POIDS ET UN TYPE DE BONNE NATURE QUI A FUITE DE L'ÉCOLE DE PRÊTRE.

NOUS AVONS LOUÉ UN RICKSHAW ET UN CHAUFFEUR POUR RESTER AVEC NOUS PENDANT QUE NOUS VISITONS PLUSIEURS BARS. YANASKA S'EST DÉSOLÉ POUR NOTRE CHAUFFEUR DE RICKSHAW LORS DE SON RETOUR ET A INSISTÉ POUR QUE LE CHAUFFEUR REPRENDRE AVEC MOI.
IL N'A PAS FAIT DE DIFFÉRENCE. YANASKA ALLAIT TIRER CE POUSSOIR ET IL NE SERVAIT AUCUNE DISCUTER AVEC LUI.

BIEN, SI VOUS VOUS RAPPELEZ ENTRE CES PETITES COLLINES ET MONTAGNES, VOUS AVEZ CES PETITES ROUTES EN PIERRES ET PETITS FOSSES SUR LE CTÉ POUR CONTRLER L'EAU QUI DESCEND DE LA COLLINE. ASSEZ PRIMITIF, MAIS ÇA A FONCTIONNÉ MAIS CE N'ÉTAIT PAS À L'ÉPREUVE DES RICKSHAW CAR ICI NOUS DESCENDONS LA COLLINE, DE PLUS EN PLUS VITE AVEC MOI ET CE PILOTE DE RICKSHAW HULLER ET PUIS YANASKA TROUBLE ET TOMBE.

LE RICKSHAW ENCHAÎNE YANASKA ET LES DEUX DES ÉTATS-UNIS SE FONT JETER SUR UN MUR DE ROCHES DE DEUX OU TROIS PIEDS ET UNE CLTURE APRÈS QUE L'IMPACT A DÉBARQUÉ LE RICHSHAW.

LES DEUX D'ENTRE NOUS ONT TRAVERSÉ LE MUR D'UNE MAISON ET ONT DRAPÉ JUSQU'À LA TABLE DU DÎNER O UNE FAMILLE ÉTAIT ASSIS SUR LE SOL ET NOUS AVONS TOUS DISPERSÉS.

NOUS SOMMES TOUS MENÉS AU Commissariat de police et avons pris des dispositions pour les dommages à payer, pour la maison ainsi que pour les réclamations du conducteur de pousse-pousse.

C'ÉTAIT PLUSIEURS MOIS AVANT QUE J'OBTENU UNE RESTRICTION ET QUE MA SALAIRE ABANDONNÉ"..

NOTE DE L'ÉDITEUR. SAM A PLUS D'EXPÉRIENCES À RELIER ET JE CONTINUERAI À LES IMPRIMER.

HISTOIRES DE MER ANCIENNES
Merveille des quatre-vingt-dix jours

Deux histoires fournies par Lee M Coffman ETPO3
USS Helena CA-75. 8/54 à 2/56

Lors de ma première croisière en Extrême-Orient à bord du Helena en octobre 1954, j'ai été affecté à la division OE (le gang ET). Je venais juste d'obtenir mon diplôme de l'école d'électronique navale de Treasure Island à San Francisco, en Californie et j'avais de grands espoirs de devenir un « whiz » de l'électronique à bord d'un navire de guerre de l'US Navy, eh bien, ça n'a pas commencé comme ça. Pendant le premier mois à bord, encore seulement un ETSN, j'ai été affecté au mess, quelle façon de dégonfler l'ego d'un gars !

Après cela, je suis allé travailler avec mon métier habituel pour lequel j'avais été formé, un technicien en électronique. Bien sûr, je devais prouver mes capacités, donc au début on m'a donné beaucoup de détails "grossiers", l'un d'entre eux était d'entretenir et de maintenir les antennes radar du navire.

La première fois qu'on m'a donné ce détail, je ne savais pas ce que j'étais censé faire, alors ET1 Schmidt a dit qu'il me montrerait comment faire le travail. Schmidt m'a emmené dans la salle de l'émetteur radar et a demandé la permission à l'officier responsable d'arrêter l'émetteur radar principal de recherche de surface pour maintenance, l'autorisation a été accordée et l'émetteur a été arrêté. Ensuite, Schmidt a "marqué en rouge" l'interrupteur d'alimentation afin que les opérateurs de l'équipement sachent que nous travaillions sur l'équipement et ne l'allument pas.

Nous nous sommes ensuite dirigés vers la base du mât principal qui se trouvait sur le pont 03 à environ 20 pieds au-dessus du pont principal au milieu du navire, le mât mesurait environ 100 pieds de haut avec l'antenne de recherche de surface juste en haut sur une plate-forme. Nous avons commencé à monter l'échelle attachée à l'avant du mât en transportant nos outils, notre pistolet à graisse et d'autres articles pour faire le travail attaché à nos ceintures.

S'il y a un endroit sur le navire pour avoir le mal de mer, c'est bien ça, mais heureusement, je ne l'ai pas fait. C'était effrayant de grimper sur cette échelle sans ceinture de sécurité et le mât se déplaçant de 10 à 15 pieds d'avant en arrière, mais quelle vue magnifique ! Nous sommes arrivés sur la plate-forme et Schmidt m'a montré comment lubrifier, vérifier les connexions serrées et d'autres tâches de maintenance.

Nous avions terminé et Schmidt a dit "Bravo Coffman, tu es à peu près le seul gars que j'ai élevé ici qui n'a pas perdu son déjeuner". Schmidt a crié " Coffman, descends vite ! " Je pouvais dire qu'il était fou de rage parce qu'il jurait tout en bas.

Je l'ai suivi alors qu'il courait vers la salle de l'émetteur radar et nous sommes allés à l'émetteur qu'il avait marqué rouge, il était allumé. Schmidt a crié à tue-tête « Quel idiot (bip-bip) a allumé ça ? Ne pouvez-vous pas (bip-bip) idiots voir qu'il est marqué d'une étiquette rouge?" étiquette rouge signifiait. Schmidt était toujours fou comme l'enfer et a crié au visage de l'enseigne « Vous auriez pu nous griller tous les deux sur l'antenne ! » L'enseigne se tenait juste là avec un air penaud sur le visage. Puis, alors que Schmidt et moi quittions la salle de l'émetteur radar, il s'est tourné vers moi avec un grand sourire sur le visage et a dit (Bip-bip) quatre-vingt-dix merveilles des jours !"

Dans la marine américaine, un Ensign est le grade le plus bas pour un officier commissionné, ce sont généralement des recrues vertes tout juste sorties de l'OCS (Officier Candidate School). Ils sont considérés par l'équipage comme notoirement incompétents et fourrent toujours leur nez dans des choses auxquelles ils n'appartiennent pas. L'équipage les appelle avec dérision "des merveilles de quatre-vingt-dix jours".

En octobre 1954, j'étais sur ma première croisière WESPAC à bord de l'USS Helena après avoir été affecté au navire en août de la même année. Le navire partit de Long Beach et fit escale à Pearl Harbor. Après quelques jours au port et d'excellents moments de liberté à Honolulu, il a été annoncé qu'une cérémonie de passation de commandement aurait lieu dans deux jours, le vice-amiral Alfred M. Pride, commandant de la 7e flotte, WESPAC, ferait du Helena son navire amiral. pendant qu'il faisait la tournée en Extrême-Orient.

Pendant deux jours, l'équipage fut occupé à nettoyer, peindre, polir le laiton et lapider les ponts en bois en vue de l'inspection de l'amiral. L'hélicoptère du navire, qui occupait normalement la zone du fantail, a été déplacé très loin vers le rail tribord arrière afin de faire de la place à l'équipage qui se tiendrait là lors de la cérémonie de passation de commandement.

Le grand jour arriva et l'amiral monta à bord du navire et fit une inspection hâtive de son nouveau commandement. Ensuite, tout l'équipage a reçu l'ordre de se rassembler sur le fantail pour la cérémonie, l'uniforme du jour était la robe bleue. Le capitaine a prononcé un discours de bienvenue à l'amiral à bord. Ensuite, l'amiral s'est levé pour faire un discours et au même moment un autre navire est passé à notre poste d'amarrage et a créé un sillage. Les vagues ont commencé à faire rouler notre navire, et tout à coup, l'hélicoptère a commencé à s'incliner et il y a eu un fort craquement et des éclaboussures lorsque l'hélicoptère est tombé directement dans la boisson !

Oiseaux Gooney

En février 1956, j'étais sur le chemin du retour aux États-Unis depuis Tokyo, au Japon, pour être rassemblé à Treasure Island, à San Francisco. L'avion dans lequel j'étais était un MATS Lockheed Constellation, un élégant avion à quatre moteurs à hélices qui était à la pointe de la technologie à l'époque. Il avait une capacité de plus de 200 passagers et était rempli de militaires retournant aux États-Unis. L'avion a atterri à Midway Island à 17h00 (17h00) pour faire le plein et tous les passagers ont été servis à dîner dans le mess. L'île Midway n'est pas très grande, seulement environ deux milles de long et un mille de large. C'était un aérodrome de la Marine américaine pendant la Seconde Guerre mondiale et a joué un tournant important dans cette guerre. La puissante marine japonaise a été solidement vaincue ici en juin 1942 et ce fut le début de la poussée éventuelle pour vaincre les forces japonaises dans tout le Pacifique Sud. Une autre chose notable à propos de Midway Island est les "Gooney Birds", il y en a des milliers qui se perchent sur l'île. L'oiseau Gooney est un type d'oiseau marin Albatros qui est assez gracieux en vol, mais lorsqu'il atterrit ou décolle, il doit être l'oiseau le plus maladroit au monde. Lorsqu'un Gooney essaie de prendre son envol, il court le long du sol sur une longue distance et neuf essais sur dix, il s'écrase et tombe éperdument, puis il se secoue partout et réessaye jusqu'à ce qu'il soit enfin en l'air. La même chose se produit à l'atterrissage, un tumbling crash, c'est hilarant à regarder.

Lee Coffman 1er août 2004

Au printemps 1955, l'USS Helena fut mis en cale sèche pour rénovation. Plus tard, l'équipage devait découvrir qu'un nouveau système d'armes avait été installé. En septembre, le navire a repris la mer pour des essais en mer des nouveaux systèmes. Des courses de vitesse ont été menées et deux jours d'entraînement au tir au large de l'île de San Clemente. Puis, le 8 septembre, l'équipage a enfin pu voir ce qui était caché sous les bâches de la dérive du navire. C'était une installation de lancement pour le nouveau missile guidé Regulus, avec le missile monté dessus. Il était classé secret militaire et personne, à l'exception de l'équipage de lancement, n'était autorisé à s'en approcher, et nous n'étions pas non plus autorisés à prendre des photos ou à discuter de quoi que ce soit à ce sujet une fois hors du navire. Il y avait une équipe spéciale de manutention et de lancement du missile et des gardes étaient au lanceur de missiles 24 heures sur 24.

Le matin du 9 septembre devait être le premier lancement d'un missile guidé depuis un navire de guerre américain dans l'histoire. On a dit à l'équipage qu'il pouvait observer le lancement, mais qu'il ne devrait pas se positionner plus près que la superstructure arrière, qui se trouvait à environ 150 pieds du lanceur. Plusieurs de mes camarades et moi avons grimpé en hauteur sur la superstructure arrière et nous avons eu une bonne vue dégagée sur le lancement. Nous avons attendu plus d'une heure pendant que tous les systèmes de lancement étaient prêts. Ensuite, l'équipage a été informé par les haut-parleurs du navire que le lancement aurait lieu dans cinq minutes. Lorsque les 10 dernières secondes du compte à rebours sont arrivées, il a été annoncé : 10, 9, 8, 7,6,5,4,3,2,1, lancement . Lorsque le missile a été lancé du côté tribord du fantail, il y avait un rugissement assourdissant et un swoosh des unités JATO attachées à la section arrière du missile et il y avait un énorme nuage de fumée blanche qui recouvrait totalement le fantail du navire. Les unités JATO (Jet Assisted Take Off) ont été utilisées pour amener le missile à une vitesse de 200 à 300 mph, afin que le moteur de fusée se déclenche pour les vols longue distance. Malheureusement, le moteur de la fusée ne s'est pas allumé et le missile est entré en spirale dans la boisson à environ un mile du navire.

Environ une semaine plus tard, l'équipage a de nouveau assisté à la même longue procédure de compte à rebours. La destination du missile était une cible flottante à 30 milles à l'ouest du navire. Nous pouvions clairement voir le missile au-dessus d'une colonne de fumée blanche dirigée vers le haut selon un angle vers l'ouest. Après vingt minutes, il a été annoncé que le missile s'était écrasé dans l'océan à seulement 50 pieds de la cible, ce qui a été considéré comme un coup et le lancement a été un grand succès. Une grande joie s'est élevée de la part de tout l'équipage.

Lee Coffman 1er août 2004

Une histoire courte de Jim Garner

Après le camp d'entraînement et l'école de radio à San Diego, j'ai été affecté à l'USS Helena CL-50 en juin ou juillet 1941 en tant qu'attaquant radio. Après que les Japs nous aient torpillés à Pearl Harbor, nous sommes retournés en boitant à Mare Island où presque tout l'équipage a été transféré ailleurs. J'ai été transféré à la Garde armée de Brooklyn, N.Y. J'ai été affecté au Sea Train Texas, un cargo, en tant qu'opérateur radio. Après plusieurs voyages en convoi, j'ai demandé un transfert à l'école d'électronique. Après avoir été diplômé de l'école d'électronique, j'ai mis un nouveau destroyer, U.S.S. Chevalier DD 805 en service. Nous avons servi dans le Pacifique jusqu'à la fin de la guerre. Ensuite, j'ai été affecté à l'école d'électronique avancée des Grands Lacs en tant qu'instructeur. J'ai été démis de mes fonctions de technicien en chef en électronique à la fin de 1946.

Une nouvelle de MM1C EUGENE E. LAJEUNESSE
USS Helena CL-50 1941 à 7/43.

J'ai servi sur Helena de mai 1941 jusqu'à sa chute le 6 juillet 1943.


L'USS Helena (CA-75) tire un missile Regulus, 1957 - Histoire

ACHETER DES VÊTEMENTS ET DES CADEAUX DE SOUS-MARINE DE LA MARINE AMÉRICAINE :

Histoire des sous-marins de la marine américaine

Le terme "sous-marin", en tant qu'adjectif, signifie simplement sous la mer. Mais en tant que nom, un sous-marin évoque l'image mentale d'un bateau qui peut faire des ravages en temps de guerre grâce à sa furtivité et sa puissance. Bien qu'il s'agisse de grosses embarcations dont l'équipage est composé de plus de 150 sous-mariniers, un sous-marin est toujours appelé « bateau ». C'est parce qu'au cours de leur développement, le nom de l'engin a été raccourci de l'adjectif "bateau sous-marin" pour créer le nom "sous-marin". Il y a 75 bateaux mis en service, en réserve ou en construction, faisant du sous-marin le vaisseau de guerre le plus prolifique de la marine américaine.

L'idée d'un engin qui pourrait se faufiler sur les navires ennemis sous l'eau existe depuis l'époque d'Alexandre le Grand (332 av. Léonard de Vinci avait également son concept de sous-marin (fin des années 1400). Le premier navire submersible qui a apparemment fonctionné, et il en existe des dessins, a été construit en 1620 par le Hollandais Cornelius Drebbel au service du roi Jacques Ier d'Angleterre. Cependant, le premier sous-marin militaire construit aux États-Unis date de la Révolution américaine. Le premier sous-marin américain a été nommé à juste titre le Turtle, conçu par l'étudiant de l'Université de Yale David Bushnell en 1775.

La Tortue était un submersible en forme de gland propulsé au moyen d'une vis à manivelle. L'idée était que l'engin manœuvrerait et s'attacherait au dessous d'un navire de guerre, où l'opérateur pourrait alors percer un trou dans le fond de la cible et attacher une bombe. La bombe était sur une fusée d'horloge qui donnerait au submersible le temps de s'échapper. Le sergent Ezra Lee de l'armée continentale monta à bord du Turtle dans la nuit du 6 septembre 1776, avec l'intention d'attaquer le navire de Sa Majesté Eagle, puis ancré au large de Boston. Malheureusement, Lee n'a pas pu attacher la bombe à l'Eagle, a finalement abandonné et s'est éloigné, poursuivi par une barque pleine de marins britanniques. Lee a réussi à déclencher sa bombe pour dissuader ses poursuivants. Il n'y a eu aucune victime de part et d'autre et il n'y a plus eu de tentatives enregistrées de guerre sous-marine pendant la Révolution.

En 1800, l'inventeur américain Robert Fulton a conçu, construit et testé son sous-marin Nautilus. Le bateau de Fulton manœuvrerait sous sa victime en remorquant une mine flottante qui exploserait au moyen d'un fusible de contact lorsque la mine touchait sa cible. Fulton a testé le Nautilus en France (la marine américaine n'en était qu'à ses débuts et n'était pas sur le marché pour une nouvelle technologie) et les tests préliminaires se sont avérés concluants. Malheureusement, ni les Français ni les Britanniques (en guerre les uns contre les autres à l'époque) n'ont été assez impressionnés pour acheter l'idée de Fulton et incorporer des sous-marins dans leurs marines. Fulton est retourné aux États-Unis en 1804 pour travailler sur son bateau à vapeur pour lequel on se souvient le mieux de lui.

Bien que la technologie ait été développée dans d'autres pays, rien n'a été fait avec les sous-marins aux États-Unis jusqu'à la guerre civile. Les preuves nous portent à croire que jusqu'à vingt sous-marins fonctionnels ont été construits par les deux parties pendant la guerre. La plupart n'ont pas été documentés ou ont été perdus avant d'arriver au combat. Les plus remarquables de l'époque sont l'USS Alligator de l'Union et le CSS Hunley de la Confédération. L'Alligator a été conçu par l'ingénieur français Brutus de Villeroi et a été lancé pour la première fois le 1er mai 1862. L'Alligator était le premier sous-marin en état de marche de la marine américaine et le plus grand construit pendant la guerre civile à 47 pieds. Il comprenait des innovations telles que l'air comprimé et filtré pour son équipage de douze personnes. Le bateau était propulsé par une hélice à manivelle. Le système d'armes de l'Alligator était composé de deux mines patelles qui pouvaient être attachées magnétiquement à la coque du navire cible. Malheureusement, l'Alligator a été perdu dans une tempête au large du cap Hatteras le 1er avril 1863 alors qu'il était remorqué à Charleston pour son premier déploiement de combat.

Le submersible confédéré H. L. Hunley a été nommé en l'honneur du concepteur et financier du bateau. Le Hunley mesurait 39,5 pieds de long et transportait un équipage de huit personnes. Le sous-marin confédéré se propulsait également avec une hélice à manivelle, mais le système d'arme était une torpille à espar. La torpille à espar était essentiellement une lance avec une bombe attachée. L'idée était que le Hunley éperonne sa victime, attachant la mine à la coque du navire. Le Hunley déconnecterait alors le longeron et se retirerait, faisant exploser la mine une fois qu'elle était dégagée. Le sous-marin avait déjà coulé deux fois lors d'essais, on pourrait donc imaginer que dans la nuit du 17 février 1864, lorsque Hunley s'est lancé dans le port de Charleston avec l'intention d'attaquer la corvette à vapeur de l'Union USS Housatonic, les observateurs n'avaient pas grand espoir. Cependant, le Hunley a réussi à couler sa victime et a signalé à terre une mission réussie. Malheureusement, sur le chemin du retour vers la base, le sous-marin a coulé, de cause inconnue, noyant les huit membres de son équipage.

Le naufrage du Hunley par le Housatonic marque la première attaque réussie d'un sous-marin sur un navire de guerre de surface. L'emplacement du sous-marin innovant est resté inconnu jusqu'en 1990. Le navire a été levé en 2000. Les restes de l'équipage ont été récupérés et inhumés le 17 avril 2004 au cimetière de Magnolia à Charleston, en Caroline du Sud. Plus de dix mille personnes ont assisté à la cérémonie, où les marins ont été enterrés avec tous les honneurs militaires.

Après la guerre de Sécession, les inventeurs d'autres pays ont fait de grands progrès dans les technologies sous-marines. Certains points de repère comprenaient le développement de nouvelles conceptions de coque, la création de systèmes de pression d'air, l'alimentation par des moteurs à vapeur et l'invention du tube lance-torpilles. Cependant, aux États-Unis, la prochaine avancée majeure dans le développement des sous-marins n'a eu lieu qu'en 1881. Cette année-là, l'inventeur irlando-américain John Philip Holland a lancé un sous-marin à New York qu'il a conçu et nommé Fenian Ram. Il a été nommé ainsi en l'honneur de ses bailleurs de fonds, la Fenian Brotherhood, une organisation vouée à l'indépendance de l'Irlande vis-à-vis de la Grande-Bretagne, qui espérait utiliser le sous-marin hollandais pour couler des navires de guerre britanniques. La technologie de pointe du Fenian Ram a utilisé pour la première fois des plans horizontaux et un mouvement vers l'avant pour "faire voler" le sous-marin à sa profondeur immergée. En raison de différends concernant les paiements effectués à la Hollande, le groupe irlandais frustré a volé le Fenian Ram et un autre prototype de sous-marin, le Holland III, en 1883 et a emmené les bateaux à New Haven, Connecticut. Malheureusement pour la Fraternité Fenian, aucun de leurs fidèles membres ne savait espérer faire fonctionner les bateaux et John Holland n'aidait pas. Les bateaux se sont rouillés pendant trente ans et finalement les sous-marins sont devenus des pièces de musée.

Ce serait aussi la fin de John Holland, sauf que son travail a attiré l'attention de la marine américaine qui a chargé Holland de construire un nouveau bateau. Le Holland VI a été lancé le 17 mai 1897 au chantier naval Crescent à Elizabeth, New Jersey. Le 11 avril 1900, la marine acheta le Holland VI et le rebaptisa USS Holland, SS-1, ce qui en fit le premier sous-marin commandé par la marine américaine. Le Holland utilisait un moteur à combustion interne (passé plus tard de l'essence au diesel) pour les opérations de surface et un moteur électrique pour fonctionner en immersion. Le Holland se vantait également d'une nouvelle forme de coque pour faciliter les déplacements dans l'eau et de torpilles automotrices tirées à partir de tubes rechargeables depuis l'intérieur du bateau.

L'USS Holland a été si bien reçu que John Holland a pu vendre sept de ses modèles de bateaux à la marine américaine et, ironiquement, quelques-uns à la marine britannique également. La société de John Holland, la Holland Torpedo Boat Company, sera plus tard rebaptisée Electric Boat Company. Electric Boat a été racheté par General Dynamics en 1952 et est toujours aujourd'hui l'un des principaux constructeurs de sous-marins américains.

La Première Guerre mondiale a apporté des progrès rapides à la technologie sous-marine, en particulier l'adaptation universelle du moteur diesel et des communications radio qui ont permis aux bateaux d'être dirigés depuis le rivage. L'Unterseeboot, ou sous-marin allemand, a dominé pendant la Première Guerre mondiale. Moins d'un mois après le début de la Première Guerre mondiale en 1914, les sous-marins coulaient des navires de guerre britanniques dans l'Atlantique Nord. L'adoption par les Allemands de la guerre sous-marine sans restriction contre tous les types de navires est généralement citée comme la principale raison de l'entrée des États-Unis dans la Première Guerre mondiale. La menace posée par le sous-marin pendant la guerre a donné naissance à la guerre anti-sous-marine (ASW). Cela comprenait le développement de technologies telles que le sonar et la grenade sous-marine. Arrivés tardivement au combat, les sous-marins américains n'ont pas eu un niveau de participation élevé. Dans une marine dominée par une mentalité de cuirassé, les sous-marins étaient principalement utilisés dans un rôle défensif pour les convois. Cependant, des officiers avant-gardistes de la marine américaine ont pris note des réalisations allemandes dans la guerre sous-marine.

Entre les guerres, la technologie des sous-marins a continué de progresser. Les Allemands n'étaient pas autorisés à avoir des sous-marins en vertu du traité de Versailles. Lorsque Adolf Hitler est arrivé au pouvoir, il a rattrapé le temps perdu et a commencé à ramener la flotte de sous-marins en violation directe du traité. Au début de la Seconde Guerre mondiale en 1939, l'Allemagne avait incorporé de nombreuses technologies de pointe comme le sonar, le radar et les fusibles magnétiques sur leurs torpilles. Les États-Unis sont entrés dans la Seconde Guerre mondiale avec l'attaque japonaise le 7 décembre 1941. L'analyse de l'attaque de Pearl Harbor et la nomination de la pensée progressiste Chester Nimitz comme CINCPAC a marqué une nouvelle ère dans la technologie navale axée sur le porte-avions et le sous-marin. En 1909, Nimitz avait commandé le deuxième sous-marin commandé par les États-Unis, l'USS Plunger (SS-2). L'amiral Nimitz a choisi d'envoyer un message aux éléments cuirassés de la marine en prenant le commandement de la flotte du Pacifique sur le pont du sous-marin USS Grayling (SS-209).

La flotte de sous-marins américains au début de la guerre était composée de 111 bateaux. Au cours de la guerre, 314 bateaux au total seront mis en service, dont 260 dans le Pacifique. Ces sous-marins mis en service pendant la guerre appartenaient aux classes Gato, Balao et Tench. Le "service silencieux" a été lent à démarrer, ayant d'abord dû faire face à la jauge de profondeur défectueuse de la torpille Mark 14 et au fusible peu fiable qui a pris dix-huit mois pour être corrigé. Cependant, à la fin de la Seconde Guerre mondiale, les sous-marins américains avaient coulé 1 560 navires ennemis pour un total de 5,3 millions de tonnes. Cela représente cinquante-cinq pour cent du tonnage total coulé pendant la guerre. Les navires de guerre tombés aux mains des sous-marins américains comprenaient 8 porte-avions, un cuirassé, trois croiseurs lourds et plus de 200 autres types. Les sous-mariniers américains ont refusé au Japon les matières premières dont il avait besoin pour mener la guerre en coulant plus de la moitié de tous les navires marchands ennemis. De plus, les sous-marins américains ont participé à une mission qui est devenue connue sous le nom de « ligue des canots de sauvetage », qui ramassait les pilotes alliés abattus. À la fin de la guerre, plus de 500 hommes d'équipage devaient leur vie aux actions des sous-marins, y compris le futur président George H.W. Buisson. Le coût de ce succès était élevé. Les États-Unis ont perdu 52 sous-marins et 3 505 sous-mariniers pendant la Seconde Guerre mondiale, le pourcentage le plus élevé de tués au combat (KIA) de toutes les branches de l'armée américaine.

La fin de la Seconde Guerre mondiale a entraîné une entrée presque immédiate dans la guerre froide entre les puissances occidentales, dirigées par les États-Unis, et la Russie à la tête des nations satellites de l'Union soviétique (et dans une certaine mesure de la Chine communiste). Pendant les quarante-cinq années suivantes, les superpuissances se sont livrées à une course aux armements, dont une partie s'est déroulée avec un jeu du chat et de la souris en mer. Les technologies sous-marines et ASW ont fait de grands progrès pendant la guerre froide.

Grâce aux efforts du capitaine Hyman G. Rickover, nouvellement nommé à la tête du bureau du directeur des réacteurs navals, les sous-marins ont été les premiers navires américains à être équipés d'une propulsion nucléaire. Le premier sous-marin à propulsion nucléaire était l'USS Nautilus (SSN-571), lancé le 17 janvier 1955. Avant l'énergie nucléaire, les sous-marins étaient limités en temps d'immersion en raison du besoin d'air frais pour faire fonctionner leurs moteurs diesel. Désormais, le sous-marin nucléaire pourrait rester immergé pratiquement indéfiniment. De plus, les déploiements n'étaient plus limités par la nécessité de faire le plein. Le seul réapprovisionnement nécessaire était la nourriture. Le sous-marin nucléaire pourrait (et resterait) immergé en mer pendant des mois. Pour le prouver, en 1957, le Nautilus est devenu le premier sous-marin à transiter du Pacifique à l'Atlantique sous la calotte glaciaire arctique.

Le premier lancement d'un missile guidé depuis un sous-marin a eu lieu en juillet 1953 depuis l'USS Tunny (SSG-282).Le Tunney avait servi longtemps pendant la Seconde Guerre mondiale et a été modifié pour tirer le missile Regulus. Elle a servi à ce titre pendant encore 12 ans. Le premier sous-marin lance-missiles à propulsion nucléaire, ou « boomer », conçu pour la mission spécifique de dissuasion nucléaire est entré en service avec l'USS George Washington (SNLE-598) en 1959. Les cinq bateaux de la classe George Washington ont servi le pays. bien dans les années 1980.

Les années 1960 ont vu des progrès rapides dans les boomers et les missiles qu'ils ont tirés. Les classes de sous-marins George Washington, Ethan Allen, Lafayette, James Madison et Benjamin Franklin de Fleet Ballistic Missile (FBM) comprenaient le « 41 for Freedom ». Ce terme fait référence aux 41 bateaux de ces cinq classes auxquels la marine des États-Unis était limitée (ainsi que 656 missiles balistiques lancés par des sous-marins) par le traité de 1972 sur les pourparlers sur la limitation des armes stratégiques (SALT I). Les missiles ont également évolué à travers les classes de missiles Polaris, Poséidon et enfin Trident. Certains des bateaux "41 for Freedom" ont servi dans le nouveau siècle, jusqu'à ce qu'ils soient remplacés par les boomers de la classe Ohio, capables de tirer le missile de croisière Tomahawk avec le Trident.

La classe Ohio de sous-marins lance-missiles à propulsion nucléaire a commencé avec le lancement de l'USS Ohio (SSGN-726) lancé le 7 avril 1979. Initialement désigné SSBN-726, l'Ohio est l'un des quatre bateaux de la classe qui ont été convertis à un sous-marin lanceur de missiles guidés et ayant reçu la désignation SSGN. Ces bateaux sont capables de transporter 154 missiles de croisière Tomahawk avec des ogives conventionnelles ou nucléaires, ainsi que des missiles Harpoon qui sont tirés à travers leurs tubes lance-torpilles. Les 14 autres bateaux de la classe sont des FBM, qui sont chacun armés de jusqu'à 24 missiles balistiques lancés par sous-marin Trident II. Ces bateaux, qui font partie de l'arsenal de dissuasion nucléaire des États-Unis, sont également connus sous le nom de sous-marins "Trident". Ces 14 bateaux transportent environ la moitié de la capacité active d'ogives nucléaires stratégiques du pays.

Avec l'avènement des bateaux lance-missiles, les sous-marins ont évolué en deux types, les boomers et les sous-marins d'attaque. La mission des bateaux d'attaque d'aujourd'hui est essentiellement la même que celle de leurs prédécesseurs de la Seconde Guerre mondiale : chasser et détruire les navires et sous-marins ennemis. Une tâche supplémentaire, ajoutée pendant la guerre froide, consistait à suivre et à fournir un écran radar/sonar autour d'une force opérationnelle de porte-avions. Dans la seconde moitié des années 1960, des plans ont été élaborés pour un bateau à propulsion nucléaire à la fois rapide et silencieux. Le nouveau design est devenu le sous-marin d'attaque de la classe Los Angeles. La classe a commencé avec le lancement de l'USS Los Angeles (SSN-688) le 6 avril 1974. Depuis lors, 62 sous-marins d'attaque rapide de la classe Los Angeles ont été mis en service (19 ont déjà été retirés), faisant de la classe Los Angeles le le plus grand sous-marin à propulsion nucléaire au monde. Aujourd'hui, tous les sous-marins de la classe Los Angeles sont capables de tirer le missile de croisière Tomahawk ainsi que leur complément d'environ 25 armes lancées par tube lance-torpilles.

Le successeur prévu de la classe Los Angeles était la classe Seawolf de sous-marins nucléaires d'attaque rapide, commandée vers la fin de la guerre froide en 1989. Les bateaux de la classe Seawolf sont plus grands, plus rapides et plus silencieux que les bateaux de la classe Los Angeles. , Mais cher. Le coût prévu des 12 premiers bateaux de la classe était de 33,6 milliards de dollars. Avec les contraintes budgétaires apportées par la fin de la guerre froide, la classe initialement prévue de 29 bateaux a été réduite à seulement 3 en service. Il s'agit de l'USS Seawolf (SSN-21) lancé le 24 juin 1995, de l'USS Connecticut (SSN-22) lancé le 1er septembre 1997 et de l'USS Jimmy Carter (SSN-23) lancé le 13 mai 2004. Les trois appeler Naval Base Kitsap, Washington leur port d'attache.

Les sous-marins d'attaque de classe Virginia étaient destinés à être une version plus petite et moins chère de la classe Seawolf (1,8 milliard de dollars par bateau contre 2,8 milliards de dollars). La classe a commencé avec le lancement de l'USS Virginia (SSN-774) lancé le 16 août 2004. Des économies de coûts sont réalisées grâce à des packages électroniques « prêts à l'emploi » et à de nouvelles techniques de construction. Il y a huit bateaux mis en service et en service sur la classe de 30 bateaux proposée.

La mission des sous-marins de la marine américaine est l'engagement en temps de paix, la surveillance et le renseignement, les opérations spéciales, les frappes de précision, les opérations des groupements tactiques et le contrôle des mers. La marine américaine compte actuellement 71 sous-marins en service, dont 18 sont des boomers et 53 sont des bateaux d'attaque de différentes classes. Voir le tableau ci-dessous pour les noms et les ports d'attache de ces sous-marins.

Sous-marins lance-missiles de classe Ohio :

USS Ohio SSGN-726

Base navale de Kitsap, Washington (Bangor)

USS Michigan SSGN-727

Base navale de Kitsap, Washington (Bangor)

USS Floride SSGN-728

Base de sous-marins navals de Kings Bay, Géorgie

USS Géorgie SSGN-729

Base de sous-marins navals de Kings Bay, Géorgie

USS Henry M. Jackson SSBN-730
(anciennement l'USS Rhode Island)

Base navale de Kitsap, Washington (Bangor)

USS Alabama SSBN-731

Base navale de Kitsap, Washington (Bangor)

USS Alaska SSBN-732

Base de sous-marins navals de Kings Bay, Géorgie

USS Nevada SNLE-733

Base navale de Kitsap, Washington (Bangor)

USS Tennessee SSBN-734

Base de sous-marins navals de Kings Bay, Géorgie

USS Pennsylvanie SSBN-735

Base de sous-marins navals de Kings Bay, Géorgie

USS Virginie-Occidentale SSBN-736

Base de sous-marins navals de Kings Bay, Géorgie

USS Kentucky SSBN-737

Base navale de Kitsap, Washington (Bangor)

USS Maryland SSBN-738

Base de sous-marins navals de Kings Bay, Géorgie

USS Nebraska SSBN-739

Base navale de Kitsap, Washington (Bangor)

USS Rhode Island SSBN-740

Base de sous-marins navals de Kings Bay, Géorgie

USS Maine SSBN-741

Base navale de Kitsap, Washington (Bangor)

USS Wyoming SSBN-742

Base de sous-marins navals de Kings Bay, Géorgie

USS Louisiana SSBN-743

Base navale de Kitsap, Washington (Bangor)

Sous-marins d'attaque rapide de classe Los Angeles

USS Dallas SSN-700

Base navale de sous-marins, Groton, Connecticut

USS Providence SSN-719

Base navale de sous-marins, Groton, Connecticut

USS Pittsburgh SSN-720

Base navale de sous-marins, Groton, Connecticut

USS San Juan SSN-751

Base navale de sous-marins, Groton, Connecticut

USS Miami SSN-755

Base navale de sous-marins, Groton, Connecticut

USS Alexandrie SSN-757

Base navale de sous-marins, Groton, Connecticut

USS Annapolis SSN-760

Base navale de sous-marins, Groton, Connecticut

USS Springfield SSN-761

Base navale de sous-marins, Groton, Connecticut

USS Hartford SSN-768

Base navale de sous-marins, Groton, Connecticut

USS Toledo SSN-769

Base navale de sous-marins, Groton, Connecticut

USS Norfolk SSN-714

Base navale de sous-marins, Norfolk, Virginie

Nouvelles de l'USS Newport SSN-750

Base navale de sous-marins, Norfolk, Virginie

USS Albany SSN-753

Base navale de sous-marins, Norfolk, Virginie

USS Scranton SSN-756

Base navale de sous-marins, Norfolk, Virginie

USS Boise SSN-764

Base navale de sous-marins, Norfolk, Virginie

USS Montpellier SSN-765

Base navale de sous-marins, Norfolk, Virginie

USS Helena SSN-725

Base navale de sous-marins, Norfolk, Virginie

USS Bremerton SSN-698

Base navale de sous-marins, Pearl Harbor, Hawaï

USS Jacksonville SSN-699

Base navale de sous-marins, Pearl Harbor, Hawaï

USS La Jolla SSN-701

Base navale de sous-marins, Pearl Harbor, Hawaï

USS Olympia SSN-717

Base navale de sous-marins, Pearl Harbor, Hawaï

USS Chicago SSN-721

Base navale de sous-marins, Pearl Harbor, Hawaï

USS Key West SSN-722

Base navale de sous-marins, Pearl Harbor, Hawaï

USS Louisville SSN-724

Base navale de sous-marins, Pearl Harbor, Hawaï

USS Pasadena SSN-752

Base navale de sous-marins, Pearl Harbor, Hawaï

USS Columbus SSN-762

Base navale de sous-marins, Pearl Harbor, Hawaï

USS Santa Fe SSN-763

Base navale de sous-marins, Pearl Harbor, Hawaï

USS Charlotte SSN-766

Base navale de sous-marins, Pearl Harbor, Hawaï

USS Tucson SSN-770

Base navale de sous-marins, Pearl Harbor, Hawaï

USS Columbia SSN-771

Base navale de sous-marins, Pearl Harbor, Hawaï

USS Greeneville SSN-772

Base navale de sous-marins, Pearl Harbor, Hawaï

USS Cheyenne SSN-773

Base navale de sous-marins, Pearl Harbor, Hawaï

USS Albuquerque SSN-706

Base navale de sous-marins, San Diego, Californie

USS Topeka SSN-754

Base navale de sous-marins, San Diego, Californie

USS Asheville SSN-758

Base navale de sous-marins, San Diego, Californie

USS Jefferson City SSN-759

Base navale de sous-marins, San Diego, Californie

USS Hampton SSN-767

Base navale de sous-marins, San Diego, Californie

USS San Francisco SSN-711

Base navale de sous-marins, San Diego, Californie

USS Houston SSN-713

Mariannes des forces navales, port d'Apra, Guam

USS Buffalo SSN-715

Mariannes des forces navales, port d'Apra, Guam

USS Oklahoma City SSN-723

Mariannes des forces navales, port d'Apra, Guam

Sous-marins d'attaque rapide de classe Seawolf :

USS Seawolf SSN-21

Base navale de Kitsap, Washington (Bangor)

USS Connecticut SSN-22

Base navale de Kitsap, Washington (Bangor)

USS Jimmy Carter SSN-23

Base navale de Kitsap, Washington (Bangor)

Sous-marins d'attaque rapide de classe Virginia :

USS Virginia SSN-774

Base navale de sous-marins, Groton, Connecticut

USS Texas SSN-775

Base navale de sous-marins, Pearl Harbor, Hawaï

USS Hawaï SSN-776

Base navale de sous-marins, Pearl Harbor, Hawaï

USS North Carolina SSN-777

Base navale de sous-marins, Pearl Harbor, Hawaï

USS New Hampshire SSN-778

Base navale de sous-marins, Groton, Connecticut

USS Nouveau-Mexique SSN-779

Base navale de sous-marins, Groton, Connecticut

USS Missouri SSN-780

Base navale de sous-marins, Groton, Connecticut

USS California SSN-781

Base navale de sous-marins, New London, Connecticut

USS Mississippi SSN-782 (livraison prévue en avril 2012)

À déterminer

Pour plus de lecture

Clancy, Tom, Submarine : A Guided Tour Inside A Nuclear Warship, avec John Gresham (New York : Berkley, 1993)

Polomar, Norman et K.J. Moore, Cold War Submarines : The Design and Construction of U.S. and Soviet Submarines, 1945-2001 (Washington D.C. : Potomac Books Inc., 2005)

Boutiques de cadeaux de la marine des États-Unis :

Achetez des articles-cadeaux et des t-shirts Submariner de la marine américaine dans notre magasin & raquo

Visitez Military Vet Shop sur Facebook — Vous voulez être notre ami ? Rejoignez-nous sur Facebook pour des liens vers des articles et des actualités sur les problèmes des anciens combattants, les dernières ventes et codes promotionnels, les annonces de nouveaux produits et des aperçus des produits et modèles à venir.


Regulas : la première dissuasion nucléaire maritime des États-Unis

La majeure partie de cet article provient de l'article d'Edward Whitman dans le numéro du printemps 2001 de Undersea Warfare.

Alors que la guerre froide s'intensifiait au cours de la décennie suivant la Seconde Guerre mondiale, et en particulier avec le succès de l'Union soviétique à égaler les États-Unis dans le développement d'armes atomiques, la dissuasion nucléaire est devenue un élément clé de la diplomatie mondiale. Au début des années 1950, les deux superpuissances avaient déployé de grandes forces de bombardiers capables d'atteindre leurs patries respectives avec une base avancée ou un ravitaillement aérien, et en outre, les États-Unis avaient commencé à déployer des armes atomiques sur des porte-avions.

Les deux parties ont également rapidement profité de la technologie allemande V-1 et V-2 capturée pendant la Seconde Guerre mondiale pour commencer le développement de missiles guidés et balistiques à usage tactique et stratégique, l'armée américaine prenant initialement la tête des États-Unis. . Pour ne pas être en reste, la marine américaine a converti deux bateaux de la flotte de la Seconde Guerre mondiale, USS Carbonero (SS-337) et USS Brossard (SS-348) pour transporter une variante américaine du missile à jet pulsé allemand V-1, connu sous le nom de Loon, lancé pour la première fois en mer en février 1947. La portée nominale du Loon sous guidage de commandement était d'environ 50 milles marins, mais en utilisant un deuxième sous-marin comme relais, il pourrait être efficace jusqu'à 135 milles marins, avec une erreur circulaire probable (CEP) signalée de 6 000 yards.

USS Brossard se prépare à tirer un missile Loon
À cette époque, la Marine avait également signé des contrats de développement pour deux missiles de bombardement plus ambitieux, le supersonique Grumman Rigel (SSM-N-6) et le subsonique Chance-Vought Regulus (SSM-N-8), chacun destiné à transporter un ogive de livre pour 500 milles marins. Bien que Rigel soit tombé à l'eau en 1953, Regulus a été développé avec succès pour devenir le premier moyen de dissuasion nucléaire en mer des États-Unis et a été déployé pour la première fois sur le croiseur lourd. USS Los Angeles (CA-135) en 1955. Finalement, cinq sous-marins ont été équipés pour transporter et lancer Regulus également, et ils sont devenus la principale force de dissuasion.

Le missile Regulus I lui-même était essentiellement un petit avion à turboréacteur, de 42 pieds de long, avec une envergure de 21 pieds. Le poids brut au lancement était d'un peu moins de sept tonnes, dont une tonne de carburant, et son moteur Allison J33-A-14 pouvait propulser le missile à Mach 0,91 (environ 550 nœuds). Regulus a été lancé à partir d'une rampe inclinée - pouvant être entraînée plus tard - et il a fallu deux unités JATO (Jet Assisted Take-Off) d'une poussée de 3 300 livres pour atteindre la vitesse. L'arme était guidée par commande, initialement vers l'horizon radar en superposant les commandes de direction sur la forme d'onde radar de suivi de la plate-forme de lancement, puis en utilisant un sous-marin relais plus près de la cible pour suivre et diriger le missile jusqu'au point de visée final. Soit une ogive nucléaire de 40 à 50 kilotonnes, soit un dispositif thermonucléaire de 1 à 2 mégatonnes pourrait être transporté.

USS Tunny (SSG-282) fut le premier sous-marin à transporter Regulus. A l'origine un sous-marin de la flotte de la Seconde Guerre mondiale de la Gato classer, Thon a été lancé en juin 1942, a effectué neuf patrouilles de guerre et a remporté neuf étoiles de bataille dans la guerre du Pacifique. Désarmé en décembre 1945, il fut brièvement remis en service en réserve pour la guerre de Corée, désarmé à nouveau, mais sorti au début de 1953 pour être converti en sous-marin lance-missiles (SSG). Cela consistait à monter sur le pont un grand hangar cylindrique pressurisé, d'environ 15 pieds de diamètre, juste derrière la voile, avec une rampe pliable s'étendant vers l'arrière. Le hangar pouvait accueillir deux missiles Regulus I en anneau rotatif. Les armes pouvaient être vérifiées alors que le sous-marin était encore immergé en entrant dans le hangar par un coffre d'accès, mais le lancement réel nécessitait que le sous-marin fasse surface et manipule l'arme sur les rails avant de pouvoir tirer. Ensuite, le bateau devrait rester au moins à la profondeur du périscope pour guider le missile vers l'horizon radar.

USS Tunny avec un missile Regulas I
ThonLa conversion de ’s s'est déroulée rapidement par rapport aux normes d'aujourd'hui, et elle a tiré son premier Regulus en mer en juillet 1953. Au cours des années suivantes, Thon exploité à partir de Point Mugu, en Californie, principalement en tant que plate-forme de test Regulus. En octobre 1955, USS Barbero, à l'origine SS-317 et également un bateau de la flotte de la Seconde Guerre mondiale, a été commandé en tant que deuxième SSG de la Marine, ayant été sorti des boules à mites et fourni par le chantier naval de Mare Island avec un hangar cylindrique identique à Thon’s. Après des exercices au large de la Californie, Barbero a transité par le canal de Panama en avril 1956 et a rejoint la flotte de l'Atlantique.
USS Barbero tir d'un missile Regulas I
À cette époque, Regulus était également en mer à bord de quatre croiseurs lourds : en plus de Los Angeles, déjà mentionné, Hélène (CA-75), Tolède (CA-133), et Mâcon (CA-132) ont tous été équipés de rails de lancement de fantail et ont commencé des déploiements opérationnels réguliers, les trois premiers dans le Pacifique, et Mâcon dans l'Atlantique. Même dix porte-avions étaient équipés pour lancer le missile, dépendant d'un avion d'escorte pour fournir des conseils à mi-parcours, mais bien qu'au moins un déploiement dans le Pacifique ait eu lieu, le mélange de missiles et d'avions pilotés qui en a résulté n'a jamais été populaire auprès de la communauté aéronautique.

Au milieu de 1956, il est devenu politique de la Marine de garder un SSG dans chaque océan, et Thon a déplacé sa base d'opérations à Pearl Harbor en 1957. Pendant ce temps, la Marine avait mis en place deux grands sous-marins diesel-électriques spécifiquement pour transporter Regulus, lançant USS Grayback (SSG-574) en mars 1958 et USS Growler (SSG-577) en août de la même année. Chacun de ces deux navires proches - déplaçant environ 3 600 tonnes immergés - pouvait accueillir un total de quatre missiles Regulus I dans une paire de hangars cylindriques installés dans la grande proue bulbeuse. Ces hangars s'ouvraient à l'arrière par un ensemble de portes par lesquelles les armes pouvaient être déplacées sur une rampe de lancement pouvant être entraînée située dans un puits en avant de la voile. La rampe a été tournée en travers pour le lancement.

USS Grayback se prépare à tirer un missile
Après que l'Union soviétique puis les États-Unis ont testé avec succès leurs premiers missiles balistiques intercontinentaux (ICBM) en 1957, la course aux armements nucléaires est entrée dans une phase plus dangereuse. À la fin de 1958, avec quatre SSG et quatre croiseurs Regulus en service, la Marine a répondu en déplaçant tous les sous-marins et trois des croiseurs dans le Pacifique pour maintenir des patrouilles de dissuasion régulières menaçant l'Extrême-Orient soviétique. En particulier, l'escadron de sous-marins ONE a été formé des quatre SSG à Pearl Harbor et a adopté une position de préparation qui a mis au moins quatre missiles en station dans le Pacifique occidental à tout moment, pour compléter les avions porteurs existants armés d'armes nucléaires. (Cela nécessitait de déployer soit les deux bateaux de la flotte convertis ensemble, soit l'un des deux Gris dos.) Thon est parti lors de la première de ces patrouilles de dissuasion régulières en octobre 1959, alors que Dos gris’s et GrognardLes premières patrouilles ont commencé au début des années 1960.

Quelques années plus tôt, cependant, la Marine avait déjà demandé à Chance Vought de commencer à développer un missile supersonique Regulus II de deuxième génération, capable d'atteindre 1 200 milles marins à Mach 2. Presque deux fois plus gros que Regulus I, la nouvelle arme exigeait un plus gros sous-marin pour le transporter. Plusieurs conceptions alternatives de plate-forme ont été étudiées, dont une capable de transporter quatre missiles Regulus II ou huit missiles Regulus I dans un grand hangar à l'avant. En fin de compte, le financement de la construction d'une nouvelle SSG a été inclus dans le budget de l'exercice 1956. De plus, à la fin de 1955, les planificateurs à long terme de la Marine prévoyaient que jusqu'à 23 sous-marins Regulus II seraient finalement nécessaires. Plus tôt cette même année, cependant, le programme de propulsion nucléaire de la Marine s'était concrétisé avec USS Nautilus (SSN-571) "en cours sur l'énergie nucléaire". USS Flétan (SSGN-587) en janvier 1960.

Un missile Regulas II lancé depuis USS Grayback
Flétan, de 350 pieds de long hors tout et déplaçant près de 4 900 tonnes immergées, était équipé de ce qui était alors la centrale électrique des sous-marins d'attaque standard, entraînant deux vis. Son énorme hangar à missile unique était profondément enfoncé dans la coque extérieure vers l'avant et incliné vers le haut et vers l'arrière pour pénétrer le pont, où une grande porte à ouverture verticale donnait accès à un lanceur à plaque tournante en avant de la voile. L'espace du hangar pouvait contenir quatre missiles Regulus II ou cinq missiles Regulus I et servait également de salle de torpille avancée. Ce grand hangar à une porte, potentiellement ouvert sur la mer lors de l'évolution du lancement, constituait une grave vulnérabilité. S'il était inondé, le navire pourrait facilement couler.
Lancement de Regulas vu du périscope de USS Flétan
Flétan est entré en service actif dans la flotte du Pacifique en novembre 1960 et a effectué sa première patrouille officielle au début de l'année suivante, rejoignant les quatre SSG dans la rotation nécessaire pour maintenir continuellement quatre missiles stratégiques en place. À ce moment-là, les croiseurs lourds avaient été retirés de la mission Regulus – avec Los Angeles le dernier à partir en 1961, laissant les sous-marins seuls. Assez ironiquement, même si Regulus II s'est avéré efficace lors des tests finaux, des pressions budgétaires ont empêché tout achat ultérieur et il n'a jamais été déployé. Ainsi, pendant toute l'ère de ces premières patrouilles de dissuasion maritime, le subsonique Regulus I est resté l'arme de choix.

En fait, la synergie de deux nouvelles technologies militaires - les ogives nucléaires compactes et les gros moteurs-fusées à combustible solide - a mis un terme rapide à l'ère Regulus. Ensemble, ils ont rendu possible la conception de missiles à combustible solide relativement petits capables de transporter des ogives nucléaires sur des distances intercontinentales et ont ainsi établi la faisabilité du missile balistique à lanceur sous-marin (SLBM). En conséquence, le bureau des projets spéciaux de la Marine a été créé en novembre 1955 et, sous la direction du RADM William F. Raborn, a rapidement mis au point le Polaris SLBM et une classe de sous-marins nucléaires à missiles balistiques pour le transporter. Seulement cinq ans plus tard, tout comme Flétan rejoignait la flotte du Pacifique en novembre 1960, le premier de la nouvelle classe, USS George Washington (SNLE-598), est parti sur sa première patrouille Polaris dans l'Atlantique.

D'un seul coup, la combinaison SSBN/Polaris a éliminé tous les inconvénients du système Regulus : lancement en surface, carburant liquide, dépendance à l'égard du suivi et du guidage actifs, portée limitée, petite capacité de hangar et une foule d'autres inconvénients. Avec un lancement submergé, une endurance pratiquement illimitée et une quasi-invulnérabilité, le nouveau moyen de dissuasion stratégique a rapidement supplanté Regulus et le SSG/SSGN. Ce n'est toutefois qu'en décembre 1964 que USS Daniel Boone (SNLE-629) a mené la première patrouille Polaris dans le Pacifique, au départ de Guam ce mois-là. Ainsi, la dissuasion Regulus a été maintenue dans le Pacifique occidental jusqu'en mai 1964, date à laquelle Flétan a mené la dernière patrouille de la série. À cette époque, les cinq bateaux Regulus avaient effectué un total de 40 patrouilles de dissuasion WESTPAC depuis octobre 1959 et, ce faisant, avaient été les pionniers de l'un des paradigmes stratégiques centraux de la guerre froide. Deux générations de SNLE ont suivi.

En plus de ses patrouilles de dissuasion, Barbero a également remporté la distinction (et la renommée éternelle parmi les philatélistes) de lancer la seule livraison de Missile Mail.

Courrier de missile de USS Barbero

Les sous-marins. Où sont-ils maintenant? Des deux anciens bateaux de la flotte, Barbero a été le premier à être désarmé et rayé de la liste de la Marine en juin 1964. Thon est revenu au SS-282 en mai 1965, mais son grand hangar Regulus a rendu possible sa conversion en sous-marin de transport de troupes, nouvellement désigné APSS-282, en octobre 1966. Dans ce rôle en 1967, il a participé à un certain nombre d'opérations spéciales au large des côtes vietnamiennes. Ensuite, Thon a été désarmé pour la dernière fois en juin 1969 et coulé comme cible un an plus tard.

De même, avec son installation Regulus supprimée, Dos gris servi de transport amphibie (LPSS-574) de mai 1969 à la mi-1980. Le navire a ensuite été rayé de la liste de la Marine en janvier 1984 et a coulé comme cible de missile en 1986. Son équipement de manipulation et de guidage de missile ayant été retiré, Flétan a été convertie en plate-forme d'essai vers 1965 et utilisée ostensiblement dans le développement du véhicule de sauvetage en submersion profonde (DSRV) - mais en réalité pour des projets plus hautement classifiés - jusqu'à sa mise hors service en juin 1976.


L'USS Helena (CA-75) tire un missile Regulus, 1957 - Histoire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre

Homonyme : Ville d'Helena, Montana

Mis en place : 9 septembre 1943

Commandité par : Mme. John T. Haytin

Mise en service : 4 septembre 1945

Déclassé : 29 juin 1963

Destin :Vendu le 13 novembre 1974 pour mise au rebut

Classe et type : Croiseur de la classe Baltimore

Vitesse : 33 nœuds (38,0 mph 61,1 km/h)

L'USS Helena (CA-75), un croiseur lourd de classe Baltimore, était le troisième navire de la marine américaine à porter le nom de la ville d'Helena, dans le Montana. Il a été nommé Helena pendant sa construction après l'annulation du croiseur léger CL-113.

Construction et mise en service

Helena a été lancé à la Bethlehem Steel Company à Quincy, Massachusetts, le 28 avril 1945, parrainé par Mme John T. Haytin, épouse du maire d'Helena. Elle a été commandée le 4 septembre 1945 avec le capitaine Arthur Howard McCollum aux commandes.

Helena a terminé son équipement dans la région de Boston, Massachusetts, et est partie le 24 octobre 1945, arrivant à New York le lendemain pour participer à la formidable célébration du rôle de l'US Navy dans la victoire de la Seconde Guerre mondiale qui a marqué le Navy Day, le 27 octobre 1945 Après deux périodes de préparation et d'entraînement à Guantanamo Bay, à Cuba, Helena est retournée à Boston en février 1946 pour se préparer à son premier déploiement, une croisière autour du monde. Helena quitta Boston le 12 février 1946 pour l'Angleterre, où l'amiral H. Kent Hewitt embarqua et brisa son drapeau en tant que commandant des forces navales, Europe et commandant de la 12e flotte. Au cours des trois mois suivants, Helena a mené des exercices d'entraînement dans les eaux d'Europe du Nord et effectué des visites de bonne volonté dans les principaux ports d'Angleterre et d'Écosse.

Relevé comme navire amiral le 1er mai 1946, Helena est partie pour l'Asie de l'Est via le canal de Suez, faisant escale dans les principaux ports méditerranéens de Colombo, Ceylan et Singapour avant d'arriver à Tsingtao, en Chine, le 18 juin 1946. Au cours de sa tournée en Asie de l'Est, Helena a participé dans une grande variété d'exercices d'entraînement et de manœuvres de la flotte jusqu'à ce qu'il quitte finalement Shanghai, en Chine, le 22 mars 1947 pour les États-Unis après plus d'un an dans les eaux étrangères.

Après des opérations d'entraînement dans les eaux californiennes, l'Helena repart pour l'Asie de l'Est le 3 avril 1948 et arrive à Shanghai 24 jours plus tard. Tout au long de l'été et de l'automne 1948, il opéra principalement dans les eaux chinoises, retournant à Long Beach, en Californie, en décembre 1948.

Helena a passé une grande partie du printemps 1949 à former un nouvel équipage et en mai 1949 a navigué pour former des réservistes de la marine, retournant à Long Beach pour une conversion nécessaire pour l'équiper pour transporter un hélicoptère. En juillet et août 1949, Helena participa à une croisière d'entraînement en mer de six semaines pour les hommes du Naval Reserve Officers' Training Corps aux îles Galapagos et au Panama. Elle a ensuite participé à l'opération Miki, une opération conjointe de l'armée américaine et des États-Unis. Exercice d'entraînement amphibie de la marine dans les îles hawaïennes mené en novembre 1949.

Helena a ensuite procédé via Yokosuka, le Japon et Hong Kong aux Philippines, où elle a mené des exercices d'entraînement. Elle est retournée au Japon en janvier 1950, et peu de temps après, elle a connu les moments forts de son service en tant que navire amiral de la septième flotte des États-Unis lorsque les chefs d'état-major interarmées, alors en tournée en Asie de l'Est, ont embarqué le 2 février 1950. Pendant le reste de son séjour en Asie de l'Est le tour elle a effectué un programme des exercices à grande échelle de flotte d'Okinawa et des visites aux ports japonais. Elle part pour les États-Unis le 21 mai 1950.

Le programme d'Helena prévoyait un été à Long Beach, suivi d'une révision à San Francisco. Soudain vint la nouvelle de l'agression communiste en Corée. Précipitamment elle s'est préparée pour la mer et, le 6 juillet 1950, a accéléré vers l'ouest. S'arrêtant à Pearl Harbor uniquement pour prendre des munitions, elle a traversé le Pacifique et est entrée en action sur la côte est de la Corée. Le 7 août, elle a d'abord lâché ses armes sur une cible ennemie : les gares de triage, les trains et la centrale électrique près de Tanchon.

Servant de vaisseau amiral du Bombardement Task Group, Helena a pilonné les positions ennemies, aidant considérablement à maintenir les envahisseurs en déséquilibre et les empêchant de monter une formidable campagne, alors que les forces des Nations Unies se préparaient à passer à l'offensive. Des opérations comme la sienne ont fourni la diversion nécessaire pour couvrir le puissant assaut amphibie d'Inchon, le 15 septembre 1950. Plus tard, Helena a fourni un appui-feu aux troupes coréennes poussant les envahisseurs vers le nord le long de la côte est, et c'est la puissance de feu concentrée d'Helena qui a aidé à créer une diversion à Samchok, et dans la reprise de Pohang.

Aussi précieux qu'il était dans les eaux coréennes, le Helena ne pouvait plus retarder la révision et en novembre 1950, il arriva à Long Beach pour se préparer à la période de triage désormais reportée à deux reprises.

Après sa révision, il s'est présenté au service à Sasebo le 18 avril 1951 et a été affecté à la Task Force 77, le groupe de transporteurs rapides effectuant des frappes aériennes quotidiennes contre l'ennemi. Alors qu'elle opérait comme support lourd pour les porte-avions, Helena était souvent détachée pour pilonner des cibles à terre. En juin 1951, il a été occupé presque continuellement à des tirs d'interdiction sur des cibles le long de la côte est de la Corée, puis il est retourné à la Task Force. Les dégâts étaient légers et, se tordant rapidement autour du port dans la manœuvre qui fut appelée "la danse guerrière", Helena délivra un tir continu rapide qui détruisit sept positions de canons ennemis et un dépôt de munitions. Après un court répit à Yokosuka, il retourne à nouveau dans la Task Force, mais est bientôt détaché pour un devoir spécial soutenant une frappe aérienne massive sur les dépôts d'approvisionnement et les gares de triage des chemins de fer à Rashin, agissant comme piquet radar.

L'artillerie précise d'Helena a ensuite été recherchée par la huitième armée, pour laquelle elle a tiré sur 13 cibles le long de la ligne de bombe pour aider l'infanterie à avancer. Son soutien aux forces terrestres s'est poursuivi avec des missions tirées pour les Marines des États-Unis et les unités de l'armée de la République de Corée. Le 20 septembre 1951, elle retourna à Yokosuka. Ici, lors d'une cérémonie sur ses ponts, le président coréen Syngman Rhee a présenté à la Force opérationnelle 95 la première citation d'unité présidentielle coréenne décernée à une unité navale. Helena a reçu le prix pour ses opérations à l'automne 1950.

Après avoir rejoint le groupe de travail, Helena a reçu l'ordre de servir comme navire d'appui-feu dans la région de Hungnam-Hamhung. Avec son hélicoptère assurant son repérage efficace habituel, elle a tiré avec un grand succès sur les ponts ferroviaires et routiers, les gares de triage et les positions de tir pendant les 2 semaines suivantes.

Helena est retournée à Long Beach le 8 décembre 1951 et toute sa batterie de neuf canons de 8 pouces (200 mm) a été remplacée. En février, elle a commencé à s'entraîner pour retourner en Extrême-Orient. L'un des moments forts de cette période d'entraînement s'est déroulé du 14 au 23 février 1952 lorsqu'elle a participé au "Lex Baker One", le plus grand exercice d'entraînement organisé depuis le début de la guerre de Corée. Plus de 70 navires et 15 000 marins et Marines ont pris une part active à cette opération.

Helena arriva à nouveau à Yokosuka le 8 juin 1952 et le lendemain était en route pour rejoindre la Task Force 77 au large des côtes de la Corée. Pendant 5 mois, sa mission consistait à nouveau à brûler des bâtiments, à détruire des positions d'armes à feu et à détruire des installations de transport, tout cela a été laissé dans son sillage après les bombardements du rivage. Elle a également effectué le sauvetage aérien des pilotes, dont deux étaient profondément en territoire ennemi.

Le 24 novembre 1952, Helena a été relevée de ses fonctions normales à Yokosuka et 5 jours plus tard a navigué sur une mission spéciale. Elle a fait escale d'abord à Iwo Jima où, le 1er décembre, l'amiral Arthur W. Radford, commandant en chef de la flotte du Pacifique, est monté à bord du navire en hélicoptère pour une brève visite. Deux jours plus tard, elle se rendit à Guam, où le président élu Dwight D. Eisenhower, avec plusieurs de ses futurs membres de cabinet, et l'amiral Radford s'embarquèrent pour le passage à Pearl Harbor. Des conférences politiques de haut niveau ont eu lieu à bord. Les passagers distingués d'Helena ont débarqué à Pearl Harbor le 11 décembre 1952 et elle est revenue à Long Beach le 16 décembre.

Helena est partie pour l'Extrême-Orient le 4 août 1953 pour rejoindre la Task Force 77 en patrouille de sécurité dans la mer du Japon et après un autre voyage aux États-Unis pour l'entretien et la formation, a rejoint la 7e flotte à Yokosuka en tant que navire amiral le 11 octobre 1954. Helena a passé une grande partie de son temps dans les eaux au large de Taïwan. Les faits saillants du service d'Helena au cours de cette période de service sont survenus en février 1955 lors de l'évacuation des îles Tachen. Ces îles au large des côtes constituaient un point de discorde possible entre les Chinois nationalistes et communistes et il était déterminé à les neutraliser au moyen d'une évacuation. Le 6 février arriva l'"exécution" du président Eisenhower, et la flotte, dirigée par Helena, se mit en route. À 15 h le 9 février 1955, avec Helena en patrouille de surveillance, tous les civils avaient été retirés des îles en lieu sûr, soit un total de 18 000 personnes. Tôt le 12 février, les 20 000 soldats nationalistes restants ont été retirés et, alors qu'Helena effectuait une patrouille d'arrière-garde, la Task Force a navigué vers le sud.

Après 6 mois d'entraînement dans les eaux nationales, Helena a de nouveau navigué pour Yokosuka, arrivant le 25 janvier 1956. Pendant les 6 mois de cette période de service, elle a de nouveau opéré principalement dans la région de Taiwan et brièvement dans les eaux philippines pour des exercices. Elle est revenue à Long Beach le 8 juillet.

Les exercices, qui comprenaient le tir du missile Regulus I à partir de l'équipement de lancement d'Helena, se sont poursuivis pendant 9 mois, puis elle s'est dirigée vers une autre tournée en Extrême-Orient le 10 avril 1957. Au cours de la période de service qui a suivi, elle a pleinement joué son rôle phare, combinant la puissance de la mer et diplomatie.

Helena est retournée à Long Beach le 19 octobre. À la suite d'une révision majeure achevée le 31 mars 1958 et d'un entraînement intensif, y compris le lancement de missiles, il a de nouveau navigué vers l'ouest.

La croisière d'Helena en 1958 en Extrême-Orient a commencé le 3 août. Son premier port d'escale était Keelung, Taiwan, arrivant le 21 août. Le lendemain, des étudiants et des professeurs du Taiwan National Defense College ont été reçus à bord pour une visite du navire. Son programme prévoyait ensuite une visite à Manille, mais la crise provoquée par le bombardement communiste chinois des îles au large de Quemoy et Matsu gouvernées par les nationalistes a interrompu les opérations normales.

Au cours des semaines suivantes, Helena a patrouillé la zone troublée. Le 7 septembre, il a fumé jusqu'à 16 km de la partie continentale de la Chine, couvrant les navires de ravitaillement nationalistes chinois reconstituant l'île de Quemoy. Pendant qu'elle remplissait cette fonction, elle illustrait une fois de plus le fait que la simple présence de la force navale écrasante des États-Unis est l'une des protections les plus formidables dont dispose le monde libre pour dissuader une telle agression.

Le 9 octobre 1958, alors qu'il était au large des Philippines, Helena fut avisée de porter secours à un navire marchand sinistré immatriculé en Norvège, le Hoi Wong, qui s'était échoué sur le récif de Bombay dans les îles Paracel. Helena est arrivée sur les lieux à 10 heures, le 10 octobre 1958. Ses hélicoptères ont sauvé des hommes, des femmes et des enfants, qu'elle a transportés à Hong Kong. Ses hommes avaient accompli avec talent et courage une mission humanitaire difficile, une autre contribution au renforcement des relations américaines avec les nations asiatiques. Helena a repris les opérations de patrouille et de préparation jusqu'à son retour à Long Beach le 17 février 1959.

Le 5 janvier 1960, Helena est partie pour le Pacifique occidental en compagnie de Yorktown et de son escorte du Destroyer Squadron 23. Des visites en Corée et à Taiwan ont précédé sa participation à l'opération Blue Star, l'un des plus grands exercices amphibies en temps de paix de notre histoire.

Après une période au Japon, Helena a navigué avec Ranger et Saint Paul à Guam. Le 24 avril 1960, Helena, en compagnie des destroyers Taylor et Jenkins, appareilla pour l'Australie. Elle est revenue alors à Long Beach et de juin à novembre a subi une révision complète. À la mi-janvier 1961, il devient le vaisseau amiral permanent du commandant de la 1re flotte.

Le 17 mai 1961, menés par l'Helena, 12 navires de la 1ère flotte ont fait une démonstration de puissance de feu pour plus de 700 membres de l'American Ordnance Association. En juin, Helena, avec à son bord huit invités du secrétaire à la Marine, s'est rendue à Portland, dans l'Oregon, pour le Rose Festival.

Au cours des mois suivants, Helena a participé à l'exercice Tail Wind, rencontrant le croiseur Los Angeles, la frégate lance-missiles Coontz et leur destroyer d'escorte pour former la plus grande "Fleet Sail" en 4 ans. Helena a visité les principaux ports de l'Extrême-Orient, a surmonté le typhon Olga au large de Hong Kong, puis est retournée à San Diego le 6 octobre, pour bientôt participer à l'exercice Covered Wagon. Pendant le reste de l'année, Helena a participé à une importante démonstration de flotte observée par le chef des opérations navales, l'amiral George W. Anderson. Sa dernière opération de l'année était l'exercice "Black Bear".

En 1961 et 1962, Helena a opéré dans les eaux de la côte ouest des États-Unis et du Pacifique occidental, participant à plusieurs opérations amphibies avec des navires de la 1ère flotte et des éléments de la 1ère division de marine et de la 3e escadre aérienne marine. Helena a embarqué des officiers étrangers et d'état-major du Naval War College en mars 1962, et deux groupes de membres de la Ligue navale ont participé à des croisières d'orientation en juin et août.

À la fin de 1962, Helena devait être inactivée au chantier naval de Long Beach. Le 18 mars 1963, le commandant de la 1re flotte a déplacé son drapeau à Saint-Paul.

Déclassement et élimination

Helena a été mise hors de service dans la Réserve le 29 juin 1963, après avoir servi (à peine deux mois avant) 18 années de service continu. Helena a été transférée le 30 juin 1963 à la flotte de réserve du Pacifique du groupe de San Diego. Frappé le 1er janvier 1974 et vendu à Levin Metals Co., San Jose, Californie, le 13 novembre 1974, et mis au rebut à Richmond, Californie l'année suivante.

Pour son service dans la guerre de Corée, Helena a reçu la Presidential Unit Citation of the Republic of Korea et la Korean Service Medal avec quatre étoiles.

La cloche du navire d'Helena, sa chaîne d'ancre et l'une de ses hélices sont situées au centre-ville d'Helena, dans le Montana, sur le terrain du Walking Mall, à l'extérieur de la bibliothèque du comté de Lewis & Clark.

Les chaudières du Helena continuent d'être utilisées dans le complexe ArcJet du centre de recherche Ames de la NASA pour faire fonctionner un grand système de pompe à vide à injection de vapeur.[1]

Nous sommes soudainement tombés sur cette scène dans la zone industrielle de Hungnam.

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre

Homonyme : Edgar Thomas Collins

Déclassé : 17 juin 1946

Reclassifié :T-AP-147, 1er mars 1950

Identification : numéro IMO : 6904818

Classe et type : Navire de transport de la classe General G. O. Squier

Déplacement : 9 950 tonnes (léger), 17 250 tonnes (plein)

Longueur : 522 pi 10 po (159,36 m)

Propulsion : turbine à vapeur monovis de 9 900 shp (7 400 kW)

Complément : 356 (officiers et enrôlés)

16 canons Oerlikon AA de 20 mm

L'USS General E. T. Collins (AP-147) était un navire de transport de classe General G. O. Squier pour la marine américaine pendant la Seconde Guerre mondiale. Elle a été nommée en l'honneur du général de l'armée américaine Edgar Thomas Collins. Elle a été transférée à l'armée américaine en tant que général USAT E. T. Collins en 1946. Le 1er mars 1950, elle a été transférée au service de transport maritime militaire (MSTS) en tant que général USNS E. T. Collins (T-AP-147).Elle a ensuite été vendue pour une exploitation commerciale sous le nom de SS New Orleans,[1] avant d'être finalement mise au rebut.[2]

General ET Collins (AP-147) a été lancé le 22 janvier 1944 sous contrat de la Commission Maritime (MC #663) par Kaiser Co., Inc., Yard 3, Richmond, Californie parrainé par Mme Allison J. Barnet : acquis par la Marine et commandé le 20 juillet 1944, le Comdr. E. J. Milner aux commandes.

Après un entraînement au shakedown à San Diego, le général E. T. Collins partit le 14 août 1944 avec plus de 3 000 hommes pour les combats dans le Pacifique, alors que la campagne des îles américaines prenait de l'ampleur. Le navire a débarqué des troupes à Pearl Harbor, Eniwetok, Saipan, Guam et Kwajalein avant de retourner à San Francisco le 15 octobre 1944. Après un voyage aller-retour à Pearl Harbor avec des troupes supplémentaires, le général ET Collins a de nouveau navigué le 22 décembre à destination des îles. de Micronésie. Elle a transporté des troupes à Eniwetok, Saipan et Guam pour soutenir les opérations amphibies dans le Pacifique avant de retourner à Seattle le 7 février 1945.

Le général E. T. Collins retourna dans le Pacifique occidental en avril et, pour le reste de la guerre, opéra à partir de Fremantle, en Australie, transportant des troupes vers les îles du Pacifique et l'Inde. Après la capitulation japonaise, le navire est arrivé à San Pedro le 22 septembre avec des vétérans de retour et a rejoint la flotte du "Magic Carpet" dans la tâche gigantesque de ramener les milliers de soldats des îles du Pacifique. Elle a effectué quatre de ces voyages dans les mois à venir, s'arrêtant à Yokohama et Manille, et est arrivée à San Francisco après le dernier passage le 14 mai 1946. Le général ET Collins y a été désarmé le 17 juin 1946 et a été remis à la Commission maritime pour transfert à l'armée. Service de transport.

Le transport de vétérans a été racheté par la Marine le 1er mars 1950 pour être utilisé par le MSTS avec un équipage de la fonction publique. Au début de la guerre de Corée, le navire a commencé à transporter des troupes américaines vers cette terre sinistrée pour lutter contre l'agression communiste. Il était à Pusan ​​le 12 décembre 1950 lorsque l'ordre vint de se rendre à Hŭngnam pour la fameuse évacuation des troupes de l'ONU de ce port. Le général E. T. Collins est arrivé le 14 décembre et, sous l'égide des tirs navals fournis par l'USS Missouri (BB-63) et d'autres navires, a affronté plus de 6 000 soldats épuisés, soit trois fois sa capacité de transport de troupes. Après que ces combattants aient été débarqués en toute sécurité à Pusan, le navire est retourné à Hŭngnam la veille de Noël pour amener une autre charge de troupes à Pusan.

À la suite de cette opération dangereuse mais réussie, le transport a repris ses fonctions vitales de transport de troupes entre les États-Unis et l'Extrême-Orient. Il est resté sur ce service jusqu'à la fin de 1952 quand, en octobre et novembre, il a fait partie de l'unité de soutien pour l'opération Ivy, les essais atomiques à Eniwetok.

Après l'armistice coréen, le général E. T. Collins a continué à faire tourner ses troupes en Corée et au Japon, maintenant une forte présence américaine dans l'Extrême-Orient critique. Elle est arrivée à San Francisco après son dernier passage le 6 octobre 1954 et a été inactivée. Le général E. T. Collins a été renvoyé à l'Administration maritime (MARAD) le 30 juin 1960 et a été placé dans la flotte de réserve de la défense nationale, à Suisun Bay, en Californie, jusqu'à ce qu'il soit vendu pour service commercial en 1968 dans le cadre du programme d'échange de navires MARAD. Le navire a été reconstruit par Willamette Iron & Steel Co., Portland, OR en tant que porte-conteneurs SS New Orleans, USCG ON 516540, IMO 6904818, pour Sea Land Service. En 1975, le navire a été vendu à Navieras de Puerto Rico, également connu sous le nom de Puerto Rico Maritime Shipping Authority, et rebaptisé SS Guayama. Le navire a été revendu à United Southern Shipping Ltd. en 1981 et rebaptisé SS Eastern Kin sous le registre panaméen, puis mis au rebut en 1982.[1][2][3][4]

Le général E. T. Collins a reçu cinq étoiles de bataille pour son service pendant la guerre de Corée.

L'USS Missouri (BB-63) ("Mighty Mo" ou "Big Mo") est un cuirassé de la classe Iowa de la marine américaine et fut le troisième navire de la marine américaine à être nommé en l'honneur de l'État américain du Missouri. Le Missouri a été le dernier cuirassé commandé par les États-Unis et est surtout connu comme le site de la capitulation de l'Empire du Japon qui a mis fin à la Seconde Guerre mondiale.

Missouri a été commandé en 1940 et commandé en juin 1944. Dans le théâtre du Pacifique de la Seconde Guerre mondiale, elle a combattu dans les batailles d'Iwo Jima et d'Okinawa et a bombardé les îles japonaises, et elle a combattu dans la guerre de Corée de 1950 à 1953. Elle était désarmé en 1955 dans les flottes de réserve de la Marine des États-Unis (la "Mothball Fleet"), mais réactivé et modernisé en 1984 dans le cadre du plan de 600 navires de la Marine, et a fourni un appui-feu lors de l'opération Desert Storm en janvier/février 1991.

Le Missouri a reçu un total de 11 étoiles de bataille pour son service pendant la Seconde Guerre mondiale, la Corée et le golfe Persique, et a finalement été désarmé le 31 mars 1992, mais est resté sur le Naval Vessel Register jusqu'à ce que son nom soit frappé en janvier 1995. En 1998, il a été donné à l'USS Missouri Memorial Association et est devenu un navire-musée à Pearl Harbor.

2.1 Shakedown et service avec la Force opérationnelle 58, l'amiral Mitscher

2.2 Service avec la troisième flotte, l'amiral Halsey

2.3 Signature de l'instrument de reddition japonais

4 La guerre de Corée (1950-1953)

5 Réactivation (1984 à 1990)

6 Guerre du Golfe (janvier-février 1991)

7 Navire musée (1998 à aujourd'hui)

8 Apparitions dans la culture populaire

Articles principaux: cuirassé de classe Iowa et armement du cuirassé de classe Iowa

Le Missouri était l'un des modèles de « cuirassés rapides » de classe Iowa planifiés en 1938 par la Preliminary Design Branch du Bureau of Construction and Repair. Il a été déposé au Brooklyn Navy Yard le 6 janvier 1941, lancé le 29 janvier 1944 et mis en service le 11 juin sous le commandement du capitaine William Callaghan. Le navire était le troisième de la classe Iowa, mais le quatrième et dernier navire de la classe Iowa commandé par la marine américaine.[1][2][3][4] Le navire a été baptisé à son lancement par Mary Margaret Truman, fille de Harry S. Truman, alors sénateur américain du Missouri.[5]

La batterie principale du Missouri se composait de neuf canons de 16 pouces (406 mm)/50 cal Mark 7, qui pouvaient tirer des obus perforants de 2 700 lb (1 200 kg) à environ 32,2 km. Sa batterie secondaire se composait de vingt canons de 5 pouces (127 mm)/38 cal dans des tourelles jumelles, avec une portée d'environ 10 mi (16 km). Avec l'avènement de la puissance aérienne et la nécessité d'acquérir et de maintenir la supériorité aérienne est venu un besoin de protéger la flotte croissante de porte-avions alliés à cette fin, le Missouri a été équipé d'un ensemble de canons anti-aériens Oerlikon 20 mm et Bofors 40 mm pour défendre les porte-avions alliés contre les frappes aériennes ennemies. Lorsqu'il a été réactivé en 1984, le Missouri a retiré ses canons AA de 20 mm et 40 mm et était équipé de montures Phalanx CIWS pour la protection contre les missiles et les avions ennemis, ainsi que de lanceurs blindés et de lanceurs à quatre cellules conçus pour tirer des missiles Tomahawk et des missiles Harpoon, respectivement. [6]

Le Missouri était le dernier cuirassé américain à être achevé.[2][7] Le Wisconsin, le cuirassé américain le plus numéroté construit, a été achevé avant que le Missouri BB-65 à BB-71 ne soit commandé mais annulé.

Shakedown et service avec la Force opérationnelle 58, l'amiral Mitscher

Après des essais au large de New York et des essais de préparation et de combat dans la baie de Chesapeake, le Missouri quitta Norfolk, Virginie le 11 novembre 1944, traversa le canal de Panama le 18 novembre et se rendit à San Francisco pour l'équipement final en tant que navire amiral de la flotte. Elle s'est tenue hors de la Baie de San Francisco le 14 décembre et est arrivée à Pearl Harbor, Hawaï le 24 décembre 1944. Elle a quitté Hawaï le 2 janvier 1945 et est arrivée à Ulithi, Îles Carolines Ouest le 13 janvier. Là, il était le siège temporaire du vice-amiral Marc A. Mitscher. Le cuirassé a pris la mer le 27 janvier pour servir dans l'écran du groupe opérationnel de porte-avions Lexington du TF 58 de Mitscher, et le 16 février, les porte-avions du groupe de travail ont lancé les premières frappes aéronavales contre le Japon depuis le célèbre raid Doolittle, qui avait été lancé du porte-avions Hornet en avril 1942.[5]

Le Missouri a fumé alors avec les transporteurs à Iwo Jima où ses canons principaux ont fourni le soutien direct et continu aux débarquements d'invasion commencés le 19 février. Après le retour de la TF 58 à Ulithi le 5 mars, le Missouri a été affecté au groupe opérationnel de porte-avions Yorktown. Le 14 mars, Missouri a quitté Ulithi dans l'écran des transporteurs rapides et a fumé au continent japonais. Au cours de frappes contre des cibles le long de la côte de la mer intérieure du Japon commençant le 18 mars, le Missouri a abattu quatre avions japonais.[5]

Les raids contre les aérodromes et les bases navales près de la mer intérieure et du sud-ouest de Honshū se poursuivent. Lorsque le porte-avions Franklin a subi des dommages au combat, le groupe opérationnel des porte-avions du Missouri a couvert la retraite du Franklin vers Ulithi jusqu'au 22 mars, puis a mis le cap sur les frappes avant l'invasion et le bombardement d'Okinawa.[5]

Le Missouri a rejoint les cuirassés rapides de la TF 58 pour bombarder la côte sud-est d'Okinawa le 24 mars, une action destinée à attirer la force ennemie des plages de la côte ouest qui seraient le site réel des débarquements d'invasion. Le Missouri a rejoint l'écran des porte-avions alors que les unités de la Marine et de l'Armée ont pris d'assaut les côtes d'Okinawa le matin du 1er avril. Une attaque des forces japonaises a été repoussée avec succès.[5]

Un Zero japonais sur le point de frapper le Missouri le 11 avril 1945

Le 11 avril, un kamikaze volant à basse altitude, bien que visé, s'écrase sur le côté tribord du Missouri, juste en dessous du niveau de son pont principal. L'aile tribord de l'avion a été projetée loin vers l'avant, déclenchant un incendie d'essence à 5 pouces (127 mm) de montage du canon n ° 3. Le cuirassé n'a subi que des dommages superficiels et l'incendie a été rapidement maîtrisé.[5] Les restes du pilote ont été récupérés à bord du navire juste à l'arrière de l'une des cuves des canons de 40 mm. Le capitaine Callaghan a décidé que le jeune pilote japonais avait fait son travail au mieux de ses capacités et avec honneur, il devrait donc recevoir des funérailles militaires. Le lendemain, il a été enterré en mer avec les honneurs militaires.[8]

Vers 23h05 le 17 avril, le Missouri a détecté un sous-marin ennemi à 12 mi (19 km) de sa formation. Son rapport a déclenché une opération de chasseurs-tueurs par le porte-avions léger Bataan et quatre destroyers, qui a coulé le sous-marin japonais I-56.[5]

Le Missouri a été détaché du groupe de travail de porte-avions au large d'Okinawa le 5 mai et a navigué pour Ulithi. Au cours de la campagne d'Okinawa, il avait abattu cinq avions ennemis, aidé à la destruction de six autres et avait probablement tué un. Elle a aidé à repousser 12 attaques diurnes de raiders ennemis et a repoussé quatre attaques de nuit sur son groupe opérationnel de porte-avions. Son bombardement côtier a détruit plusieurs emplacements de canons et de nombreuses autres structures militaires, gouvernementales et industrielles.[5]

Service avec la troisième flotte, l'amiral Halsey

Le Missouri est arrivé à Ulithi le 9 mai et s'est ensuite rendu au port d'Apra, Guam, en arrivant le 18 mai.[5] L'USS Louisville a livré les 50 officiers et 100 membres du personnel de Bull Halsey à l'USS Missouri BB 63 à Guam depuis Man of War.[9] Cet après-midi-là, l'amiral William F. Halsey, Jr., commandant de la troisième flotte, a apporté son commandement dans le Missouri.[10] Elle est sortie du port le 21 mai et le 27 mai, elle effectuait de nouveau un bombardement côtier contre les positions japonaises sur Okinawa. Le Missouri a mené la 3e flotte dans les frappes sur les aérodromes et les installations de Kyūshū les 2 et 3 juin. Elle a surmonté une violente tempête les 5 et 6 juin qui a arraché la proue du croiseur Pittsburgh. Certains raccords supérieurs ont été brisés, mais le Missouri n'a subi aucun dommage majeur. Sa flotte a de nouveau frappé Kyūshū le 8 juin, puis a frappé durement dans un bombardement air-surface coordonné avant de se retirer vers Leyte. Elle est arrivée à la baie de San Pedro, Leyte le 13 juin, après presque trois mois d'opérations continues à l'appui de la campagne d'Okinawa.[5]

Ici, il a rejoint la puissante 3e flotte lors de frappes au cœur du Japon depuis ses eaux d'origine. La flotte met le cap vers le nord le 8 juillet pour s'approcher de l'île principale japonaise, Honshū. Des raids ont pris Tokyo par surprise le 10 juillet, suivis d'autres dévastations à la jonction de Honshū et Hokkaidō, la deuxième plus grande île du Japon, les 13 et 14 juillet. Pour la première fois, des tirs navals ont détruit une installation majeure dans les îles d'origine lorsque le Missouri s'est joint à un bombardement côtier le 15 juillet qui a gravement endommagé la Nihon Steel Co. et les usines sidérurgiques de Wanishi à Muroran, Hokkaido.[5]

Dans les nuits du 17 au 18 juillet, le Missouri bombarde des cibles industrielles à Honshū. Les frappes aériennes de la mer intérieure se sont poursuivies jusqu'au 25 juillet et le Missouri a gardé les porte-avions pendant qu'ils attaquaient les îles japonaises.[5]

Signature de l'instrument japonais de reddition

Article principal: Instrument japonais de reddition

Le Missouri (à gauche) transfère du personnel vers l'Iowa avant la cérémonie de reddition prévue le 2 septembre.

Les marins et officiers alliés regardent le général de l'armée Douglas MacArthur signer des documents lors de la cérémonie de reddition à bord du Missouri le 2 septembre 1945. La reddition inconditionnelle des Japonais aux Alliés a officiellement mis fin à la Seconde Guerre mondiale.

Les frappes sur Hokkaidō et le nord de Honshū ont repris le 9 août, le jour où la deuxième bombe atomique a été larguée.[5]

Après que les Japonais eurent accepté de se rendre, l'amiral Sir Bruce Fraser de la Royal Navy, commandant de la flotte britannique du Pacifique, monta à bord du Missouri le 16 août et conféra l'honneur de chevalier de l'Empire britannique à l'amiral Halsey. Le Missouri a transféré une équipe de débarquement de 200 officiers et hommes sur le cuirassé Iowa pour un service temporaire avec la force d'occupation initiale pour Tokyo le 21 août. Le Missouri elle-même est entrée dans la baie de Tokyo tôt le 29 août pour se préparer à la signature par le Japon de l'instrument officiel de capitulation.[5]

De hauts responsables militaires de toutes les puissances alliées ont été reçus à bord le 2 septembre, dont le général chinois Hsu Yung-Ch'ang, l'amiral britannique de la flotte Sir Bruce Fraser, le lieutenant-général soviétique Kuzma Nikolaevich Derevyanko, le général australien Sir Thomas Blamey, le colonel canadien Lawrence Moore Cosgrave, le général d'armée français Philippe Leclerc de Hautecloque, le vice-amiral néerlandais Conrad Emil Lambert Helfrich et le vice-maréchal de l'air néo-zélandais Leonard M. Isitt.

L'amiral de la flotte Chester Nimitz a embarqué peu après 08h00, et le général de l'armée Douglas MacArthur, le commandant suprême des Alliés, est monté à bord à 08h43. Les représentants japonais, dirigés par le ministre des Affaires étrangères Mamoru Shigemitsu, sont arrivés à 0856. À 0902, le général MacArthur s'est présenté devant une batterie de microphones et a ouvert la cérémonie de reddition de 23 minutes au monde en attente en déclarant,[5] "C'est mon espoir sincère - en fait l'espoir de toute l'humanité - qu'à partir de cette occasion solennelle un monde meilleur émergera de la le sang et le carnage du passé, un monde fondé sur la foi et la compréhension, un monde dédié à la dignité de l'homme et à la réalisation de son souhait le plus cher de liberté, de tolérance et de justice. »[11]

Au cours de la cérémonie de reddition, le pont du Missouri a été décoré d'un drapeau américain à 31 étoiles qui avait été débarqué par le commodore Matthew Perry en 1853 après que son escadron de "Black Ships" ait navigué dans la baie de Tokyo pour forcer l'ouverture des ports japonais au commerce extérieur. Ce drapeau était en fait affiché avec le verso montrant, c'est-à-dire des étoiles dans le coin supérieur droit : le drapeau historique était si fragile que le conservateur du musée de l'Académie navale avait cousu un support en lin protecteur sur un côté pour aider à protéger le tissu de la détérioration. , laissant son "envers" visible. Le drapeau a été affiché dans un boîtier à ossature de bois fixé à la cloison surplombant la cérémonie de reddition.[12] Un autre drapeau américain a été hissé et arboré à l'occasion, un drapeau que certaines sources ont indiqué était en fait ce drapeau qui avait survolé le Capitole des États-Unis le 7 décembre 1941. Ce n'est pas vrai, c'était un drapeau tiré du stock du navire, selon au commandant du Missouri, le capitaine Stuart "Sunshine" Murray, et c'était ". juste un simple drapeau de problème d'IG ordinaire".[13]

À 09h30, les émissaires japonais étaient partis. Dans l'après-midi du 5 septembre, l'amiral Halsey transféra son drapeau sur le cuirassé South Dakota et, tôt le lendemain, le Missouri quitta la baie de Tokyo. Dans le cadre de l'opération Magic Carpet en cours, elle a reçu des passagers rentrant chez elle à Guam, puis a navigué sans escorte pour Hawaï. Elle est arrivée à Pearl Harbor le 20 septembre et a arboré le drapeau de l'amiral Nimitz dans l'après-midi du 28 septembre pour une réception.[5]

Le Missouri traverse le canal de Panama en route vers les États-Unis en octobre 1945.

Le lendemain, le Missouri a quitté Pearl Harbor à destination de la côte est des États-Unis. Elle a atteint New York le 23 octobre et a hissé le drapeau du commandant de la Flotte de l'Atlantique, l'Amiral Jonas Ingram. Quatre jours plus tard, le Missouri a lancé une salve de 21 coups de canon alors que le président Truman embarquait pour les cérémonies de la Journée de la marine.[5]

Après une révision au chantier naval de New York et une croisière d'entraînement à Cuba, le Missouri est retourné à New York. Dans l'après-midi du 21 mars 1946, elle reçoit la dépouille de l'ambassadeur de Turquie aux États-Unis, Münir Ertegün. Elle est partie le 22 mars pour Gibraltar et le 5 avril a ancré dans le Bosphore d'Istanbul. Elle a rendu tous les honneurs, y compris le tir de salves de 19 coups de canon lors du transfert des restes de l'ambassadeur décédé et de nouveau lors des funérailles à terre.[5]

Le Missouri a quitté Istanbul le 9 avril et est entré dans la baie de Phaleron, au Pirée, en Grèce, le lendemain, pour un accueil écrasant de la part des responsables du gouvernement grec et des citoyens anticommunistes. La Grèce était devenue le théâtre d'une guerre civile entre le mouvement de résistance communiste de la Seconde Guerre mondiale et le gouvernement grec en exil. Les États-Unis y ont vu un test important pour leur nouvelle doctrine d'endiguement de l'Union soviétique. Les Soviétiques faisaient également pression pour que des concessions dans le Dodécanèse soient incluses dans le traité de paix avec l'Italie et pour l'accès par le détroit des Dardanelles entre la mer Noire et la Méditerranée. Le voyage du Missouri vers la Méditerranée orientale symbolisait l'engagement stratégique de l'Amérique dans la région. Les médias d'information l'ont proclamée symbole de l'intérêt des États-Unis pour la préservation de l'indépendance des deux nations.[5]

Le Missouri a quitté le Pirée le 26 avril, touchant à Alger et à Tanger avant d'arriver à Norfolk le 9 mai. Elle est partie pour l'île de Culebra le 12 mai pour rejoindre la 8e flotte de l'amiral Mitscher dans les premières manœuvres d'entraînement à grande échelle de l'Atlantique d'après-guerre de la Marine. Le cuirassé revint à New York le 27 mai et passa l'année suivante à naviguer dans les eaux côtières de l'Atlantique au nord jusqu'au détroit de Davis et au sud jusqu'aux Caraïbes lors de divers exercices d'entraînement au commandement de l'Atlantique.[5] Le 13 décembre, lors d'un exercice d'entraînement à la cible dans l'Atlantique Nord, un obus en étoile a accidentellement heurté le cuirassé, mais sans causer de blessures.[14]

Le Missouri a été accidentellement échoué tôt le matin du 17 janvier 1950.

Le Missouri est arrivé à Rio de Janeiro le 30 août 1947 pour la Conférence interaméricaine pour le maintien de la paix et de la sécurité dans l'hémisphère. Le président Truman est monté à bord le 2 septembre pour célébrer la signature du traité de Rio, qui a élargi la doctrine Monroe en stipulant qu'une attaque contre l'un des pays américains signataires serait considérée comme une attaque contre tous.[5]

La famille Truman a embarqué dans le Missouri le 7 septembre 1947 pour retourner aux États-Unis et a débarqué à Norfolk le 19 septembre. Sa révision à New York — qui a duré du 23 septembre au 10 mars 1948 — a été suivie d'une formation de recyclage à Guantanamo Bay. L'été 1948 est consacré aux croisières d'entraînement des aspirants et de la réserve. Toujours en 1948, le Big Mo est devenu le premier cuirassé à accueillir un détachement d'hélicoptères, exploitant deux machines Sikorsky HO3S-1 pour des travaux utilitaires et de sauvetage.[15] Le cuirassé a quitté Norfolk le 1er novembre 1948 pour une deuxième croisière d'entraînement de trois semaines par temps froid dans l'Arctique vers le détroit de Davis. Au cours des deux années suivantes, le Missouri a participé à des exercices de commandement de l'Atlantique de la côte de la Nouvelle-Angleterre aux Caraïbes, en alternance avec deux croisières d'entraînement d'été d'aspirants. Elle a été révisée au chantier naval de Norfolk du 23 septembre 1949 au 17 janvier 1950.[5]

Tout au long de la seconde moitié des années 1940, les diverses branches de service des États-Unis avaient réduit leurs stocks par rapport à leurs niveaux de la Seconde Guerre mondiale. Pour la Marine, cela a entraîné le déclassement de plusieurs navires de différents types et soit vendus à la ferraille, soit placés dans l'une des différentes flottes de réserve de la Marine américaine dispersées le long des côtes est et ouest des États-Unis. Dans le cadre de cette contraction, trois des cuirassés de la classe Iowa avaient été désactivés et mis hors service, mais le président Truman refusa d'autoriser le déclassement du Missouri. Contre l'avis du secrétaire à la Défense Louis Johnson, du secrétaire à la Marine John L. Sullivan et du chef des opérations navales Louis E. Denfeld, Truman a ordonné que le Missouri soit maintenu avec la flotte active en partie à cause de son penchant pour le cuirassé et en partie parce que le cuirassé avait été baptisé par sa fille Margaret Truman.[16][17]

Alors seul cuirassé américain en service, le Missouri se dirigeait vers la mer pour une mission d'entraînement depuis Hampton Roads au début du 17 janvier 1950 lorsqu'il s'échoua à 1,6 mi (2,6 km) de Thimble Shoal Light, près d'Old Point Comfort. Elle a heurté des hauts-fonds à une distance de trois longueurs de navire du chenal principal. Levée à quelque 7 pieds (2,1 m) au-dessus de la ligne de flottaison, elle s'est collée durement et rapidement.[5] À l'aide de remorqueurs, de pontons et d'une marée montante, il a été renfloué le 1er février 1950 et réparé.[5]

En 1950, la guerre de Corée éclate, incitant les États-Unis à intervenir au nom des Nations Unies. Le président Truman a été pris au dépourvu lorsque l'invasion a frappé,[18] mais a rapidement ordonné aux forces américaines stationnées au Japon d'entrer en Corée du Sud. Truman a également envoyé des troupes, des chars, des avions de chasse et de bombardement basés aux États-Unis, ainsi qu'une puissante force navale en Corée pour soutenir la République de Corée. Dans le cadre de la mobilisation navale, le Missouri a été appelé de la flotte de l'Atlantique et envoyé de Norfolk le 19 août pour soutenir les forces de l'ONU sur la péninsule coréenne.[5]

Le Missouri arrive juste à l'ouest de Kyūshū le 14 septembre, où il devient le vaisseau amiral du contre-amiral Allan Edward Smith. Premier cuirassé américain à atteindre les eaux coréennes, il bombarda Samchok le 15 septembre 1950 pour tenter de détourner les troupes et l'attention des débarquements d'Incheon. C'était la première fois depuis la Seconde Guerre mondiale que le Missouri tirait avec colère, et en compagnie du croiseur Helena et de deux destroyers, elle aidait à préparer le terrain pour l'offensive de la huitième armée américaine.[5]

Le Missouri est arrivé à Incheon le 19 septembre et le 10 octobre est devenu le vaisseau amiral du contre-amiral J. M. Higgins, commandant de la Cruiser Division 5 (CruDiv 5). Elle est arrivée à Sasebo le 14 octobre, où elle est devenue le vaisseau amiral du vice-amiral A. D. Struble, commandant de la 7e flotte. Après avoir contrôlé le porte-avions Valley Forge le long de la côte est de la Corée, elle a mené des missions de bombardement du 12 au 26 octobre dans les régions de Chongjin et Tanchon, et à Wonsan où elle a de nouveau contrôlé les porte-avions à l'est de Wonsan.[5]

Les débarquements amphibies de MacArthur à Incheon avaient coupé les lignes d'approvisionnement de l'armée nord-coréenne, en conséquence, l'armée nord-coréenne avait entamé une longue retraite de la Corée du Sud vers la Corée du Nord. Cette retraite a été étroitement surveillée par la République populaire de Chine (RPC), par crainte que l'offensive de l'ONU contre la Corée ne crée un ennemi soutenu par les États-Unis à la frontière chinoise, et par crainte que l'offensive de l'ONU en Corée ne se transforme en une guerre contre la Chine. La dernière de ces deux menaces s'était déjà manifestée pendant la guerre de Corée : des sabres américains F-86 en patrouille dans la « MiG Alley » traversaient fréquemment la Chine tout en poursuivant des MiG communistes opérant à partir de bases aériennes chinoises.[19]

De plus, les commandants de l'ONU, notamment le général Douglas MacArthur, ont parlé d'une campagne potentielle contre la République populaire de Chine. Dans un effort pour dissuader les forces de l'ONU d'envahir complètement la Corée du Nord, la République populaire de Chine a émis des avertissements diplomatiques indiquant qu'elle utiliserait la force pour protéger la Corée du Nord, mais ces avertissements n'ont pas été pris au sérieux pour un certain nombre de raisons, parmi lesquelles le fait que la Chine manquait de couverture aérienne pour mener une telle attaque.[20][21] Cela a changé brusquement le 19 octobre 1950, lorsque le premier d'un total éventuel de 380 000 soldats de l'Armée populaire de libération sous le commandement du général Peng Dehuai est entré en Corée du Nord, lançant un assaut à grande échelle contre l'avancée des troupes de l'ONU. L'offensive de la RPC a pris l'ONU complètement par surprise. Les forces de l'ONU ont réalisé qu'elles devraient se replier et ont rapidement exécuté une retraite d'urgence. Les ressources de l'ONU ont été remaniées afin de couvrir cette retraite, et dans le cadre de la force chargée de couvrir la retraite de l'ONU, le Missouri a été transféré à Hungnam le 23 décembre pour fournir un appui-feu sur le périmètre de défense de Hungnam jusqu'aux dernières troupes de l'ONU, le 3e d'infanterie américain Division, ont été évacués par la mer le 24 décembre 1950.[5]

Missouri tire ses armes contre des positions ennemies pendant la guerre de Corée. Remarquez l'effet sur l'eau de mer sous les canons.

Le Missouri a mené des opérations supplémentaires avec des porte-avions et des bombardements côtiers au large de la côte est de la Corée jusqu'au 19 mars 1951. Il est arrivé à Yokosuka le 24 mars et 4 jours plus tard, il a été relevé de ses fonctions en Extrême-Orient. Elle a quitté Yokosuka le 28 mars et à l'arrivée à Norfolk le 27 avril est devenue le vaisseau amiral de Contre-amiral James L. Holloway, Jr., commandant, Cruiser Force, Atlantic Fleet. Au cours de l'été 1951, elle s'est engagée dans deux croisières de formation d'aspirant de marine en Europe du Nord. Sous le commandement du capitaine John Sylvester, le Missouri est entré dans le chantier naval de Norfolk le 18 octobre 1951 pour une révision qui a duré jusqu'au 30 janvier 1952.[5]

Après l'entraînement d'hiver et de printemps à Guantanamo Bay, le Missouri a visité New York, puis a mis le cap sur Norfolk le 9 juin 1952 pour une autre croisière d'aspirant. Elle est revenue à Norfolk le 4 août et est entrée dans le chantier naval de Norfolk pour se préparer à une deuxième tournée dans la zone de combat coréenne.[5]

Le Missouri sort de Hampton Roads le 11 septembre 1952 et arrive à Yokosuka le 17 octobre. Le vice-amiral Joseph J. Clark, commandant de la 7e flotte, a apporté son commandement à bord le 19 octobre. Sa mission principale était de fournir un soutien d'artillerie en mer en bombardant des cibles ennemies dans la région de Chaho-Tanchon, à Chongjin, dans la région de Tanchon-Sonjin et à Chaho, Wonsan, Hamhung et Hungnam du 25 octobre au 2 janvier 1953. [5]

Le Missouri a fait escale à Incheon le 5 janvier 1953 et a navigué de là vers Sasebo, au Japon. Le général Mark W. Clark, commandant en chef du Commandement des Nations Unies, et l'amiral Sir Guy Russell, commandant de la Royal Navy de la station britannique d'Extrême-Orient, ont visité le cuirassé le 23 janvier. Dans les semaines qui ont suivi, le Missouri a repris ses patrouilles "Cobra" le long de la côte est de la Corée pour soutenir les troupes à terre. Les bombardements répétés de Wonsan, Tanehon, Hungnam et Kojo ont détruit les principales routes d'approvisionnement le long de la côte est de la Corée.[5]

La dernière mission de bombardement du Missouri était contre la région de Kojo le 25 mars. Le 26 mars, son commandant, le capitaine Warner R. Edsall, a subi une crise cardiaque mortelle en l'escroquant à travers le filet sous-marin à Sasebo. Elle a été relevée en tant que navire amiral de la 7e flotte le 6 avril par sa sœur aînée New Jersey.[5]

Le Missouri quitta Yokosuka le 7 avril et arriva à Norfolk le 4 mai pour devenir le navire amiral du contre-amiral E. T. Woolridge, commandant des cuirassés-croiseurs de la flotte de l'Atlantique, le 14 mai. Elle est partie le 8 juin sur une croisière d'entraînement d'aspirant, est revenue à Norfolk le 4 août et a été révisée dans le chantier naval de Norfolk du 20 novembre 1953 au 2 avril 1954. En tant que navire amiral du contre-amiral RE Kirby, qui avait relevé l'amiral Woolridge, Missouri a quitté Norfolk le 7 juin en tant que navire amiral de la croisière d'entraînement des aspirants de marine à destination de Lisbonne et de Cherbourg. Au cours de ce voyage, le Missouri a été rejoint par les trois autres cuirassés de sa classe, le New Jersey, le Wisconsin et l'Iowa, la seule fois où les quatre navires ont navigué ensemble.[22] Elle est revenue à Norfolk le 3 août et est partie le 23 août pour l'inactivation sur la Côte Ouest. Après des escales à Long Beach et à San Francisco, le Missouri est arrivé à Seattle le 15 septembre. Trois jours plus tard, elle est entrée dans le chantier naval de Puget Sound où elle a été désarmée le 26 février 1955, entrant dans le groupe Bremerton, la Flotte de réserve du Pacifique.[5]

À son arrivée à Bremerton, le Missouri a été amarré au dernier quai de l'amarrage de la flotte de réserve. Cela l'a placée très près du continent, et elle a servi d'attraction touristique populaire, enregistrant environ 180 000 visiteurs par an, qui sont venus voir le "pont de reddition" où une plaque de bronze a commémoré l'endroit (35° 21' 17" N, 139° 45 ' 36" E) où le Japon s'est rendu aux Alliés, et l'exposition historique d'accompagnement qui comprenait des copies des documents de reddition et des photos. Une petite industrie artisanale s'est développée dans la communauté civile juste à l'extérieur des portes, vendant des souvenirs et d'autres souvenirs. Près de trente ans se sont écoulés avant que le Missouri ne reprenne son service actif.[5]

Réactivation (1984 à 1990)

Missouri en cale sèche lors de sa modernisation au chantier naval de Long Beach en 1985

Dans le cadre du programme de l'administration Reagan visant à construire une marine de 600 navires, dirigée par le secrétaire à la Marine John F. Lehman, le Missouri a été réactivé et remorqué par le navire de sauvetage Beaufort jusqu'au chantier naval de Long Beach à l'été 1984 pour subir une modernisation à l'avance. de sa remise en service programmée.[5] En préparation du déménagement, un équipage réduit de 20 personnes a passé trois semaines à travailler de 12 à 16 heures par jour à préparer le cuirassé pour son remorquage.[23] Au cours de la modernisation, le Missouri a fait retirer son armement obsolète : des canons anti-aériens de 20 mm et 40 mm et quatre de ses dix supports de canon de 5 pouces (130 mm).[24]

Les membres d'équipage s'occupent des rails alors que le Missouri remet officiellement en service à San Francisco, Californie

Au cours des prochains mois, le navire a été mis à niveau avec les armes les plus avancées disponibles parmi les nouveaux systèmes d'armes installés étaient quatre lanceurs à cellules quadruples MK 141 pour 16 missiles anti-navires AGM-84 Harpoon, huit montures Armored Box Launcher (ABL) pour 32 Missiles BGM-109 Tomahawk et un quatuor de canons Gatling Phalanx Close In Weapon System (CIWS) pour la défense contre les missiles anti-navires ennemis et les avions ennemis.[24] Sa modernisation comprenait également des mises à niveau des systèmes de radar et de contrôle de tir pour ses armes à feu et ses missiles, ainsi que des capacités de guerre électronique améliorées.[24] Au cours de la modernisation, la cloche de 800 lb (360 kg) du Missouri, qui avait été retirée du cuirassé et envoyée à Jefferson City, Missouri pour les célébrations du cent cinquantenaire dans l'État, a été officiellement restituée au cuirassé avant sa remise en service.[25] Le Missouri a été officiellement remis en service à San Francisco le 10 mai 1986. "C'est un jour pour célébrer la renaissance de la puissance maritime américaine", a déclaré le secrétaire à la Défense Caspar W. Weinberger à un auditoire de 10 000 personnes lors de la cérémonie de remise en service, demandant à l'équipage d'"écouter les traces de ceux qui vous ont précédé. Ils vous parlent d'honneur et de l'importance du devoir. Ils vous rappellent vos propres traditions. »[26] Le gouverneur du Missouri John Ashcroft, le sénateur américain Pete Wilson, le secrétaire à la Marine John Lehman, la maire de San Francisco Dianne Feinstein et Margaret Truman étaient également présents à la cérémonie de remise en service.[27]

Quatre mois plus tard, le Missouri a quitté son nouveau port d'attache de Long Beach pour une croisière autour du monde, visitant Pearl Harbor Hawaii Sydney, Hobart et Perth, Australie Diego Garcia le canal de Suez Istanbul, Turquie Naples, Italie Rota, Espagne Lisbonne, Le Portugal et le canal de Panama. Le Missouri est devenu le premier cuirassé américain à faire le tour du monde depuis la "Grande Flotte Blanche" de Theodore Roosevelt 80 ans auparavant - une flotte qui comprenait le premier cuirassé nommé USS Missouri (BB-11).[5]

Missouri entreprenant un ravitaillement en cours avec Kitty Hawk à partir du navire MSC USNS Kawishiwi

En 1987, le Missouri a été équipé de lance-grenades de 40 mm et de canons à chaîne de 25 mm et envoyé pour participer à l'opération Earnest Will, l'escorte de pétroliers koweïtiens ayant changé de pavillon dans le golfe Persique.[28] Ces armes de plus petit calibre ont été installées en raison de la menace des bateaux à cigarettes Boghammar de fabrication suédoise à équipage iranien opérant dans le golfe Persique à l'époque.[29] Le 25 juillet, le navire est parti pour un déploiement de six mois dans l'océan Indien et la mer d'Arabie du Nord. Il a passé plus de 100 jours consécutifs en mer dans un environnement chaud et tendu - un contraste frappant avec sa croisière mondiale des mois plus tôt. En tant que pièce maîtresse du Battlegroup Echo, le Missouri a escorté des convois de pétroliers dans le détroit d'Ormuz, gardant son système de conduite de tir entraîné sur des lanceurs de missiles iraniens Silkworm basés à terre.[30]

Le Missouri est retourné aux États-Unis via Diego Garcia, l'Australie et Hawaï au début de 1988. Plusieurs mois plus tard, l'équipage du Missouri s'est à nouveau dirigé vers les eaux hawaïennes pour les exercices Rim of the Pacific (RimPac), auxquels ont participé plus de 50 000 soldats et navires de la marine. de l'Australie, du Canada, du Japon et des États-Unis. Les visites portuaires en 1988 comprenaient Vancouver et Victoria au Canada, San Diego, Seattle et Bremerton.[5]

Dans les premiers mois de 1989, le Missouri était dans le chantier naval de Long Beach pour l'entretien de routine. Le 1er juillet 1989, alors qu'il était à quai au quai D, le clip de Cher's If I could Turn Back Time a été tourné à bord du Missouri et mettait en vedette l'équipage du navire. Quelques mois plus tard, elle partit pour l'exercice Pacific (PacEx) '89, où elle et le New Jersey effectuèrent une démonstration de tir simultanée pour les porte-avions Enterprise et Nimitz. Le point culminant de PacEx a été une visite du port de Pusan, en République de Corée. En 1990, le Missouri a de nouveau participé à l'exercice RimPac avec des navires d'Australie, du Canada, du Japon, de Corée et des États-Unis[5]

Guerre du Golfe (janvier-février 1991)

Le 2 août 1990, l'Irak, dirigé par le président Saddam Hussein, envahit le Koweït. Au milieu du mois, le président américain George HW Bush, conformément à la doctrine Carter, a envoyé le premier de plusieurs centaines de milliers de soldats, ainsi qu'une forte force de soutien naval, en Arabie saoudite et dans la région du golfe Persique pour soutenir une force multinationale dans une impasse avec l'Irak.

La croisière de quatre mois de port à port du Missouri dans le Pacifique occidental, qui devait commencer en septembre, a été annulée quelques jours seulement avant le départ du navire. Elle avait été mise en attente en prévision d'être mobilisée alors que les forces continuaient de se masser au Moyen-Orient. Le Missouri est parti le 13 novembre 1990 pour les eaux troubles du golfe Persique. Elle est partie du quai 6 à Long Beach, avec une large couverture médiatique, et s'est dirigée vers Hawaï et les Philippines pour d'autres exercices en route vers le golfe Persique. En cours de route, elle a fait escale à Subic Bay et à Pattaya Beach, en Thaïlande, avant de traverser le détroit d'Ormuz le 3 janvier 1991. Au cours des opérations ultérieures menant à l'opération Tempête du désert, le Missouri s'est préparé à lancer des missiles d'attaque terrestre Tomahawk (TLAM) et à fournir des appui-feu au besoin.[5]

Missouri lance un missile Tomahawk.

Le Missouri a tiré son premier missile Tomahawk sur des cibles irakiennes à 01h40 le 17 janvier 1991, suivi de 27 missiles supplémentaires au cours des cinq jours suivants.[5]

Le 29 janvier, la frégate Curts de classe Oliver Hazard Perry a conduit le Missouri vers le nord, à l'aide d'un sonar anti-mines avancé. Dans sa première action navale d'appui-feu de Desert Storm, elle a bombardé un bunker de commandement et de contrôle irakien près de la frontière saoudienne, la première fois que ses canons de 16 pouces (410 mm) avaient été tirés au combat depuis mars 1953 au large de la Corée.[31] Le cuirassé a bombardé les défenses de plage irakiennes au Koweït occupé dans la nuit du 3 février, tirant 112 obus de 410 mm au cours des trois jours suivants jusqu'à ce qu'il soit relevé par le Wisconsin. Le Missouri a ensuite tiré 60 autres obus au large de Khafji les 11 et 12 février avant de se diriger vers le nord jusqu'à l'île de Faylaka. Après que les dragueurs de mines ont dégagé une voie à travers les défenses irakiennes, le Missouri a tiré 133 obus au cours de quatre missions de bombardement du littoral dans le cadre de la feinte d'atterrissage amphibie contre le littoral koweïtien le matin du 23 février.[5] Le fort martèlement a attiré l'attention des Irakiens en réponse à la frappe d'artillerie du cuirassé, les Irakiens ont tiré deux missiles HY-2 Silkworm sur le cuirassé, dont l'un a raté.[32] L'autre missile a été intercepté par un missile GWS-30 Sea Dart lancé depuis le destroyer de défense aérienne britannique HMS Gloucester[5] en 90 secondes et s'est écrasé dans la mer à environ 640 m devant le Missouri.[33]

Missouri tirant avec ses canons de 16 pouces pendant la tempête du désert, le 6 février 1991.

Au cours de la campagne, le Missouri a été impliqué dans un incident de tir ami avec la frégate de classe Oliver Hazard Perry Jarrett. Selon le rapport officiel, le 25 février, le Phalanx CIWS de Jarrett a engagé la balle tirée par le Missouri comme contre-mesure contre les missiles ennemis, et des balles perdues ont frappé le Missouri, l'une pénétrant à travers une cloison et s'encastrant dans un passage intérieur du navire. . Une autre balle a frappé le navire sur la cheminée avant, la traversant complètement. Un marin à bord du Missouri a été touché au cou par des éclats d'obus et a subi des blessures mineures. Cependant, ceux qui connaissent l'incident sont sceptiques quant à ce récit, car Jarrett se trouvait à plus de 3,2 km à l'époque et les caractéristiques de la paille sont telles qu'une phalange ne la considérerait normalement pas comme une menace et ne l'engagerait pas. [34] Il ne fait aucun doute que les obus qui ont frappé le Missouri provenaient de Jarrett et qu'il s'agissait d'un accident.Le soupçon est qu'un opérateur de Phalanx sur Jarrett peut avoir accidentellement tiré quelques cartouches manuellement, bien qu'il n'y ait aucune preuve à l'appui.[35][36]

Au cours de l'opération, le Missouri a également aidé les forces de la coalition engagées dans le déminage des mines navales irakiennes dans le golfe Persique. À la fin de la guerre, le Missouri avait détruit au moins 15 mines navales.[33]

Avec des opérations de combat hors de portée des armes du cuirassé le 26 février, le Missouri avait tiré un total de 783 obus de 16 pouces (410 mm) et lancé 28 missiles de croisière Tomahawk au cours de la campagne,[37] et a commencé à effectuer des patrouilles et l'application de l'armistice opérations dans le nord du golfe Persique jusqu'au départ pour la maison le 21 mars. Après des escales à Fremantle et Hobart, en Australie, le navire de guerre a visité Pearl Harbor avant de rentrer chez lui en avril. Elle a passé le reste de l'année à effectuer une formation de type et d'autres opérations locales, cette dernière y compris le 7 décembre "voyage du souvenir" pour marquer le 50e anniversaire de l'attaque de Pearl Harbor en 1941. Au cours de cette cérémonie, le Missouri a accueilli le président George HW Bush, le premier de ces visite présidentielle pour le navire de guerre depuis que Harry S. Truman est monté à bord du cuirassé en septembre 1947.[5]

Navire musée (1998 à aujourd'hui)

Voir aussi : Cuirassé de classe Iowa § Importance culturelle

Missouri à Pearl Harbor, Hawaii pont arrière et tourelle de 16 pouces (410 mm)

Avec l'effondrement de l'Union soviétique au début des années 1990 et l'absence d'une menace perçue pour les États-Unis, des réductions drastiques dans le budget de la défense ont eu lieu, et le coût élevé de l'entretien et de l'exploitation des cuirassés dans le cadre de la flotte active de la marine américaine est devenu non rentable. en conséquence, le Missouri a été désarmé le 31 mars 1992 à Long Beach, en Californie.[1] Son dernier commandant, le capitaine Albert L. Kaiss, a écrit dans le dernier plan du jour du navire :

Notre dernier jour est arrivé. Aujourd'hui, le dernier chapitre de l'histoire du cuirassé Missouri sera écrit. On dit souvent que l'équipage commande. Il n'y a pas de déclaration plus vraie. car c'est l'équipage de ce grand navire qui en a fait un grand commandement. Vous êtes une race spéciale de marins et de Marines et je suis fier d'avoir servi avec chacun d'entre vous. A vous qui avez fait le douloureux voyage d'endormir cette grande dame, je vous remercie. Car vous avez eu le travail le plus dur. Ranger un navire qui fait autant partie de vous que vous l'êtes pour lui est une triste fin pour une grande tournée. Mais rassurez-vous, vous avez été à la hauteur de l'histoire du navire et de ceux qui l'ont navigué avant nous. Nous l'avons emmenée à la guerre, nous l'avons jouée magnifiquement et avons ajouté un autre chapitre à son histoire, aux côtés de nos précurseurs dans la vraie tradition navale. Que Dieu vous bénisse tous.

Missouri face à l'Arizona englouti.

Le Missouri est revenu pour faire partie de la flotte de réserve au chantier naval de Puget Sound, à Bremerton, dans l'État de Washington, jusqu'au 12 janvier 1995, date à laquelle il a été retiré du registre des navires de la marine. Elle est restée à Bremerton, mais n'était pas ouverte aux touristes comme elle l'avait été de 1957 à 1984. Malgré les tentatives des groupes de citoyens de la garder à Bremerton et de la rouvrir en tant que site touristique, l'US Navy a voulu jumeler un symbole de la fin de la Seconde Guerre mondiale avec l'un représentant son début. ) d'Honolulu, Hawaï. Il a été remorqué de Bremerton le 23 mai à Astoria, dans l'Oregon, où il s'est assis dans de l'eau douce à l'embouchure du fleuve Columbia pour tuer et laisser tomber les balanes d'eau salée et les herbes marines qui avaient poussé sur sa coque à Bremerton,[33] puis remorqué à travers le Pacifique oriental, et a accosté à Ford Island, Pearl Harbor le 22 juin, à seulement 500 mètres (460 m) du mémorial de l'Arizona.[26] Moins d'un an plus tard, le 29 janvier 1999, le Missouri a ouvert ses portes en tant que musée exploité par le MMA.

Plaque commémorant la capitulation du Japon pour mettre fin à la Seconde Guerre mondiale

À l'origine, la décision de déplacer le Missouri vers Pearl Harbor s'est heurtée à une certaine résistance. Le National Park Service craignait que le cuirassé, dont le nom est devenu synonyme de la fin de la Seconde Guerre mondiale, éclipse le cuirassé Arizona, dont l'explosion dramatique et le naufrage qui a suivi le 7 décembre 1941 est depuis devenu synonyme de l'attaque de Pearl Harbor. [39] Pour aider à se prémunir contre cette impression, le Missouri a été placé bien en retrait et en face du mémorial de l'Arizona, de sorte que ceux qui participent aux cérémonies militaires sur les ponts arrière du Missouri n'aient pas de vue le mémorial de l'Arizona. La décision d'avoir la proue du Missouri face au mémorial de l'Arizona visait à transmettre que le Missouri veille sur les restes de l'Arizona afin que ceux qui sont enterrés dans la coque de l'Arizona puissent reposer en paix.[40]

Le Missouri a été inscrit sur le registre national des lieux historiques le 14 mai 1971 pour avoir accueilli la signature de l'instrument de capitulation japonaise qui a mis fin à la Seconde Guerre mondiale.[39] Elle n'est pas éligible à la désignation comme monument historique national car elle a été largement modernisée dans les années qui ont suivi la cession.[40]

Le 14 octobre 2009, le Missouri a été déplacé de sa station d'amarrage sur Battleship Row à une cale sèche au chantier naval de Pearl Harbor pour subir une révision de trois mois. Les travaux, évalués à 18 millions de dollars, comprenaient l'installation d'un nouveau système anti-corrosion, la peinture de la coque et la mise à niveau des mécanismes internes. Les travailleurs de la cale sèche ont signalé que le navire fuyait à certains points du côté tribord.[41] Les réparations ont été achevées la première semaine de janvier 2010 et le navire a été ramené à son poste d'amarrage sur Battleship Row le 7 janvier 2010. La grande réouverture du navire a eu lieu le 30 janvier.[42]

Apparitions dans la culture populaire

Le Missouri était au cœur de l'intrigue du film Under Siege, et le navire figurait en bonne place dans un autre film, Battleship. Comme le Missouri n'a pas bougé par ses propres moyens depuis 1992, des clichés du navire en mer ont été obtenus à l'aide de trois remorqueurs.[43]

Le Missouri a reçu huit étoiles de bataille pour son service pendant la Seconde Guerre mondiale, cinq pour son service pendant la guerre de Corée et trois pour son service pendant la guerre du Golfe.[40] Le Missouri a également reçu de nombreux prix pour son service pendant la Seconde Guerre mondiale, la Corée et le golfe Persique


USS Franklin D. Roosevelt (CV 42)

L'USS FRANKLIN D. ROOSEVELT était le deuxième porte-avions de classe MIDWAY et le premier navire de la Marine nommé d'après le président Franklin D. Roosevelt. Initialement, le porte-avions fut lancé sous le nom de CORAL SEA mais fut rebaptisé FRANKLIN D. ROOSEVELT le 8 mai 1945, suite au décès du président américain. Au cours de son service actif, le FRANKLIN D. ROOSEVELT a franchi plusieurs étapes historiques : en 1945, il a été la plate-forme de la première flotte d'hélicoptères en 1949, il est devenu le premier porte-avions américain à disposer du système d'atterrissage à lentille de Fresnel et il a été le premier porte-avions dans la Marine pour remporter trois prix Admiral JH Flatley pour la sécurité aérienne.

Commandé en tant que CVB 42, le FDR a été redésigné comme porte-avions d'attaque CVA 42 le 1er octobre 1952, et porte-avions polyvalent CV 42 le 30 juin 1975. Désarmé le 30 septembre 1977, et rayé de la liste de la Marine ce qui suit jour, le FRANKLIN D. ROOSEVELT a été vendu par le Service de réutilisation et de commercialisation de la défense (DRMS) pour mise à la casse le 1er avril 1978. Le porte-avions avait pour la dernière fois son port d'attache à Mayport, en Floride.

Caractéristiques générales: Attribué : 1943
Quille posée : 1er décembre 1943
Lancé : 29 mars 1945
Mise en service : 27 octobre 1945
Désarmé : 23 avril 1954
Remise en service : 6 avril 1956
Déclassé : 30 septembre 1977
Constructeur : Chantier naval de New York, Brooklyn, N.Y.
Système de propulsion : 12 chaudières
Hélices : quatre
Ascenseurs d'avion : trois
Câbles d'équipement d'arrêt : quatre
Catapultes : deux
Longueur : 997,4 pieds (304 mètres)
Largeur du pont d'envol : 237,9 pieds (72,5 mètres)
Faisceau : 121 pieds (36,9 mètres)
Tirant d'eau : 38,1 pieds (11,8 mètres)
Déplacement : env. 64 000 tonnes à pleine charge
Vitesse : 30+ nœuds
Avions : env. 80 avions
Équipage : Navire : env. 2 533 escadre aérienne : 2 240
Armement : voir ci-dessous

Cette section contient les noms des marins qui ont servi à bord de l'USS FRANKLIN D. ROOSEVELT. Ce n'est pas une liste officielle mais contient les noms des marins qui ont soumis leurs informations.

Livres de croisière sur l'USS FRANKLIN D. ROOSEVELT :

A propos des différents armements :

  • 1945 : 18 canons de 5 pouces (12,7 cm) de calibre 54, 84 canons de 40 mm et 28 canons de 20 mm
  • 1951 : 14 canons de 5 pouces (12,7 cm) de calibre 54, 36 canons de 3 pouces (7,6 cm) de calibre 50 et 10 canons de 20 mm
  • 1956 : 10 canons de 5 pouces (12,7 cm) de calibre 54 et 22 canons de 3 pouces (7,6 cm) de calibre 50
  • 1960 : 10 canons de 5 pouces (12,7 cm) de calibre 54
  • 1963 : 4 canons de 5 pouces (12,7 cm) de calibre 54
  • 1977 : 2 canons de 5 pouces (12,7 cm) de calibre 54

Accidents à bord de l'USS FRANKLIN D. ROOSEVELT :

Histoire de l'USS FRANKLIN D. ROOSEVELT :

FRANKLIN D. ROOSEVELT (CVB 42) a été lancé le 29 avril 1945 par le chantier naval de New York sous le nom de CORAL SEA (CVB 42) parrainé par Mme John H. Towers, épouse du commandant en chef adjoint de la flotte du Pacifique rebaptisée FRANKLIN D. ROOSEVELT 8 mai 1945 suite au décès du Président et commissionné le 27 octobre 1945 au commandement du Capitaine A. Soucek. Il est reclassé CVA 42 le 1er octobre 1952.

Au cours de sa croisière d'essai, l'USS FRANKLIN D. ROOSEVELT a fait escale à Rio de Janeiro du 1er au 11 février 1946 pour représenter les États-Unis à l'investiture du président brésilien, Eurico G. Dutra, qui a embarqué pour une courte croisière. Des manœuvres de la flotte et d'autres opérations d'entraînement dans les Caraïbes ont précédé son premier déploiement en Méditerranée, du 8 août au 4 octobre, au cours duquel il faisait partie d'une force de la marine américaine qui s'est rendue à Athènes pour renforcer le gouvernement grec lors de sa lutte victorieuse contre les communistes. . Il a reçu des milliers de visiteurs lors de ses escales dans de nombreux ports méditerranéens, donnant aux Européens l'occasion de voir cet ajout impressionnant à la puissance maritime américaine pour la paix.

Le 21 juillet 1946, le lieutenant Cmdr. James Davidson, aux commandes du McDonnell XFD-1 Phantom, a effectué une série d'atterrissages et de décollages réussis à bord de l'USS FRANKLIN D. ROOSEVELT lors du premier test américain de l'adaptabilité des avions à réaction aux opérations à bord. En novembre, le lieutenant-colonel Marion E. Carl, USMC, aux commandes d'un P-80A propulsé par jet, a effectué deux lancements de catapulte, quatre décollages libres et cinq atterrissages arrêtés à bord de l'USS FRANKLIN D. ROOSEVELT dans le cadre des tests continus sur le porte-avions. l'adéquation de l'avion.

L'USS FRANKLIN D. ROOSEVELT a opéré au large de la côte est jusqu'en juillet 1947, date à laquelle il est entré dans le Norfolk Naval Ship Yard pour une révision prolongée, au cours de laquelle il a reçu des améliorations de son équipement et de ses installations. Le 13 septembre 1948, le porte-avions quitta Norfolk pour une deuxième période de service avec les forces méditerranéennes, dont il revint le 23 janvier 1949.

Dans une démonstration des capacités d'attaque à longue portée d'un porte-avions, un P2V-3C Neptune, avec le Cmdr. Thomas Robinson, aux commandes, a décollé de l'USS FRANKLIN D. ROOSEVELT au large de Jacksonville, en Floride, et a survolé Charleston, Caroline du Sud, les Bahamas, le canal de Panama, la côte de l'Amérique centrale et le Mexique pour atterrir le lendemain à San Francisco Aéroport municipal. Le vol, qui a parcouru 5 060 milles en 25 heures 59 minutes, a été le plus long jamais effectué depuis le pont d'un porte-avions.

Au cours des années suivantes, l'USS FRANKLIN D. ROOSEVELT a participé à des opérations intensives au large des caps Virginie, le long de la côte est et dans les Caraïbes, et a effectué quatre périodes de service en Méditerranée. Affecté à une vaste conversion au chantier naval de Puget Sound, le porte-avions a quitté Norfolk le 7 janvier 1954. Trop grand pour traverser le canal de Panama, il a contourné le cap Horn et est arrivé au chantier naval le 5 mars. Il y fut désarmé le 23 avril 1954.

En février 1957, l'USS FRANKLIN D. ROOSEVELT remis en service a navigué vers le golfe du Maine pour des essais par temps froid de catapultes, d'avions et d'autres équipements porteurs, y compris le missile guidé Regulus. En juillet, il a navigué pour la première des trois croisières post-conversion en Méditerranée achevées jusqu'en 1960. Ses affectations en Méditerranée ont ajouté des exercices de l'OTAN à son programme normal d'opérations de flotte majeure et l'ont trouvé divertissant chaque année une liste d'invités distingués.

L'USS FRANKLIN D. ROOSEVELT a soutenu le transport USS KLIENSMITH (APD 134) lors de l'évacuation de 56 citoyens américains et de trois ressortissants étrangers de Nicara, Cuba, le 24 octobre 1958, alors que la révolution cubaine atteignait son paroxysme.

Le 6 mars 1965, un hélicoptère Sikorsky SH-3A Sea King, piloté par le Cmdr. James R. Williford, a décollé de l'USS HORNET (CVS 12) amarré à North Island Naval Air Station, San Diego, et a atterri 15 heures et 51 minutes plus tard sur le pont de l'USS FRANKLIN D. ROOSEVELT en mer au large de Mayport, Floride Le le vol a dépassé la distance existante pour les hélicoptères de plus de 700 milles.

Un nouveau développement majeur dans la prévention des incendies des porte-avions s'est produit le 26 mai 1969 lorsque l'USS FRANKLIN D. ROOSEVELT a pris la mer depuis le chantier naval de Norfolk, Portsmouth, Virginie, après une révision de 11 mois qui comprenait l'installation d'un système de pulvérisation de bord de pont à l'aide le nouveau produit chimique anti-incendie compatible avec l'eau de mer, Light Water.

Continuant à servir, l'USS FRANKLIN D. ROOSEVELT, ainsi que l'USS INDEPENDENCE (CV 62) et l'USS GUADALCANAL (LPH 7) se sont tenus prêts à d'éventuelles évacuations pendant la guerre du Yom Kippour entre les forces israéliennes et arabes en octobre 1973.

Une autre première a été accumulée par l'USS FRANKLIN D. ROOSEVELT lorsque, le 4 octobre 1976, le premier engagement opérationnel à l'étranger sur un porte-avions pour l'AV-8A Harrier a commencé lorsque le VMA-231 a embarqué à bord pour un déploiement de la sixième flotte. Le 13 janvier 1977, deux autres Harrier ont effectué des approches et un atterrissage à bord du porte-avions, marquant la première fois qu'un aéronef à voilure fixe effectuait un atterrissage sous le vent à bord d'un porte-avions en mer.

L'USS FRANKLIN D. ROOSEVELT a été désarmé le 30 septembre 1977 et rayé de la Navy List le lendemain. Il a été vendu par le Service de réutilisation et de commercialisation de la défense (DRMS) pour démolition le 1er avril 1978.

Cliquez ici pour voir les déploiements de l'USS FRANKLIN D. ROOSEVELT


Jeudi 24 mars 2011

Regulas : la première dissuasion nucléaire maritime des États-Unis

La majeure partie de cet article provient de l'article d'Edward Whitman dans le numéro du printemps 2001 de Undersea Warfare.

Alors que la guerre froide s'intensifiait au cours de la décennie suivant la Seconde Guerre mondiale, et en particulier avec le succès de l'Union soviétique à égaler les États-Unis dans le développement d'armes atomiques, la dissuasion nucléaire est devenue un élément clé de la diplomatie mondiale. Au début des années 1950, les deux superpuissances avaient déployé de grandes forces de bombardiers capables d'atteindre leurs patries respectives avec une base avancée ou un ravitaillement aérien, et en outre, les États-Unis avaient commencé à déployer des armes atomiques sur des porte-avions.

Les deux parties ont également rapidement profité de la technologie allemande V-1 et V-2 capturée pendant la Seconde Guerre mondiale pour commencer le développement de missiles guidés et balistiques à usage tactique et stratégique, l'armée américaine prenant initialement la tête des États-Unis. . Pour ne pas être en reste, la marine américaine a converti deux bateaux de la flotte de la Seconde Guerre mondiale, USS Carbonero (SS-337) et USS Brossard (SS-348) pour transporter une variante américaine du missile à jet pulsé allemand V-1, connu sous le nom de Loon, lancé pour la première fois en mer en février 1947. La portée nominale du Loon sous guidage de commandement était d'environ 50 milles marins, mais en utilisant un deuxième sous-marin comme relais, il pourrait être efficace jusqu'à 135 milles marins, avec une erreur circulaire probable (CEP) signalée de 6 000 yards.

USS Brossard se prépare à tirer un missile Loon
À cette époque, la Marine avait également signé des contrats de développement pour deux missiles de bombardement plus ambitieux, le supersonique Grumman Rigel (SSM-N-6) et le subsonique Chance-Vought Regulus (SSM-N-8), chacun destiné à transporter un ogive de livre pour 500 milles marins. Bien que Rigel soit tombé à l'eau en 1953, Regulus a été développé avec succès pour devenir le premier moyen de dissuasion nucléaire en mer des États-Unis et a été déployé pour la première fois sur le croiseur lourd. USS Los Angeles (CA-135) en 1955. Finalement, cinq sous-marins ont été équipés pour transporter et lancer Regulus également, et ils sont devenus la principale force de dissuasion.

Le missile Regulus I lui-même était essentiellement un petit avion à turboréacteur, de 42 pieds de long, avec une envergure de 21 pieds. Le poids brut au lancement était d'un peu moins de sept tonnes, dont une tonne de carburant, et son moteur Allison J33-A-14 pouvait propulser le missile à Mach 0,91 (environ 550 nœuds). Regulus a été lancé à partir d'une rampe inclinée - pouvant être entraînée plus tard - et il a fallu deux unités JATO (Jet Assisted Take-Off) d'une poussée de 3 300 livres pour atteindre la vitesse. L'arme était guidée par commande, initialement vers l'horizon radar en superposant les commandes de direction sur la forme d'onde radar de suivi de la plate-forme de lancement, puis en utilisant un sous-marin relais plus près de la cible pour suivre et diriger le missile jusqu'au point de visée final. Soit une ogive nucléaire de 40 à 50 kilotonnes, soit un dispositif thermonucléaire de 1 à 2 mégatonnes pourrait être transporté.

USS Tunny (SSG-282) fut le premier sous-marin à transporter Regulus. A l'origine un sous-marin de la flotte de la Seconde Guerre mondiale de la Gato classer, Thon a été lancé en juin 1942, a effectué neuf patrouilles de guerre et a remporté neuf étoiles de bataille dans la guerre du Pacifique. Désarmé en décembre 1945, il fut brièvement remis en service en réserve pour la guerre de Corée, désarmé à nouveau, mais sorti au début de 1953 pour être converti en sous-marin lance-missiles (SSG). Cela consistait à monter sur le pont un grand hangar cylindrique pressurisé, d'environ 15 pieds de diamètre, juste derrière la voile, avec une rampe pliable s'étendant vers l'arrière. Le hangar pouvait accueillir deux missiles Regulus I en anneau rotatif. Les armes pouvaient être vérifiées alors que le sous-marin était encore immergé en entrant dans le hangar par un coffre d'accès, mais le lancement réel nécessitait que le sous-marin fasse surface et manipule l'arme sur les rails avant de pouvoir tirer. Ensuite, le bateau devrait rester au moins à la profondeur du périscope pour guider le missile vers l'horizon radar.

USS Tunny avec un missile Regulas I
ThonLa conversion de ’s s'est déroulée rapidement par rapport aux normes d'aujourd'hui, et elle a tiré son premier Regulus en mer en juillet 1953. Au cours des années suivantes, Thon exploité à partir de Point Mugu, en Californie, principalement en tant que plate-forme de test Regulus. En octobre 1955, USS Barbero, à l'origine SS-317 et également un bateau de la flotte de la Seconde Guerre mondiale, a été commandé en tant que deuxième SSG de la Marine, ayant été sorti des boules à mites et fourni par le chantier naval de Mare Island avec un hangar cylindrique identique à Thon’s. Après des exercices au large de la Californie, Barbero a transité par le canal de Panama en avril 1956 et a rejoint la flotte de l'Atlantique.
USS Barbero tir d'un missile Regulas I
À cette époque, Regulus était également en mer à bord de quatre croiseurs lourds : en plus de Los Angeles, déjà mentionné, Hélène (CA-75), Tolède (CA-133), et Mâcon (CA-132) ont tous été équipés de rails de lancement de fantail et ont commencé des déploiements opérationnels réguliers, les trois premiers dans le Pacifique, et Mâcon dans l'Atlantique. Même dix porte-avions étaient équipés pour lancer le missile, dépendant d'un avion d'escorte pour fournir des conseils à mi-parcours, mais bien qu'au moins un déploiement dans le Pacifique ait eu lieu, le mélange de missiles et d'avions pilotés qui en a résulté n'a jamais été populaire auprès de la communauté aéronautique.

Au milieu de 1956, il est devenu politique de la Marine de garder un SSG dans chaque océan, et Thon a déplacé sa base d'opérations à Pearl Harbor en 1957. Pendant ce temps, la Marine avait mis en place deux grands sous-marins diesel-électriques spécifiquement pour transporter Regulus, lançant USS Grayback (SSG-574) en mars 1958 et USS Growler (SSG-577) en août de la même année. Chacun de ces deux navires proches - déplaçant environ 3 600 tonnes immergés - pouvait accueillir un total de quatre missiles Regulus I dans une paire de hangars cylindriques installés dans la grande proue bulbeuse. Ces hangars s'ouvraient à l'arrière par un ensemble de portes par lesquelles les armes pouvaient être déplacées sur une rampe de lancement pouvant être entraînée située dans un puits en avant de la voile. La rampe a été tournée en travers pour le lancement.

USS Grayback se prépare à tirer un missile
Après que l'Union soviétique puis les États-Unis ont testé avec succès leurs premiers missiles balistiques intercontinentaux (ICBM) en 1957, la course aux armements nucléaires est entrée dans une phase plus dangereuse. À la fin de 1958, avec quatre SSG et quatre croiseurs Regulus en service, la Marine a répondu en déplaçant tous les sous-marins et trois des croiseurs dans le Pacifique pour maintenir des patrouilles de dissuasion régulières menaçant l'Extrême-Orient soviétique. En particulier, l'escadron de sous-marins ONE a été formé des quatre SSG à Pearl Harbor et a adopté une position de préparation qui a mis au moins quatre missiles en station dans le Pacifique occidental à tout moment, pour compléter les avions porteurs existants armés d'armes nucléaires. (Cela nécessitait de déployer soit les deux bateaux de la flotte convertis ensemble, soit l'un des deux Gris dos.) Thon est parti lors de la première de ces patrouilles de dissuasion régulières en octobre 1959, alors que Dos gris’s et GrognardLes premières patrouilles ont commencé au début des années 1960.

Quelques années plus tôt, cependant, la Marine avait déjà demandé à Chance Vought de commencer à développer un missile supersonique Regulus II de deuxième génération, capable d'atteindre 1 200 milles marins à Mach 2. Presque deux fois plus gros que Regulus I, la nouvelle arme exigeait un plus gros sous-marin pour le transporter. Plusieurs conceptions alternatives de plate-forme ont été étudiées, dont une capable de transporter quatre missiles Regulus II ou huit missiles Regulus I dans un grand hangar à l'avant. En fin de compte, le financement de la construction d'une nouvelle SSG a été inclus dans le budget de l'exercice 1956. De plus, à la fin de 1955, les planificateurs à long terme de la Marine prévoyaient que jusqu'à 23 sous-marins Regulus II seraient finalement nécessaires. Plus tôt cette même année, cependant, le programme de propulsion nucléaire de la Marine s'était concrétisé avec USS Nautilus (SSN-571) "en cours sur l'énergie nucléaire". USS Flétan (SSGN-587) en janvier 1960.

Un missile Regulas II lancé depuis USS Grayback
Flétan, de 350 pieds de long hors tout et déplaçant près de 4 900 tonnes immergées, était équipé de ce qui était alors la centrale électrique des sous-marins d'attaque standard, entraînant deux vis. Son énorme hangar à missile unique était profondément enfoncé dans la coque extérieure vers l'avant et incliné vers le haut et vers l'arrière pour pénétrer le pont, où une grande porte à ouverture verticale donnait accès à un lanceur à plaque tournante en avant de la voile. L'espace du hangar pouvait contenir quatre missiles Regulus II ou cinq missiles Regulus I et servait également de salle de torpille avancée. Ce grand hangar à une porte, potentiellement ouvert sur la mer lors de l'évolution du lancement, constituait une grave vulnérabilité. S'il était inondé, le navire pourrait facilement couler.
Lancement de Regulas vu du périscope de USS Flétan
Flétan est entré en service actif dans la flotte du Pacifique en novembre 1960 et a effectué sa première patrouille officielle au début de l'année suivante, rejoignant les quatre SSG dans la rotation nécessaire pour maintenir continuellement quatre missiles stratégiques en place. À ce moment-là, les croiseurs lourds avaient été retirés de la mission Regulus – avec Los Angeles le dernier à partir en 1961, laissant les sous-marins seuls. Assez ironiquement, même si Regulus II s'est avéré efficace lors des tests finaux, des pressions budgétaires ont empêché tout achat ultérieur et il n'a jamais été déployé. Ainsi, pendant toute l'ère de ces premières patrouilles de dissuasion maritime, le subsonique Regulus I est resté l'arme de choix.

En fait, la synergie de deux nouvelles technologies militaires - les ogives nucléaires compactes et les gros moteurs-fusées à combustible solide - a mis un terme rapide à l'ère Regulus. Ensemble, ils ont rendu possible la conception de missiles à combustible solide relativement petits capables de transporter des ogives nucléaires sur des distances intercontinentales et ont ainsi établi la faisabilité du missile balistique à lanceur sous-marin (SLBM). En conséquence, le bureau des projets spéciaux de la Marine a été créé en novembre 1955 et, sous la direction du RADM William F. Raborn, a rapidement mis au point le Polaris SLBM et une classe de sous-marins nucléaires à missiles balistiques pour le transporter. Seulement cinq ans plus tard, tout comme Flétan rejoignait la flotte du Pacifique en novembre 1960, le premier de la nouvelle classe, USS George Washington (SNLE-598), est parti sur sa première patrouille Polaris dans l'Atlantique.

D'un seul coup, la combinaison SSBN/Polaris a éliminé tous les inconvénients du système Regulus : lancement en surface, carburant liquide, dépendance à l'égard du suivi et du guidage actifs, portée limitée, petite capacité de hangar et une foule d'autres inconvénients. Avec un lancement submergé, une endurance pratiquement illimitée et une quasi-invulnérabilité, le nouveau moyen de dissuasion stratégique a rapidement supplanté Regulus et le SSG/SSGN. Ce n'est toutefois qu'en décembre 1964 que USS Daniel Boone (SNLE-629) a mené la première patrouille Polaris dans le Pacifique, au départ de Guam ce mois-là. Ainsi, la dissuasion Regulus a été maintenue dans le Pacifique occidental jusqu'en mai 1964, date à laquelle Flétan a mené la dernière patrouille de la série. À cette époque, les cinq bateaux Regulus avaient effectué un total de 40 patrouilles de dissuasion WESTPAC depuis octobre 1959 et, ce faisant, avaient été les pionniers de l'un des paradigmes stratégiques centraux de la guerre froide. Deux générations de SNLE ont suivi.

En plus de ses patrouilles de dissuasion, Barbero a également remporté la distinction (et la renommée éternelle parmi les philatélistes) de lancer la seule livraison de Missile Mail.

Courrier de missile de USS Barbero

Les sous-marins. Où sont-ils maintenant? Des deux anciens bateaux de la flotte, Barbero a été le premier à être désarmé et rayé de la liste de la Marine en juin 1964. Thon est revenu au SS-282 en mai 1965, mais son grand hangar Regulus a rendu possible sa conversion en sous-marin de transport de troupes, nouvellement désigné APSS-282, en octobre 1966. Dans ce rôle en 1967, il a participé à un certain nombre d'opérations spéciales au large des côtes vietnamiennes. Ensuite, Thon a été désarmé pour la dernière fois en juin 1969 et coulé comme cible un an plus tard.

De même, avec son installation Regulus supprimée, Dos gris servi de transport amphibie (LPSS-574) de mai 1969 à la mi-1980. Le navire a ensuite été rayé de la liste de la Marine en janvier 1984 et a coulé comme cible de missile en 1986. Son équipement de manipulation et de guidage de missile ayant été retiré, Flétan a été convertie en plate-forme d'essai vers 1965 et utilisée ostensiblement dans le développement du véhicule de sauvetage en submersion profonde (DSRV) - mais en réalité pour des projets plus hautement classifiés - jusqu'à sa mise hors service en juin 1976.


Mardi 24 août 2010

24 août 2010 Combat pour la théocratie aux États-Unis

Je cite rarement le Huffington Post, mais j'ai choisi de le faire dans ce cas. La punition des soldats américains pour avoir refusé d'assister à un concert évangélique est au-delà de toute excuse offerte par le général qui a établi la série de concerts évangéliques, ou par les membres de son personnel. Cela relève de la discrimination religieuse et est interdit par les règlements de l'armée américaine, les règlements du ministère de la Défense et par la Constitution des États-Unis.

Une telle discrimination, combinée à une histoire de prosélytisme franc par un officier général évangélique, est un motif pour le soulagement immédiat du commandement et la décharge de l'armée. Les concerts de remise en forme spirituelle du général commandant sont une tentative à peine voilée de conversion au christianisme, une tentative de construire une armée entièrement chrétienne.

Compte tenu du bassin de recrutement pour les forces armées américaines, les Blancs du Sud, les Noirs et les Blancs pauvres et d'autres qui ont grandi avec une forte tradition de fréquentation de l'église, il semble que les troupes soient peu conscientes de l'intention de faire du prosélytisme, et encore moins d'objections. car ces troupes ont grandi et se sont renforcées avec le jumelage du christianisme fondamentaliste et du patriotisme. Les soldats enrôlés volontaires d'aujourd'hui ont grandi en tant que cibles de la stratégie sud de Nixon, Reagan et Bush. Ils ne voient pas l'illégalité de quiconque essaie d'utiliser l'armée pour propager et exporter le christianisme. Ils ne voient pas non plus l'impact de telles actions sur le monde en dehors de nos frontières. Ils ont essentiellement grandi avec la mentalité qui leur dit que les non-chrétiens sont autant leurs ennemis que les insurgés qu'ils combattent en Asie.

L'un de mes correspondants réguliers a suggéré que la révocation du général de division James E Chambers de son commandement et de ses fonctions serait interprétée comme une "guerre contre le christianisme". Ma réponse a été que je considérais ses actions comme inconstitutionnelles, illégales et contraires à l'éthique. , et en fournissant justifié. General Chambers a en effet déclaré une guerre personnelle contre tous les non-chrétiens par ses actions. Il est prêt à envoyer des troupes qu'il considère comme sa propre contribution à une nouvelle croisade contre l'islam au combat. Il est sûr de savoir que son cul de «né de nouveau» ne risquera jamais de se faire mal au combat. Comme il est méprisable.

Les forces armées américaines sont assemblées et entraînées pour protéger la sécurité de cette nation, de ses citoyens et de ses propriétés et territoires. C'est n'avoir aucun lien avec aucune religion. Ses commandants doivent servir la nation, pas les démagogues, les évangélistes et les idéologies basées sur des mythes anciens. Tout comme la loyauté des troupes à l'idéologie islamique peut et est remise en question depuis les attentats de 2001, la loyauté des troupes chrétiennes peut aussi être remise en question. Nous avons vu de nombreux exemples de terrorisme interne perpétrés par des chrétiens. La question de savoir où commence et où finit la loyauté doit être confrontée à toutes les religions, pas seulement à l'Islam.

Des soldats américains punis pour ne pas avoir assisté à un concert chrétien

“Au cours des dernières années, deux postes de l'armée américaine en Virginie, Fort Eustis et Fort Lee, ont organisé une série de ce qu'on appelle les concerts de remise en forme spirituelle du général commandant. Comme je l'ai écrit dans un certain nombre d'autres articles, « la forme physique spirituelle » n'est que le nouveau terme de l'armée pour promouvoir la religion, en particulier le christianisme évangélique. Et cette série de concerts n'est pas différente.

Le 13 mai 2010, environ quatre-vingts militaires, stationnés à Fort Eustis alors qu'ils suivaient un stage de formation, ont été sanctionnés pour avoir choisi de ne pas assister à l'un de ces concerts chrétiens. La tête d'affiche de ce concert était un groupe de rock chrétien appelé BarlowGirl, un groupe qui se décrit comme prenant "une position agressive, presque guerrière lorsqu'il s'agit de répandre l'évangile et de servir Dieu".

Tout doute qu'il s'agissait d'un événement chrétien évangélique a été levé par le journal du poste de l'armée, le Fort Eustis Wheel, qui a publié un article après le concert qui a commencé :

Suite au message de l'apôtre Paul aux Ephésiens dans la Bible, le groupe de rock chrétien BarlowGirl a apporté l'armure de Dieu aux guerriers et aux familles de Fort Eustis lors d'un autre volet de la série de concerts de remise en forme spirituelle du général commandant le 13 mai à Jacobs Théâtre.”

« La série de concerts de remise en forme spirituelle du général commandant a été conçue par le major-général James E. Chambers, qui, selon un article du site Army.mil, "est né de nouveau en tant que chrétien" à l'âge de seize ans. Selon l'article, Chambers a organisé le premier concert à Fort Lee moins d'un mois après être devenu le commandant général du Combined Arms Support Command et de Fort Lee en juin 2008. Mais il avait déjà commencé la série à Fort Eustis, en tant que précédent général commandant. là. Les concerts se sont poursuivis à Fort Eustis sous le nouveau commandant général, et se sont étendus à Fort Lee sous le commandement du major-général Chambers. Les concerts sont également promus aux aviateurs sur Langley Air Force Base, qui fait maintenant partie de Joint Base Langley-Eustis.

Dans l'article de Army.mil, le général de division Chambers a déclaré : « L'idée n'est pas d'être un partisan d'une religion. C'est d'avoir un mélange de différents artistes avec des origines religieuses différentes. Mais il n'y a eu aucun "mélange d'artistes différents avec des origines religieuses différentes" lors de ces concerts. Chacun d'entre eux a eu des interprètes chrétiens évangéliques, qui non seulement interprètent leur musique, mais donnent leur témoignage chrétien et lisent la Bible entre les chansons.

Un autre problème avec ces concerts, outre les problèmes tels que les soldats punis pour avoir choisi de ne pas y assister, est qu'ils sont dirigés par les commandants, et non par les bureaux des aumôniers. Il est tout à fait permis à un aumônier d'organiser un concert chrétien. Il n'est pas permis au commandement d'organiser un concert chrétien ou tout autre événement religieux. Avoir une série de concerts religieux qui est en fait appelée et promue en tant que série de concerts du général commandant est complètement exagéré.”

Le Pentagone enquête sur la coercition des concerts chrétiens

Publié le : 24 août 2010 11:31, par Ed Brayton

Rencontrez l'homme militaire luttant contre l'extrémisme chrétien dangereux dans l'armée

Un milieu suprémaciste chrétien omniprésent existe au sein de l'armée américaine qui constitue un danger non seulement pour l'ordre constitutionnel, mais pour les guerres américaines en Afghanistan et en Irak.


Dates dans l'histoire de la marine américaine

1950 - Mary T. Sproul est nommée première femme médecin dans la Marine
1959 - L'observatoire naval des États-Unis introduit un système de temps atomique uniforme utilisant des oscillateurs atomiques à faisceau de césium. Cette mesure a été adoptée comme norme par le Comité international des poids et mesures.
1962 - Création des équipes Navy SEAL

1969 - Début de l'opération Barrière de corail dans le delta du Mékong, au Vietnam

1904 - Les Marines de l'USS Dixie arrivent au Panama
1944 - Top Marine as MAJ Boyington capturé après avoir abattu 28 avions
1945 - Les porte-avions de la troisième flotte commencent une attaque de 2 jours contre Formose, détruisant 100 avions avec la perte de seulement 22 avions.

1910 - Mise en service de l'USS Michigan (BB-27), le premier cuirassé américain dreadnought.
1863 - Le navire de blocus USS Quaker City capture le sloop Mercury transportant des dépêches mettant l'accent sur la situation désespérée du Sud.
1989 - Des avions (VF-32) de l'USS John F. Kennedy abattent 2 Mig libyens hostiles.

1855 - escarmouche de l'équipage de l'USS Plymouth avec les troupes chinoises
1875 - Le CDR Edward Lull commence une expédition pour localiser le meilleur itinéraire du canal maritime à travers le Panama. Itinéraire suivi 30 ans plus tard.
1943 - L'USS Helena (CL-50) a tiré le premier projectile à fusion de proximité au combat et a abattu un bombardier en piqué japonais dans le sud-ouest du Pacifique.
1968 - Premier officier du Corps d'infirmières de la Marine régulière, le lieutenant Clarence W. Cote.

1916 - Première classe de formation au pilotage enrôlée à Pensacola, Floride
1942 - Les Japonais capturent 11 infirmières de la Marine à Manille, aux Philippines
1967- Début de l'opération Deckhouse V dans le delta du Mékong, au Vietnam.
1996 - USS Hopper, nommé en l'honneur du RADM Grace Hopper, mis en service.

1960 - Lancement du premier vol entièrement guidé du missile Polaris à Cap Canaveral (vol de 900 milles)
1967 - La force fluviale mobile commence à arriver à Vung Tau, au Vietnam

1847 - Bataille de San Gabriel (Marine, Marines, Armée vaincre les Mexicains en Californie)

1861 - Le vapeur de l'Union Star of the West fait feu dans le port de Charleston
1918 - Création du Naval Overseas Transportation Service pour transporter des marchandises pendant la Première Guerre mondiale
1945 - Des porte-avions lancent une attaque de 2 jours contre les forces japonaises, Luzon, Philippines

1847 - Les forces navales américaines occupent Los Angeles.
1917 - La Marine passe la première commande de production d'équipement de photographie aérienne.
1934 - VP-10F effectue le premier vol en formation sans escale de San Francisco à Pearl Harbor, arrivant le 11 janvier.
1946 - Création de la première école nucléaire de la Marine à Submarine Base, New London, CT

1863 - Le CSS Alabama coule l'USS Hatteras au large de Galveston
1944 - Des avions de l'USS Block Island lancent la première attaque à la roquette contre un sous-marin allemand

1813 - La frégate américaine Chesapeake capture un volontaire britannique
1848 - Attaque du Sloop Lexington, San Blas, Mexique
1953 - Atterrissages testés à bord de l'USS Antietam, premier porte-avions à pont incliné

1865 - Attaque amphibie sur Fort Fisher, Caroline du Nord
1964 - L'USS Manley évacue 54 ressortissants américains et 36 ressortissants alliés après le renversement du gouvernement de Zanzibar

1813 - La frégate américaine Chesapeake capture le brick britannique Hero
1815 - HMS Endymion, Tenedos et Pomone capturent le président de l'USS
1863 - Ordre général de la marine 4, Proclamation d'émancipation
1943 - Dans la première mission de ravitaillement de sous-marins, l'USS Gudgeon débarque 6 hommes, 2 000 livres d'équipement et de fournitures sur l'île de Negros.

1865 - Dans la plus grande opération amphibie de guerre, les forces de l'Union capturent Fort. Fisher, Wilmington, Caroline du Nord, par force amphibie interarmées.
1997 - Le médecin de la marine CAPT Jerry Lineger a rejoint l'équipage de la station spatiale MIR après avoir été lancé sur Atlantis lors de la mission de la navette spatiale STS-81. Avant la mission, il a été formé au centre d'entraînement des cosmonautes à Star City, en Russie, pendant plus d'un an.

1930 - USS Lexington fournit de l'électricité à Tacoma, WA, lorsque les inondations ont détruit les centrales électriques de la ville
1991 - Début de l'opération Tempête du désert, libération du Koweït d'Irak

1832- USS Peacock prend contact avec des fonctionnaires de la cour vietnamienne
1900 - Les États-Unis (CDR Taussig dans l'USS Bennington) prennent officiellement possession de Wake Island
1955 - USS Nautilus (SSN-571), le premier sous-marin à propulsion nucléaire, est mis en service et envoie un message "en cours sur l'énergie nucléaire"

1911 - Premier avion atterrissant à bord d'un navire, l'USS Pennsylvania par Eugene Ely.
1962 - Après un incendie éclair dans le golfe Persique sur le pétrolier danois Prima Maersk, a brûlé un membre d'équipage, le USS Duxbury Bay transfère un médecin de la Marine pour aider le membre d'équipage danois et le USS Soley l'a emmené à l'hôpital le plus proche de l'île de Bahreïn.
1968 - Début de l'opération Coronado X dans le delta du Mékong, au Vietnam
1977 - Le programme d'essais en vol de développement de missiles Trident (C-4) a commencé lorsque C4X-1 a été lancé à partir d'une aire de vol à Cape Canaveral, FL
1991 - L'USS Nicholas attaque et capture des plates-formes pétrolières irakiennes

1840 - LT Charles Wilkes, USN est le premier américain à découvrir la côte antarctique

1783 - Les hostilités cessent entre la Grande-Bretagne et les États-Unis
1903 - Theordore Roosevelt publie un décret plaçant les îles Midway sous la juridiction du ministère de la Marine.
1914 - L'école de formation aéronavale ouvre ses portes à Pensacola, en Floride.
1948 - Création du commandement américain de la zone du golfe Persique (plus tard changé en Force du Moyen-Orient en août 1948).

1954 - Lancement du Nautilus, premier sous-marin nucléaire, à Groton, CT
1961 - L'USS George Washington achève le premier voyage opérationnel d'un sous-marin lance-missiles balistique restant immergé pendant 66 jours

1800 - Le CAPT Thomas Tingey est nommé premier surintendant du Washington Navy Yard
1944 - Opération Shingle, débarquement allié à Anzio, Italie

1960 - Bathyscaphe Trieste descend dans la partie la plus profonde de l'océan, la fosse des Mariannes
1968 - USS Pueblo saisi par les forces nord-coréennes en mer du Japon

1942 - Bataille du détroit de Makassar, attaque de destroyers contre un convoi japonais lors de la première action de surface dans le Pacifique pendant la Seconde Guerre mondiale
1991 - Les hélicoptères de l'USS Leftwich et de l'USS Nicholas reprennent le premier territoire koweïtien aux Irakiens

1963 - La 1ère équipe d'assistance technique Seabee arrive au Vietnam
1968 - Opération Windsong I dans le delta du Mékong, Vietnam

1911 - 1er vol en hydroaéroplane est observé par un aviateur naval
1913 - Le corps de John Paul Jones est déposé dans sa dernière demeure dans la chapelle de l'Académie navale, Annapolis, MD
1949 - L'USS Norton Sound, premier navire lance-missiles, lance le premier missile guidé, Loon.
1960 - L'USS John S. McCain sauve les 41 hommes d'équipage du cargo japonais en train de couler, le Shinwa Maru, dans la mer de Chine orientale.

1942 - L'USS Gudgeon est le premier sous-marin américain à couler le sous-marin ennemi en action, le I-173 japonais.
1945 - Mise en service de l'USS Higbee (DD-806), premier navire de la marine américaine nommé d'après les femmes membres de la marine américaine.
1967 - Incendie dans le module de commande à Cape Kennedy pendant le compte à rebours de la simulation. Le pilote du module lunaire, le LCDR Roger B. Chaffee, et deux autres membres d'équipage sont décédés.
1973 - Signature des accords de paix de Paris, mettant fin à la participation des États-Unis à la guerre du Vietnam

1960 - La marine démontre la valeur du relais de communication lunaire, utilisé dans les émissions de la flotte.
1962 - L'USS Cook (APD-130) sauve 25 survivants de la section postérieure du pétrolier panaméen SS Stanvac Sumatra, qui s'est brisé en deux dans la mer de Chine méridionale
1986 - La navette spatiale Challenger explose, tuant le CDR Michael Smith, l'USN et 6 autres astronautes

1914 - Les Marines américains débarquent en Haïti pour protéger le consulat américain
1943 - Début de la bataille de 2 jours de l'île Rennell après laquelle les transports américains ont atteint Guadalcanal

1862 - Lancement du premier navire de guerre à tourelle, l'USS Monitor
1968 - Début de l'offensive du Têt au Vietnam

1944 - Débarquement amphibie américain à Kwajalein, Îles Marshall
1961 - Le lieutenant-commandant Samuel Lee Gravely, Jr. devient le premier Afro-Américain à commander un navire de combat, l'USS Falgout
1981 - L'ère des aviateurs navals enrôlés se termine lorsque le dernier pilote prend sa retraite

1941 - La flotte des États-Unis est réorganisée, faisant revivre les flottes de l'Atlantique et du Pacifique
1942 - L'USS Enterprise et Yorktown effectuent la première frappe aérienne de la Seconde Guerre mondiale, aux Îles Marshall japonaises
1955 - Opération Deep Freeze, un groupe de travail de recherche, établi en Antarctique

1800 - L'USS Constellation (CAPT Thomas Truxtun) capture la Vengeance
1862 - L'USS Hartford, Capt David G. Farragut, quitte Hampton Roads pour la campagne du Mississippi

1801 - Le Sénat approuve le traité de paix avec la France mettant fin à la guerre navale non déclarée qui a commencé en 1798
1917 - Les États-Unis rompent leurs relations diplomatiques avec l'Allemagne

1779 - John Paul Jones prend le commandement du Bonhomme Richard
1959 - Pose de la quille de l'USS Enterprise, premier porte-avions à propulsion nucléaire, Newport News, Virginie

1854 - Dédicace de la première chapelle construite sur la propriété de la Navy, Annapolis, MD
1941 - L'infirmière en chef Marion B. Olds et l'infirmière Leona Jackson, de la Marine, arrivent à Guam.
1971 - Moonwalk par le CAPT Alan B. Shepherd, Jr. USN, commandant d'Apollo 14 et CDR Edgar D. Mitchell, pilote du module lunaire de l'USN. Au cours de la mission de 9 jours, 94 livres de matériel lunaire ont été collectées et Shepard est devenu la première personne à frapper une balle de golf sur la lune. La récupération a été effectuée par hélicoptère depuis l'USS New Orleans (LPH-11).

1862 - L'escadron de canonnières de l'Union capture Fort Henry, rivière Tennessee
1922 - Les puissances mondiales signent le Traité naval de Washington prévoyant la limitation de l'armement naval
1973 - Début de l'opération End Sweep de déminage au large du Vietnam du Nord

1800 - L'USS Essex devient le premier navire de la marine américaine à traverser l'équateur.
1815 - Le Conseil des commissaires de la marine, un groupe d'officiers supérieurs, est créé pour superviser le fonctionnement et l'entretien de la marine, sous la direction du secrétaire à la Marine.
1955 - Les navires de la septième flotte commencent à évacuer les nationalistes chinois des îles Tachen
1965 - En réponse à une attaque du Viet Cong sur la zone des casernes de Pleiku, au Sud-Vietnam, des avions des porte-avions USS Coral Sea, USS Hancock et USS Ranger attaquent la zone nord-vietnamienne près de Donghoi.

1862 - La force amphibie conjointe capture l'île de Roanoke, clé du détroit d'Albemarle
1890 - Les marins et les marines de l'USS Omaha aident Hodogary, au Japon, à maîtriser un grand incendie

1799 - L'USS Constellation (CAPT Truxtun) capture l'Insurgent français
1943 - La résistance japonaise organisée à Guadalcanal se termine

1862 - Les canonnières de l'Union détruisent les navires confédérés à Elizabeth City, Caroline du Nord
1900 - Nomination du premier gouverneur naval de Guam, le commodore Seaton Schroder
1960 - L'USS Sargo (SSN-583) fait surface au pôle Nord

1862 - SecNav dirige la formation d'une organisation pour évaluer les nouvelles inventions et le développement technique qui a finalement conduit à la National Academy of Science.
1971 - Les États-Unis et l'URSS signent un traité interdisant le déploiement d'armes nucléaires au fond des océans.

1945 - L'USS Batfish (SS-310) coule un deuxième sous-marin japonais en trois jours
1947 - Premier lancement de missile guidé (Loon) à partir d'un sous-marin, USS Cusk

1854 - L'amiral Perry jette l'ancre au large de Yokosuka, au Japon, pour recevoir la réponse de l'empereur à la proposition de traité
1913 - La station de radio navale, Arlington, VA commence ses opérations
1945 - Les premières unités navales entrent dans la baie de Manille depuis 1942
1968 - Début de l'opération Coronado XI dans le delta du Mékong

1778 - John Paul Jones dans Ranger reçoit le premier salut officiel au drapeau américain Stars and Strips par pays européen, à Quiberon, France.
1813 - L'Essex devient le premier navire de guerre américain à contourner le cap Horn et à entrer dans l'océan Pacifique
1814 - L'USS Constitution capture les Britanniques Lovely Ann et Pictou
1840 - Des officiers de l'USS Vincennes font leur premier atterrissage en Antarctique sur de la glace flottante

1856 - L'USS Supply, commandé par le lieutenant David Dixon Porter, quitte Smyrne, en Syrie, à destination d'Indianola, au Texas, avec une cargaison de 21 chameaux destinés à un usage expérimental dans le désert américain à l'ouest des Rocheuses.
1898 - Le cuirassé américain Maine explose dans le port de La Havane.

1804 - Le lieutenant Stephen Decatur, avec des volontaires de la frégate Constitution et de la goélette Enterprise, entre de nuit dans le port de Tripoli à bord du ketch Intrepid pour brûler la frégate capturée Philadelphie. Le raid de Decatur réussit sans pertes américaines. Lord Nelson d'Angleterre appelle cela "l'acte le plus audacieux de l'époque".
1815 - USS Constitution capture Susannah britannique
1967 - Début de l'opération River Raider dans le delta du Mékong

1864 - Le sous-marin confédéré H.L. Hunley coule l'USS Housatonic
1942 - Le premier bataillon de construction (Seabees) arrive à Bora Bora
1944 - Des porte-avions frappent la flotte japonaise à Truk, coulant des navires et détruisant des avions

1846 - Ordre général à bâbord et à tribord
1944 - La force amphibie du RADM Hill débarque des troupes sur l'île d'Engebi, Eniwetok
1955 - 1ère des 14 détonations, essai nucléaire de l'opération Teapot

1814 - L'USS Constitution capture le brick britannique Catherine
1945 - Les Marines avec un appui-feu naval atterrissent sur l'île d'Iwo Jima sécurisé le 16 mars.

1815 - L'USS Constitution, commandé par le capitaine Charles Stewart, capture le HMS Cyane et le sloop de guerre Levant
1962 - LCOL John Glenn,USMC devient le premier Américain à orbiter autour de la Terre. Son vol dans Friendship 7 (Mercury 6) consistait en 3 orbites en 88 minutes à une vitesse de 17 544 mph avec l'altitude la plus élevée de 162,2 milles terrestres. La récupération a été effectuée par l'USS Noa (DD-841).
1962 - L'USS Dixie (AD-14) sauve un équipier solitaire à bord d'un yawl à la dérive pendant quatre jours.
1974 - Lancement officiel de l'avion S-3A Viking ASW (transporteur à réaction), remis au VS-41.

1944 - Les Marines avec l'appui des bombardements navals et des porte-avions sécurisent l'atoll d'Eniwetok

1865 - Le bombardement des canonnières du RADM Porter provoque la reddition de Wilmington, en Caroline du Nord.
1870 - Après son arrivée sur l'USS Nipsic, et soutenue par l'USS Guard et l'USS Nyack, l'expédition Darien, commandée par le CDR Thomas O. Selfridge, Jr., commence des opérations actives à terre dans la baie de Caldonia pour explorer l'isthme de Darien, au Panama, pour un canal maritime interocéanique.
1909 - Great White Fleet revient d'une croisière autour du monde à Hampton Roads, en Virginie
1943 - USS Iowa (BB-61), le navire de tête de la dernière classe de cuirassés rapides américains, est mis en service.
1974 - LTJG Barbara Ann Allen devient la première femme aviatrice désignée par la Marine

1795 - L'Office of Purveyor of Supplies de la marine américaine est créé. C'est l'anniversaire du Navy Supply Corps.
1919 - Lancement de l'Osmond Ingram (DD-255), premier navire de la Marine du nom d'un homme de troupe
1944 - Les groupes aéronavals sous Spruance attaquent Saipan, Tinian et Rota dans les Mariannes
1945 - Les Marines et un soldat de la Marine lèvent le drapeau sur le mont Suribachi, Iwo Jima

1813 - L'USS Hornet, le capitaine James Lawrence, capture le HMS Peacock
1968 - Force opérationnelle Clearwater établie dans le I Corps
1973 - Conformément aux Accords de Paris, la Force opérationnelle 78 de la Marine, composée de 4 dragueurs de mines océaniques et de l'Escadron 12 d'hélicoptères de lutte contre les mines, commence à balayer les eaux nord-vietnamiennes des mines posées en 1972.

1861 - Saratoga, membre de l'escadron américain pour l'Afrique, capture le sloop négrier Express
1933 - Mise en service de l'USS Ranger, premier véritable porte-avions
1959 - L'USS Galveston tire le premier missile sol-air Talos

1811 - Le Congrès autorise le premier hôpital naval
1913 - Agrément de soufflerie expérimentale pour la Marine
1944 - Sue Sophia Dauser, surintendante du corps des infirmières de la Marine, est la première femme de la Marine à recevoir le grade de capitaine.

1942 - Bataille de la mer de Java, la force navale alliée attaque le convoi d'invasion japonais

1844 - Explosion de Peacemaker, canon expérimental de 14 pouces, à bord de l'USS Princeton.
1893 - Lancement de l'USS Indiana (BB-1), premier vrai cuirassé de l'U.S. Navy.
1959 - USS Strong sauve 13 pêcheurs arabes de Bahreïn lorsque leurs bateaux de pêche ont pataugé dans une tempête.
1980 - L'équipage bleu de l'USS Francis Scott Key (SNLE-657) lance 4 missiles Trident I (C-4) lors du premier test opérationnel C-4.

1942 - L'U-656 devient le premier sous-marin allemand de la Seconde Guerre mondiale à être coulé par l'aéronavale (VP-82).
1954 - 1ère des 6 détonations, essai nucléaire de l'opération Castle.

1859 - Lancement du Saginaw à Mare Island, premier navire de la marine construit sur la côte ouest des États-Unis.
1867 - Anniversaire du Corps du Génie Civil.
1899 - La loi du Congrès crée le grade d'amiral de la marine pour George Dewey.
1973 - Les femmes commencent leur formation de pilote dans la marine américaine.

1776 - Première opération de débarquement amphibie. L'escadron naval continental du commodore Esek Hopkins débarque des marins et des marines, commandés par le capitaine Samuel Nicholas, sur l'île de New Providence aux Bahamas, capturant des munitions et de la poudre à canon dont on a un besoin urgent.
1871 - Création du corps médical de la marine
1883 - Le Congrès autorise 4 navires modernes en acier, "A,B,C,D Ships" trois croiseurs, Atlanta, Boston et Chicago, et le bateau d'expédition Dolphin
1915 - Bureau du chef des opérations navales (CNO) créé
1915 - Le Congrès crée la Réserve navale fédérale. En vertu de celui-ci, la Force de réserve navale a été constituée en 1960 - L'USS Sargo est de retour à Hawaï après une croisière dans l'Arctique de 11 000 milles, 6 003 milles sous la glace polaire

1911 - Affectation des premiers fonds pour des expériences dans l'aéronavale.
1925 - Le Congrès autorise la restauration de l'USS Constitution.
1947 - Fin de l'opération Highjump, opérations aériennes en Antarctique.
1963 - L'avion Hercules de la Marine achève l'opération de sauvetage de 12 jours d'un marin danois gravement malade d'un cargo danois au large des côtes de l'Antarctique.

1942 - Nom "Seabees" et insigne officiellement autorisés
1943 - USS Bogue commence les premières opérations anti-sous-marines par transporteur d'escorte.
1960 - L'USS Newport News (CA-148) et le personnel de Port Lyautey effectuent des opérations de secours d'urgence à Agadir, au Maroc, après le tremblement de terre du 29 février.

1822 - L'USS Enterprise capture quatre navires pirates dans le golfe du Mexique
1862 - L'USS Monitor quitte New York pour Hampton Roads, en Virginie
1942 - Des croiseurs et destroyers américains bombardent Vila et Munda, aux Îles Salomon, coulant 2 destroyers japonais

1958 - Mise en service de l'USS Grayback, premier sous-marin construit à partir de la quille avec une capacité de missile guidé, pour tirer le missile Regulus II.
1960 - L'USS Kearsarge (CVS-33) sauve 4 soldats russes de leur péniche de débarquement à 1 000 milles de l'île Midway, qui dérivait plusieurs semaines après la panne de leur moteur au large de la péninsule du Kamtchatka.
1966 - Ministère de la Marine réorganisé dans la structure actuelle sous CNO
1967 - PBRs assiste l'opération Overload II dans la zone Rung Sat, Vietnam
1968 - Début de l'opération Coronado XII dans le delta du Mékong, au Vietnam
1994 - La marine donne les premiers ordres aux femmes affectées à bord du navire de combat USS Eisenhower

1854 - Le commodore Matthew Perry ouvre les négociations d'un traité avec le Japon
1862 - Le bélier à toute épreuve CSS Virginia détruit l'USS Cumberland et le Congrès
1945 - Phyllis Daley devient la première enseigne afro-américaine du Navy Nurse Corps
1958 - Le cuirassé USS Wisconsin (BB-64) est mis hors service, laissant la Marine sans cuirassé actif pour la première fois depuis 1895.
1965 - La Septième Flotte débarque les premières unités marines majeures au Sud-Vietnam à Danang

1798 - Nomination du premier chirurgien de l'U.S. Navy, George Balfour
1847 - Le commodore David Connor mène un assaut amphibie réussi près de Vera Cruz, au Mexique
1862 - Première bataille entre les cuirassés, l'USS Monitor et le CSS Virginia
1914 - Essai de soufflerie au Washington Navy Yard

1783 - L'USS Alliance (CAPT John Barry) bat le HMS Sybil dans l'action navale finale de la Révolution dans les eaux des Antilles
1933 - La flotte du Pacifique fournit de l'aide après le tremblement de terre à Long Beach, en Californie
1945 - Les infirmières de la marine et civiles internées à Los Banos, aux Philippines, sont ramenées par avion aux infirmières de la marine américaine qui reçoivent l'étoile de bronze.
1948 - Première utilisation des jets affectés à l'escadron opérationnel (VF-5A) à bord d'un porte-avions (Boxer)

1935 - Naissance du Naval Security Group lorsque OP-20G est devenu le Communications Security Group
1941 - Le président Franklin D. Roosevelt signe la loi sur le prêt-bail
1942 - Dans un bateau PT, le LCDR John Bulkeley quitte les Philippines pour emmener le général Douglas MacArthur en Australie
1945 - Utilisation de la première péniche de débarquement de la Marine pour traverser le Rhin à Bad Neuenahr
1965 - Début des patrouilles de Market Time au large de la côte sud du Vietnam

1917 - Tous les navires marchands américains seront armés dans les zones de guerre
1942 - Le président Franklin D. Roosevelt désigne l'amiral Ernest J. King au poste de chef des opérations navales, ainsi que le commandant en chef de la flotte des États-Unis à laquelle il a été nommé le 30 décembre 1941.
1956 - Lors du premier déploiement à l'étranger de l'escadron de missiles de la Marine, le VA-83 est parti sur l'USS Intrepid

1895 - Attribution du premier contrat de construction de sous-marins à John P. Holland Torpedo Boat Co.
1917 - Navires marchands armés autorisés à intervenir contre les sous-marins.
1959 - Le Naval Research Laboratory prend les premières images ultraviolettes du soleil.
1963 - L'USS Albany (CG-10) et des avions du Navy Airborne Early Warning Squadron 4 de Roosevelt Roads, Porto Rico, viennent en aide à cinq membres d'équipage malades du cargo norvégien Jotunfjell.

1863 - L'escadron de 7 navires du RADM Farragut remonte le Mississippi pour soutenir les troupes de l'Union à Vicksburg et Baton Rouge
1929 - L'avion NAS Pensacola effectue 113 vols pour le sauvetage et les secours en cas d'inondation

1943 - Système de flotte numérotée établi
1947 - L'enseigne John W. Lee devient le premier officier afro-américain commissionné dans la marine régulière. Il a été affecté à l'USS Kearsage.
1957 - Le dirigeable ZPG-2 atterrit sur le NAS Key West après 11 jours de vol sans escale à travers l'Atlantique
1966 - Création du River Squadron Five au Vietnam

1911 - Hulk de l'USS Maine coulé en mer en eau profonde avec tous les honneurs militaires.
1945 - Iwo Jima déclaré sécurisé.
1966 - Lancement de Gemini 8. L'ancien aviateur naval Neil Armstrong a participé à cette mission qui a effectué 7 orbites en 10 heures et 41 minutes à une altitude de 161,3 milles marins. La récupération a été effectuée par l'USS Leonard F. Mason (DD-852).

1898 - USS Holland, premier sous-marin pratique, lancé
1942 - Les forces navales des États-Unis en Europe sont créées pour planifier des opérations conjointes avec les Britanniques
1958 - La fusée Navy Vanguard lance une sphère de 3,25 livres depuis Cap Canaveral
1959 - Surfaces de l'USS Skate (SSN-578) au pôle Nord

1945 - Les porte-avions commencent la campagne d'Okinawa de 3 mois en détruisant des avions sur Kyushu, au Japon
1974 - La marine envoyée pour balayer les mines du canal de Suez

1898 - L'USS Oregon quitte San Francisco pour un voyage de 14 000 milles autour de l'Amérique du Sud pour rejoindre l'escadron américain au large de Cuba
1917 - Le ministère de la Marine autorise l'enrôlement de femmes dans la Réserve navale avec des qualifications de yeoman, d'électricien radio ou d'autres qualifications essentielles.
1942 - SecNav a donné le commandement du Civil Engineering Corps de Seabees

1833 - Le CDR Geisinger of Peacock négocie le premier traité commercial avec le roi de Siam
1922 - USS Jupiter remis en service comme Langley, le premier porte-avions de la Marine
1939 - Naval Research Lab recommande de financer un programme de recherche pour obtenir de l'énergie à partir d'uranium.
2003 - Les États-Unis lancent l'opération Iraqi Freedom en lançant des missiles de croisière à partir de navires de la Marine dans la mer Rouge et le golfe Persique.

1917 - Loretta Walsh devient la première femme officier marinier lorsqu'elle prête serment en tant que chef Yeoman.
1919 - La Marine installe et teste le gyrocompas Sperry, en première instance de test du gyrocompas d'avion
1945 - Le Bureau of Aeronautics lance le développement de missiles guidés sol-air propulsés par fusée en attribuant un contrat à Fairchild

1820 - Le commodore Stephen Decatur meurt après un duel avec le capitaine James Barron
1915 - "Naval Aviator" remplace l'ancien "Navy Air Pilot" pour les officiers qualifiés aviateurs
1929 - Les navires de la marine protègent les Américains et leurs biens pendant la révolution mexicaine
1946 - L'USS Missouri quitte les États-Unis pour ramener le corps de l'ambassadeur de Turquie décédé aux États-Unis en Turquie pour l'enterrement. Le Missouri est arrivé à Istanbul le 5 avril.

1815 - L'USS Hornet capture le HMS Penguin au cours d'une bataille de 22 minutes
1882 - SECNAV Hunt publie l'ordonnance générale n° 292 créant l'Office of Naval Intelligence.
1917 - Lancement de l'USS New Mexico, premier dreadnought à propulsion turboélectrique
1945 - Les porte-avions commencent les frappes avant l'assaut sur Okinawa, les attaques kamikazes suivent
1958 - Premier lancement d'un missile Polaris simulé depuis une installation de lancement tactique immergée au large de CA.
1965 - LCDR John W. Young, USN, pilote de Gemini 3 a effectué 3 orbites en 4 heures., 53 minutes à une altitude de 224 km. La récupération a été effectuée par des hélicoptères de l'USS Intrepid (CVS-11).

1903 - George Dewey a commissionné l'amiral de la marine avec la date du grade, le 2 mars 1899. Il était la seule personne à détenir ce grade.

1813 - L'USS Essex prend Neryeda, première capture par la marine américaine dans le Pacifique
1898 - Assister. SECNAV Theodore Roosevelt propose à la Marine d'enquêter sur l'application militaire de la machine volante de Samuel Langley, en commençant l'aviation navale

1942 - ADM King devient à la fois chef des opérations navales et commandant de la flotte américaine
1943 - Bataille des îles Komandorski, empêche les renforts japonais d'atteindre Attu
1966 - Opération Jackstay dans le premier assaut amphibie de la Marine dans les eaux intérieures du Vietnam
1968 - Début de l'opération Bold Dragon III dans le delta du Mékong

1794 - Le Congrès autorise la construction de 6 frégates, dont Constitution
1799 - L'USS Constitution reprend la neutralité du sloop américain à la France
1880 - L'USS Constellation quitte New York avec de la nourriture pour les victimes de la famine en Irlande

1800 - Essex devient le premier navire de la marine américaine à passer le cap de Bonne-Espérance
1814 - Le HMS Phoebe et le Cherub capturent l'USS Essex au large de Valparaiso, au Chili. Avant la capture, Essex avait capturé 24 prix britanniques pendant la guerre de 1812.
1848 - L'USS Supply atteint la baie d'Acre, jetant l'ancre sous le mont Carmel près du village de Haïfa, lors d'une expédition pour explorer la mer Morte et le Jourdain.

1954 - L'avion porte-avions a commencé la reconnaissance près de Dien Bien Phu, Indochine
1960 - Lancement du premier missile balistique de flotte entièrement intégré depuis l'île d'observation USS
1973 - Naval Advisory Group et forces navales, le Vietnam est démantelé et les derniers prisonniers de guerre américains quittent le Vietnam.
1975 - Début de l'évacuation de Danang par la mer

1944 - Première utilisation d'escadrons de torpilles de porte-avions pour larguer des mines aériennes (port de Palau)
1972 - Début de l'offensive de Pâques au Vietnam

1854 - Le commodore Matthew Perry négocie le traité de Kanagawa pour ouvrir le commerce entre les États-Unis et le Japon
1971 - Le missile Poséidon (C-3) devient opérationnel lorsque l'USS James Madison entame sa 3e patrouille transportant 16 missiles tactiques Poséidon.
1992 - USS Missouri (BB-63), le dernier cuirassé américain actif est mis hors service.

1893 - L'ordonnance générale de la marine 409 du 25 février 1893 fixe le taux de premier maître à compter de cette date.
1942 - Mise en service du premier escadron du Naval Air Transportation Service (NATS) pour les opérations dans le Pacifique
1945 - Plus de 1200 navires de la marine et des troupes de l'armée commencent l'invasion d'Okinawa
1966 - Création du commandement des forces navales américaines au Vietnam
1967 - Escadron d'hélicoptères HAL 3 activé à Vung Tau

1781 - Frigate Alliance capture 2 corsaires britanniques, Mars et Minerva
1827 - Début de la construction du premier hôpital naval à Portsmouth, en Virginie
1898 - Adoption des armoiries de l'Académie navale des États-Unis
1947 - L'ONU place les anciennes îles sous mandat japonais sous tutelle américaine
1951 - Première utilisation par la Marine d'avions à réaction comme bombardiers, lancés depuis un porte-avions, l'USS Princeton.
1960 - L'USS Glacier commence 12 jours d'opérations de secours, assurant le transport par hélicoptère et par bateau et des fournitures d'urgence aux habitants de Paramaribo, au Suriname, après les inondations.

1797 - Le CAPT Thomas Truxtun publie le premier livre de signaux américain connu utilisant le système numérique
1942 - ADM Nimitz est nommé commandant en chef des zones de l'océan Pacifique, un commandement conjoint, et conserve son autre titre, commandant en chef de la flotte du Pacifique.
1992 - Les cinq premières sociétés de recrutement étudiantes d'Orlando, FL Naval Training Center, grandissent.

1776 - La frégate de la marine continentale Columbus capture HM Tender Hawke, première capture américaine d'un navire armé britannique
1854 - Les marins et les Marines du sloop à voile, Plymouth, protègent les citoyens américains à Shanghai
1898 - Nomination du premier officier du Corps du génie civil, Mordecai Endicott, en tant que chef du Bureau des chantiers et des quais
1949 - Création de l'OTAN

1946 - L'USS Missouri arrive en Turquie pour rendre le corps de l'ambassadeur de Turquie aux États-Unis et pour montrer le soutien et la volonté des États-Unis de défendre la Turquie.

1776 - Le sloop-of-war Ranger, la frégate Queen of France et la frégate Warren capturent l'Hibernia britannique et 7 autres navires
1862 - Les tirs navals de Tyler et Lexington aident à sauver les troupes de l'Union à la bataille de Shiloh
1909 - Le commandant Robert E. Peary rapporte avoir atteint le pôle Nord
1917 - Les États-Unis déclarent la guerre à l'Allemagne
1945 - Première attaque kamikaze lourde contre des navires à Okinawa.
1961 - L'USS Lake Champlain apporte de l'oxygène pour aider la passagère sinistrée du paquebot britannique Queen of Bermuda.
1968 - USS New Jersey remis en service pour le devoir de bombardement à terre au Vietnam
1989 - Le président ordonne au DOD d'aider au nettoyage de la marée noire de l'Exxon Valdez
1993 - L'hôpital de la marine d'Adak répond au crash d'une compagnie aérienne civile chinoise fournissant des soins vitaux et l'évacuation médicale de 89 passagers blessés. Un seul passager sur 265 est décédé.

1776 - Le brick continental Lexington capture le britannique Edward
1917 - La Marine prend le contrôle de toutes les stations de radio sans fil aux États-Unis.
1942 - La marine accepte les Afro-Américains pour le service général
1945 - Les deux premières infirmières navigantes de la Navy atterrissent sur un champ de bataille actif (Iwo Jima) : ENS Jane Kendeigh, USNR, et LTJG Ann Purvis, USN
1945 - L'avion porte-avions bat la dernière sortie de la marine japonaise (bataille de la mer de Chine orientale) Yamato, le plus grand cuirassé du monde, et cinq autres navires coulés
1979 - Lancement du premier sous-marin Trident, l'USS Ohio (SNLE-726) à Groton, CT

1925 - Premiers atterrissages de nuit prévus sur un porte-avions, USS Langley, par VF-1
1950 - Des avions de patrouille de la marine non armés abattus au-dessus de la mer Baltique par l'URSS
1951 - 1ère des 4 détonations, essai nucléaire de l'opération Greenhouse

1861 - Le deuxième convoi de secours pour Fort Sumter quitte New York
1941 - Mise en service de l'USS North Carolina, qui emportait 9 canons de 16 pouces
1943 - Rétablissement du grade de Commodore
1959 - Sélection des 7 premiers astronautes Mercury, dont 4 aviateurs navals

1941 - USS Niblack, tout en sauvant les survivants d'un navire torpillé, sous-marin allemand chargé de profondeur première action de la Seconde Guerre mondiale entre les marines américaine et allemande
1963 - Au cours d'essais de plongée, l'USS Thresher a perdu de toutes ses mains (112 membres d'équipage et 12 civils) à l'est de Cape Cod, MA
1966 - Les bateaux de patrouille fluviale de la Force de patrouille fluviale commencent leurs opérations dans les eaux intérieures du Sud-Vietnam

1783 - Le Congrès déclare la fin de la guerre à la Grande-Bretagne
1900 - La Marine accepte son premier sous-marin, l'USS Holland
1970 - Lancement d'Apollo 13, commandé par le CAPT James A. Lovell, Jr., USN. L'ancien aviateur naval Fred W. Haise, Jr. était le pilote du module lunaire. Alors qu'à 200 000 milles de la Terre, il y a eu une explosion à bord qui a forcé Apollo 13 à faire le tour de la lune sans atterrir. La durée de la mission était de 5 jours, 22 heures et 54 minutes. La récupération a été effectuée par des hélicoptères HS-4 de l'USS Iwo Jima (LPH-2).
1991 - Le cessez-le-feu de l'ONU met fin à la guerre du golfe Persique

1861 - La guerre civile commence lorsque les confédérés tirent sur Fort Sumter, SC
1911 - Le lieutenant Theodore Ellyson se qualifie comme premier aviateur de la marine
1962 - La marine américaine fait la démonstration d'une nouvelle péniche de débarquement avec hydroptères rétractables, LCVP (H)
1975 - Opération Eagle Pull évacuation du Cambodge
1981 - Premier lancement de la navette spatiale réutilisable Columbia (STS-1) avec tout l'équipage de la Marine. Le CAPT John W. Young, USN (Ret.) commandait, tandis que le CAPT Robert L. Crippen, USN était le pilote. La durée de la mission était de 2 jours, 6 heures et 20 minutes. Seize des tuiles de silicone de protection thermique de la navette ont été perdues et 148 endommagées lors de la rentrée.
1993 - Les avions de l'USS Theodore Roosevelt et les forces de l'OTAN commencent à faire respecter la zone d'exclusion aérienne au-dessus de la Bosnie dans le cadre de l'opération Deny Flight

1847 - Les forces navales commencent une bataille de 5 jours pour capturer plusieurs villes du Mexique
1861 - Fort Sumter se rend aux forces confédérées
1960 - Le satellite de navigation de la Marine, Transit, placé en orbite depuis Cap Canaveral, Floride et démontre sa capacité à lancer un autre satellite

1898 - Mise en service du premier navire-hôpital de l'après-guerre civile, l'USS Solace
1969 - Un avion nord-coréen abat un avion de reconnaissance EC-121 de la Marine depuis le VQ-1 au-dessus de la mer du Japon
1988 - L'USS Samuel B. Roberts frappe une mine iranienne au large du Qatar
1989 - Le premier navire de la Marine arrive sur les lieux pour aider au nettoyage de la marée noire de l'Exxon Valdez

1885 - Les forces navales débarquent à Panama pour protéger les intérêts américains pendant la révolution
1912 - L'USS Chester et l'USS Salem quittent MA pour aider les survivants du RMS Titanic
1918 - Première Marine Aviation Force formée au Marine Flying Field, Miami, Floride
1961 - Lancement de la première frégate à propulsion nucléaire, USS Bainbridge, à Quincy, MA
1962 - L'USS Princeton a amené les premiers hélicoptères de la Marine au Vietnam. C'était la première unité de conseil maritime à arriver au Sud-Vietnam.
1986 - Opération Eldorado Canyon, des avions de la marine de l'USS America (CV-66) et de l'USS Coral Sea (CV-43) attaquent la Libye en collaboration avec des avions de l'USAF après la Libye liée à l'attentat terroriste de la discothèque de Berlin-Ouest qui a tué 1 Américain et blessé 78 personnes .

1863 - Les canonnières de l'Union passent devant les batteries confédérées à Vicksburg
1924 - La marine commence des opérations de secours dans les inondations de la vallée du Mississippi, qui durent jusqu'au 16 juin
1947 - L'Acte du Congrès donne aux membres du Navy Nurse Corps un grade commissionné
1959 - Les hélicoptères de l'USS Edisto commencent les opérations de sauvetage à Montevideo, en Uruguay. Le 26 avril, ils avaient transporté 277 victimes des inondations en lieu sûr.

1778 - Sloop-in-war Ranger capture brick britannique

1848 - L'expédition de la marine américaine pour explorer la mer Morte et le Jourdain, commandée par le lieutenant William F. Lynch, atteint la mer Morte.
1906 - La marine participe aux opérations de secours lors du tremblement de terre et de l'incendie de San Francisco
1942 - L'USS Hornet lance les bombardiers de l'armée de Doolittle pour la première attaque contre le Japon
1988 - La marine détruit 2 plates-formes de surveillance iraniennes, coule une frégate et un patrouilleur et endommage gravement une deuxième frégate en représailles à l'attaque contre l'USS Samuel B. Roberts

1783 - George Washington proclame la fin des hostilités
1861 - Le président Lincoln ordonne le blocus des ports du Sud de SC au Texas
1955 - L'USS Albany et l'USS William Wood commencent à fournir des secours en cas de catastrophe aux citoyens de Volos, en Grèce, jusqu'au 21 avril

1796 - Le Congrès autorise l'achèvement de 3 frégates
1861 - Norfolk Navy Yard abandonné et incendié par les forces de l'Union.
1914 - Dans le premier appel à l'action des aviateurs navals, détachement sur USS Birmingham sai


Voir la vidéo: 1953 USS Helena CA-75. SS Guadalupe AO-32. USS Consolation AH-15 (Mai 2022).


Commentaires:

  1. Rheged

    Ma mère m'a dit: "Allez aux gynécologues - vos mains seront chaudes toute votre vie." L'expression «agréable à l'œil» a été pensée par le cyclope.

  2. Mudawar

    Je m'excuse, mais ça ne me va pas. Existe-t-il d'autres variantes ?

  3. Goltitilar

    Exactement! Aller!

  4. Poseidon

    Le talent, vous ne diras rien.

  5. Msamaki

    Félicitations, vous avez visité une merveilleuse idée



Écrire un message