L'histoire

Histoire de France - Histoire


La France a été l'un des premiers pays à passer de la féodalité à l'État-nation. Ses monarques s'entouraient de ministres compétents, et les armées françaises étaient parmi les plus novatrices, disciplinées et professionnelles de leur époque.

Sous le règne de Louis XIV (1643-1715), la France était la puissance dominante en Europe. Mais les projets trop ambitieux et les campagnes militaires de Louis et de ses successeurs ont conduit à des problèmes financiers chroniques au XVIIIe siècle. La détérioration des conditions économiques et le ressentiment populaire contre le système compliqué de privilèges accordés à la noblesse et aux clercs ont été parmi les principales causes de la Révolution française (1789-1794). Bien que les révolutionnaires aient préconisé des principes de gouvernement républicains et égalitaires, la France est revenue à des formes de règne absolu ou de monarchie constitutionnelle à quatre reprises - l'Empire de Napoléon, la Restauration de Louis XVIII, le règne de Louis-Philippe et le Second Empire de Napoléon III. . Après la guerre franco-prussienne (1870), la Troisième République s'établit et dura jusqu'à la défaite militaire de 1940.

La Première Guerre mondiale (1914-18) a entraîné de grandes pertes de troupes et de matériel. Dans les années 1920, la France a mis en place un système élaboré de défenses frontalières (la ligne Maginot) et d'alliances pour compenser la force allemande renaissante. Cependant, la France fut vaincue au début de la Seconde Guerre mondiale et fut occupée en juin 1940. La victoire allemande laissa les Français à tâtons pour une nouvelle politique et un nouveau leadership adaptés aux circonstances. Le 10 juillet 1940, le gouvernement de Vichy est mis en place. Ses hauts dirigeants ont acquiescé au pillage des ressources françaises, ainsi qu'à l'envoi de travaux forcés français en Allemagne ; ce faisant, ils ont affirmé qu'ils espéraient préserver au moins une petite partie de la souveraineté française.

L'occupation allemande s'est avérée assez coûteuse, cependant, car la moitié des revenus du secteur public français a été appropriée par l'Allemagne. Après 4 ans d'occupation et de troubles, les forces alliées libèrent la France en 1944. Un héritage amer se perpétue jusqu'à nos jours.

La France est sortie de la Seconde Guerre mondiale pour faire face à une série de nouveaux problèmes. Après une courte période de gouvernement provisoire initialement dirigé par le général Charles de Gaulle, la Quatrième République a été mise en place par une nouvelle constitution et établie comme une forme de gouvernement parlementaire contrôlée par une série de coalitions. Le caractère mixte des coalitions et l'absence d'accord qui en résulte sur les mesures à prendre vis-à-vis de l'Indochine et de l'Algérie ont provoqué des crises ministérielles successives et des changements de gouvernement.

Enfin, le 13 mai 1958, la structure gouvernementale s'effondre en raison des énormes pressions opposées générées par la question algérienne qui divise. Une menace de coup d'État amène le Parlement à appeler le général de Gaulle à la tête du gouvernement et à empêcher la guerre civile. Il devient Premier ministre en juin 1958 (au début de la Ve République) et est élu président en décembre de la même année.

Sept ans plus tard, lors d'une occasion marquant la première fois au 20e siècle que le peuple français se rendait aux urnes pour élire un président au scrutin direct, de Gaulle a été réélu avec 55 % des voix, battant Fran ois Mitterrand. En avril 1969, le gouvernement du président de Gaulle organise un référendum national sur la création de 21 régions aux pouvoirs politiques limités. Les propositions du gouvernement furent rejetées et de Gaulle démissionna par la suite. Le gaulliste Georges Pompidou (1969-74), le républicain indépendant Valéry Giscard d'Estaing (1974-81), le socialiste François Mitterrand (1981-95) et le néo-gaulliste Jacques Chirac (premier élu au printemps 1995 et réélu en 2002).

Alors que la France continue de vénérer sa riche histoire et son indépendance, les dirigeants français lient de plus en plus l'avenir de la France au développement continu de l'Union européenne. Pendant le mandat du président Mitterrand, il a souligné l'importance de l'intégration européenne et a plaidé pour la ratification du traité de Maastricht sur l'union économique et politique européenne, que l'électorat français a approuvé de justesse en septembre 1992. Le président Jacques Chirac a pris ses fonctions le 17 mai 1995, après une campagne axée sur sur la nécessité de lutter contre le taux de chômage obstinément élevé en France.

Cependant, le centre de l'attention nationale s'est rapidement déplacé vers les réformes économiques et les mesures de resserrement de la ceinture nécessaires pour que la France remplisse les critères de l'Union économique et monétaire (UEM) énoncés par le traité de Maastricht. À la fin de 1995, la France a connu ses pires troubles sociaux depuis au moins une décennie, alors que les employés protestaient contre les compressions gouvernementales. Sur le front de la politique étrangère et de sécurité, Chirac a adopté une approche plus affirmée de la protection des casques bleus français en ex-Yougoslavie et a contribué à promouvoir les accords de paix négociés à Dayton et signés à Paris en décembre 1995. Les Français ont été l'un des plus fervents partisans de l'OTAN. et la politique de l'UE au Kosovo et dans les Balkans. Au lendemain des attentats du 11 septembre aux États-Unis, la France a joué un rôle central dans la guerre contre le terrorisme. Les forces françaises, dont le groupement tactique aéronaval du Charles de Gaulle, ont participé à l'opération Enduring Freedom. Les troupes françaises ont également participé à la Force internationale d'assistance à la sécurité (FIAS) pour l'Afghanistan. Voir Conditions politiques pour les élections les plus récentes.

List of site sources >>>


Voir la vidéo: Histoire de France 1815 - 1880 (Janvier 2022).